L’Annuel vert de l’industrie automobile 2014

postL’objectif de notre Annuel vert est d’inciter les gens d’affaires canadiens à prendre des décisions écologique­ment responsables. Il est peu probable que nous parve­nions à sauver le monde grâce à cette seule édition, mais nous avons l’espoir de vous amener, ainsi que les chefs de file d’autres industries, à penser plus vert.

Le modèle d’affaires du 21e siècle 

D’enjeux strictement environnementaux, nous évoluons vers un concept plus global de durabilité.

Dans son rapport Best Global Green Brands publié récemment, Interbrand s’intéresse à l’écart existant entre la performance environnementale d’une marque et la perception qu’en ont les consommateurs.

La firme y fait d’ailleurs une importante observation : « De nos jours, les consommateurs ont des attentes extrêmement élevées envers les grandes marques, et ils s’attendent à ce que ces dernières agissent de façon responsable. »

Cet énoncé résume l’attitude générale chez les consommateurs qui, désormais sensibilisés à l’environnement, exigent des entreprises qu’elles fassent mieux qu’accoler une simple appellation « écologique » sur leurs produits pour les séduire. Le marché a évolué et les consommateurs d’aujourd’hui voient davantage les choses dans leur ensemble, c’est-à-dire sous l’angle de la durabilité.

Vue d’ensemble

Le concept de durabilité des entreprises fait référence aux modèles d’affaires voulant que les décisions stratégiques soient fondées sur les enjeux environnementaux, sociaux et financiers. Ces trois éléments sont intimement reliés.

Les entreprises durables savent à quel point leurs actes peuvent nuire à l’environnement, et elles s’emploient activement à en réduire l’impact. Comme elles se soucient également de leurs employés, de leurs clients et des collectivités, elles s’efforcent de générer un changement positif, tout en veillant à ce que leurs décisions créent une valeur financière à long terme.

Contrairement aux entreprises axées sur les bénéfices à court terme et dont les décisions sont uniquement fondées sur le rendement, les entreprises durables adoptent une approche plus large, englobant du même coup les préoccupations sociales et la performance financière.

La valeur de la durabilité a été analysée sous tous les angles : revenus, bénéfices, prix des actions… Il ne fait plus aucun doute que le concept n’est pas seulement sensé, il est également rentable.

Stratégie à long terme 

Chaque année, le Réseau entreprise et développement durable rassemble les sociétés canadiennes en tête du peloton en matière de pratiques commerciales durables. Contrairement aux réunions antérieures, où les discussions étaient axées sur l’environnement, elles portaient cette année davantage sur des activités en marge du cadre commercial. Les préoccupations sociales semblent dominer plus que jamais.

Pour ces chefs de file, l’avenir d’une entreprise durable repose sur une collaboration à long terme qui redéfinit les relations avec les concurrents, les fournisseurs, le public et même les écologistes.

Par conséquent, les entreprises qui établissent des liens étroits avec leurs employés, leurs clients et leur collectivité peuvent mieux affronter la tourmente des ralentissements économiques tels que les grèves ouvrières, les scandales financiers ou les boycottages par les activistes.

Il est indéniable que le monde évolue, tout comme notre façon de mener nos affaires. Le 21e siècle verra apparaître un nouveau paradigme voulant que l’entreprise et la société ne soient désormais plus séparées l’une de l’autre, mais oeuvrent plutôt en symbiose, selon un modèle de pensée d’« entreprises-société », pour le bien-être collectif.

Les entreprises qui façonneront le paysage commercial moderne seront celles qui prendront des décisions d’affaires responsables en ayant à l’esprit les trois piliers de la durabilité : environnement, société et rentabilité.

Dans sa globalité, la durabilité est ici pour rester, pour peu qu’elle soit mise en oeuvre correctement. Ainsi, dans une perspective environnementale, entreprises et société y trouveront toutes deux leur compte.

Cliquez ici pour lire Annuel vert de l’industrie automobile 2014

annuel vert