L’automobile chinoise mène le monde !

automobile

Les Chinois se sont payé la plupart des plus longs ponts du monde, dont celui de Jiaozhou, d’une longueur de 42 kilomètres.

 Le phénomène de l’auto est devenu tellement important en Chine que c’est à cette nation que toutes les autres sociétés doivent maintenant se comparer quand il est question d’industrie de l’automobile.

Pour comprendre, il faut d’abord s’arrêter à quelques données. Par exemple, si les Canadiens se sont procuré 16 867 Audi en 2011, les Chinois en ont acheté plus de 313 000 ! Cela en fait la première marque de luxe dans ce pays, et le plus important marché pour ce constructeur dans le monde entier.

Pour atteindre ce succès, Audi compte sur un réseau de 225 concessionnaires situés dans plus d’une centaine de villes chinoises. Et les dirigeants de la marque aux anneaux veulent porter ce nombre à plus de 400 dès la fin de l’année prochaine.

Nombres impressionnants et à la fois faibles

Si les statistiques chinoises sont si impressionnantes, c’est d’abord grâce à une population de 1,37 milliard de personnes, selon le recensement de 2011. Il s’agit d’une croissance de 73,9 millions durant la dernière décennie. La moitié exacte de la population habite maintenant dans des zones urbaines, en forte hausse de 13,46% en dix ans par rapport aux habitants des campagnes.

Ces citoyens des villes, plus riches que jamais, représentent le bassin de consommateurs que tous les constructeurs visent. Le nombre de leurs milliardaires a crû de 69 en un an, pour atteindre 189 personnes parmi les plus riches de la planète ! L’économie chinoise, qui a cru de 10% en 2010, dépend d’abord de sa propre consommation intérieure, en hausse de 18,5%, selon le vice-premier ministre, Li Keqiang.

automobile

Du côté des ménages plus «ordinaires », la Chine comptera en 2015 plus de quatre millions de familles dont les revenus annuels dépassent les 250000 renminbis ou environ 40000 dollars. Selon McKinsey&Company, cela placerait ainsi la Chine au quatrième rang mondial du nombre des ménages aisés, après les États-Unis, le Japon et le Royaume-Uni.

Les Chinois se sont procuré plus de 10 millions de véhicules neufs légers en 2011, ce qui représente une croissance soutenue simplement incroyable. On n’a qu’à penser que, durant la décennie 1990, on y achetait en moyenne 400 000 véhicules par année, soit environ le même nombre que ce que consomment les Québécois, selon les données du Groupe Banque Scotia. Dès 2008, cette donnée chinoise passait à cinq millions de véhicules, pour dépasser 9,4 millions en 2010. L’Asie entière, avec ses 22,9 millions d’autos écoulées durant l’année dernière, devient donc la plus importante région du monde pour l’industrie de l’automobile, puisqu’elle y a vendu quelque 60 millions de véhicules en 2011, toutes marques confondues.

La chine au secours des États-Unis

La Chine n’est pas que le plus important créancier, elle est également le marché essentiel à la croissance de nombreuses entreprises. C’est le cas de General Motors, qui a récemment fait faillite aux États-Unis, mais dont les nouvelles entités ont vendu 2,55 millions de véhicules en Chine en 2011. L’arrivée de modèles Cadillac et de sa marque abordable Baojun, en plus des populaires Buick et Chevrolet, lui ont permis d’afficher une croissance de 8,3%. Les Chinois achètent donc légèrement plus de GM que les Américains, avec leurs 2,5 millions de véhicules écoulés l’an dernier.

Le Groupe Volkswagen, qui vient d’annoncer la construction de ses 12e et 13e usines en Chine, y a vendu 1,7 million de véhicules en 2011. Il s’agit d’une croissance annuelle de 13,8%. VW prévoit l’assemblage de deux modèles de véhicules entièrement électriques dès 2013 et y introduire sa marque SEAT, pour ainsi dépasser GM d’ici quelques années, selon son ambitieux plan.

Des véhicules par et pour les chinois

Le marché chinois est d’une telle importance pour de nombreux constructeurs qu’on n’hésite pas à créer des modèles spécifiques. Par exemple, on retrouve en Chine l’impressionnante berline BMW 760Li célébrant le 60e anniversaire de la République populaire de Chine. Ou encore l’Audi A4L dotée d’un châssis allongé, de même que l’A6L, la Peugeot 508 China, sans oublier les grandes BMW 535Li et 335Li, toutes introuvables au Canada. Enfin, certaines marques et certains constructeurs peuvent presque se contenter du marché chinois pour assurer leur viabilité. C’est le cas de Baojun, BYD, Chery, Dongfeng, Geely, Great Wall, Hawtai, JAC, Lifan, Nanjing, Roewe et Zhejiang parmi les plus connus. Vous n’êtes toujours pas convaincu du dynamisme du marché automobile chinois ? Sachez que, du 25 avril au 2 mai 2010, plus de 800 000 personnes ont visité le Salon de l’auto de Beijing, dont 145 000 en une seule journée !

Paratagez-le !