Une volatilité persistante

Une volatilité persistante
Ventes de véhicules par région (Photo : Banque Scotia)

Les ventes continuent de chuter au pays comme à l’étranger.

Avril nous a accordé peu de répit quant au ralentissement mondial des ventes d’automobiles, celles des véhicules neufs ayant chuté de 7,9 % sur un an, une huitième baisse mensuelle consécutive ponctuée seulement de quelques éléments positifs.

Le rythme du ralentissement s’est accéléré en raison des spécificités des marchés émergents. La Chine a dominé le repli avec une baisse de 17,7 % en glissement annuel, le rebond du mois précédent n’étant possiblement que temporaire. L’affaiblissement se poursuit dans la plupart des économies avancées, dont les États-Unis et le Canada, conformément aux perspectives de croissance modérée, alors que l’Union européenne est plus conservatrice dans ce secteur après une remontée consécutive au choc réglementaire de l’automne dernier.

Les ventes au Canada ont chuté de 3,5 % sur douze mois, soit une quatorzième baisse mensuelle depuis le sommet de 2017. Les ventes d’automobiles s’élevaient à environ 1,93 million d’unités en données annualisées et désaisonnalisées (DAD), une diminution de 2,2 %. Les baisses sur un an devraient se poursuivre au prochain trimestre, puis se résorber plus tard en 2019 grâce à un léger rebond de la croissance du PIB et à un effet de base plus faible du ralentissement en fin d’année. Nous anticipons 1,93 million de ventes pour 2019, un recul par rapport aux 1,98 million de 2018 et 2,04 millions de 2017.

Les ventes aux parcs, en hausse de 3,2 % sur un an à la fin mars, compensent partiellement le recul des ventes au détail. La croissance marquée pour les voitures, avec une augmentation en glissement annuel de près de 16 %, coïncide avec l’introduction de l’amortissement fiscal accéléré au fédéral. Nous prévoyons qu’elle se maintiendra avec l’instauration d’incitatifs provinciaux similaires en Ontario et au Québec.

Les camions légers ont également continué leur progression en avril avec une croissance de 1,2 % sur un an pour un troisième mois consécutif. Ce segment représente maintenant près des trois quarts du marché automobile canadien.

Perspectives provinciales

Le Canada continue d’afficher une variabilité et une volatilité d’un mois à l’autre dans l’ensemble des provinces. Depuis le début de l’année, le centre du pays demeure près de la moyenne nationale avec une baisse de 4 % d’une année à l’autre en avril : l’Ontario étant légèrement plus performant, le Québec accusant une baisse plus marquée. Le mois d’avril exceptionnellement froid a probablement freiné les ventes, qui devraient remonter légèrement vers la fin de l’année tout en restant inférieures aux solides performances de 2018.

L’Ouest canadien continue d’obtenir un rendement sous la tendance nationale, avec un repli de 5,7 % sur 12 mois. Nous prévoyons une reprise des ventes en Colombie-Britannique et un rendement positif en fin d’année, alors que l’Alberta devrait continuer de tirer de l’arrière.

Le Canada atlantique a connu deux mois de croissance relativement forte en février et mars (malgré une base faible en 2018), contrairement à avril, où les quatre provinces ont affiché une baisse d’environ 10 % en glissement annuel. Le recul devrait se poursuivre jusqu’à la fin de l’année, et même si Terre-Neuve et le Labrador connaissaient une légère augmentation des ventes aux parcs de véhicules en raison de l’activité liée aux grands projets, elle compenserait marginalement la baisse des ventes au détail.

Légère amélioration aux É.-U.

Les États-Unis ont enregistré une baisse régulière parallèle à la croissance économique modérée. En avril, les ventes ont diminué de 1,7 % sur un an, une très légère amélioration par rapport aux deux mois précédents, mais une baisse continue en glissement annuel pour le quatrième mois consécutif. Malgré les changements importants à l’impôt sur le revenu des particuliers en vertu de la Tax Cuts and Jobs Act (TCJA), les remboursements ont diminué d’un modeste 2 % comparativement à l’année dernière en raison de la réduction des impôts retenus à la source.

La montée temporaire des ventes à 17,5 millions d’unités en données annualisées et désaisonnalisées (DAD) en mars fut en grande partie absorbée par le rendement d’avril à 16,4 millions. Cela porte la moyenne depuis le début de l’année à 16,8 millions en DAD, niveau auquel devraient se situer les ventes mondiales pour 2019. Il s’agit d’une baisse par rapport aux 17,2 millions de ventes réalisées en 2018, qui avait bénéficié d’une forte croissance et de politiques conciliantes, notamment de mesures fiscales incitatives pour les entreprises et de déductions pour amortissement accéléré en vertu de la TCJA.

Situation variable à l’étranger

Le Mexique a accusé une forte baisse de 10,2 % sur un an en avril, mettant fin à trois mois de hausse des ventes sur un mois. Cette croissance découlait de l’augmentation du salaire minimum, mais l’incertitude concernant les politiques intérieures et commerciales a considérablement affecté les résultats. Nous nous attendons à ce que le conflit commercial actuel compromette les perspectives de ventes, tout comme les taux d’intérêt élevés et le ralentissement de l’économie.

La baisse enregistrée en Chine en avril après une hausse temporaire possiblement liée au Nouvel An lunaire correspond à celle survenue au pays au cours de la période de six mois se terminant en février. Dans certaines provinces, les nouvelles normes d’émission ont affecté les ventes, bien qu’elles aient entraîné une augmentation de 18 % de celles des véhicules à énergies de remplacement, qui comptent maintenant pour 5 % des nouvelles ventes. L’apaisement des tensions commerciales et le soutien du gouvernement devraient atténuer le fléchissement plus tard cette année.

L’Union européenne a démontré des points positifs avec une solide reprise des ventes sur six mois consécutifs, alors que le Brésil affiche une croissance de 8,8 % pour l’année en cours. Nous présumons que les résultats du Brésil viendront masquer les baisses en Argentine, au Pérou et au Chili, mais le recul des ventes mondiales, incluant une diminution marquée en Inde, devrait se poursuivre.

Paratagez-le !