Audi A8L : l’ère du diesel

photo: AUDI

photo: AUDI

Les chefs d’entreprise canadiens sont-ils prêts à accueillir l’A8L diesel ?

Figure de proue de la gamme Audi, la berline A8L est offerte en plusieurs versions de par le monde, dont la W12, mue par un immense 12 cylindres de 6,3 L. À l’autre bout du spectre de l’économie de carburant, on retrouve une A8L TDI, arrivée il y a quelques mois à peine.

Si les moteurs diesel ont la cote en Europe, ils ont toujours eu du mal à gagner la faveur populaire de ce côté-ci de l’Atlantique. Qu’est-ce qui a donc motivé Audi à nous offrir une A8 canadienne à moteur diesel ?

Le TDI d’hier à aujourd’hui

Si la technologie TDI d’Audi a d’abord été offerte en Europe, c’est que ce continent est avant tout le berceau du constructeur allemand et que les Européens affectionnent depuis longtemps les moteurs diesel. À mesure que le TDI gagnait en popularité, d’autres marchés s’y sont intéressés, nous a raconté Wolfgang Hoffmann, président d’Audi Canada.

« Nous avons donc commencé à faire des études de faisabilité », explique-t-il. « Nous avons colligé toutes les normes en matière d’émissions (elles diffèrent beaucoup d’un pays à l’autre), et nous avons élaboré un plan. Nous avons évalué les objectifs de vente, les prix ainsi que les coûts de développement. Nous avons aussi estimé les coûts en pièces, et ainsi de suite. Puis, nous avons présenté tous ces chiffres au conseil d’administration afin d’obtenir son approbation. »

Wolfgang Hoffmann soutient que les études autour de l’introduction de la technologie diesel en Amérique du Nord ont commencé il y a plusieurs années, alors qu’il était encore responsable de la planification des produits aux États-Unis. « C’est alors que nous avons soumis pour une deuxième fois le projet au conseil d’administration. La première fois, le dossier du diesel était en concurrence avec la mise en marché du modèle Q7 sur le marché nord-américain; nous avons à ce moment estimé qu’il était pertinent de reprendre le dossier du diesel en Amérique du Nord. »

Le défi consistait à convaincre les consommateurs américains que le diesel n’était plus le moteur malodorant, sale et bruyant qu’il avait été autrefois. « Il fallait changer les perceptions, explique le président. Dans les postes d’essence, le diesel était encore perçu comme un carburant pour camions lourds. »

Audi croyait fermement aux chances de la technologie TDI en Amérique. « Le TDI offre l’agrément de conduite que les gens anticipent avec une autonomie hors pair; finis les arrêts à tous les 500 km, commente M. Hoffmann. Nous avons fait un acte de foi en introduisant le diesel sur le nouveau continent. C’est dans le Q7 que le moteur TDI a fait son entrée en Amérique. »

« Dès qu’ils enfoncent l’accélérateur, on entend "wow" ! » Wolfgang Hoffmann, président d’Audi Canada

« Dès qu’ils
enfoncent
l’accélérateur,
on entend
« wow » ! »
Wolfgang Hoffmann,
président d’Audi Canada

A8 TDI : Dossier d’affaires

Obtenir l’approbation du siège social pour la mise en marché d’un VUS à moteur diesel est une chose. Obtenir le feu vert pour offrir ce moteur dans le porte-étendard de la marque en est une autre. Heureusement, Audi USA et Audi Canada ont toutes les deux accepté l’idée et ont mis leurs voix en commun pour loger une demande à la maison mère. « Quand deux grands marchés s’allient pour demander la même chose à la direction qui se trouve en Allemagne, les chances sont meilleures », poursuit M. Hoffmann.

La A8 à empattement long, appelée A8L, est arrivée en Amérique du Nord au printemps 2013, et ses ventes ont été très encourageantes, de dire Wolfgang Hoffmann. « Nous sommes très satisfaits, confie-t-il. Les clients sont agréablement surpris par son silence de roulement et sa faible consommation. Nous sommes donc très heureux de l’accueil que les Canadiens ont réservé à la TDI. »

Client type

Vendue à un prix de base de 101 400 $, la A8L TDI s’adresse clairement à une élite surtout composée de cadres supérieurs. Avec l’ajout de la motorisation TDI, le client a plus d’options, selon M. Hoffmann. Il affirme que cette nouvelle offre permet à Audi d’attirer des clients d’autres marques prestigieuses. La A8L TDI est si raffinée et silencieuse que la plupart des clients ont peine à faire la différence entre le diesel et le moteur à essence.

« Dès qu’ils enfoncent l’accélérateur, on entend « wow! », déclare le président d’Audi Canada. Les 406 lb-pi de couple sont toutes disponibles dès 1750 tr/min, et on est renversé de sentir toute cette poussée. L’accélération est impressionnante, et on bénéficie toujours de beaucoup de couple, même à haute vitesse. »

Mise en marché

Le marketing qui entoure la berline de luxe TDI s’inscrit dans une stratégie de promotion de la technologie TDI, sous le thème « Le diesel repensé ». « Nous croyons qu’il est important de rappeler aux gens que le moteur diesel d’aujourd’hui est silencieux, économique et très performant », affirme Wolfgang Hoffmann. « Pour nous, le travail d’éducation reste à faire en Amérique du Nord. Le diesel n’est plus aux antipodes de la performance, au contraire. »

Il faut en effet parler des performances, puisque Audi a l’intention d’amener toute la gamme des TDI en sol américain, y compris la A3 TDI, qui devrait nous arriver vers la fin de l’été.

Rattrapage

Les Européens adorent le diesel, mais seul le temps nous dira si les Nord-Américains, en particulier les Canadiens, emboîteront le pas. En Allemagne, par exemple, la version de la A8 la plus vendue est la TDI. Au Canada, Audi estime que le TDI représente environ le tiers des ventes du modèle.

« Pour moi, la meilleure raison de se procurer une voiture avec un moteur diesel, c’est qu’on peut la conduire de façon sportive sans trop consommer, même avec un véhicule de la taille de la A8 », conclut M. Hoffmann.

Paratagez-le !