Patrick Tremblay, Tremblay autos groupe : une lancée qui ne fait que commencer

Patrick Tremblay, Tremblay autos groupe : une lancée qui ne fait que commencer
Patrick Tremblay détient, pour l’instant, quatre concessions. (Photos : Tremblay autos groupe)

Après avoir acheté Subaru Métropolitain, Patrick Tremblay compte acquérir une autre concession au courant de l’année.

Ne souhaitant pas entrer dans les détails pour l’instant, puisque la transaction n’est pas officielle, celui qui possède déjà quatre concessions – deux Chevrolet Buick GMC Corvette et deux Subaru – ne cache pas ses intentions d’élargir son regroupement d’ici les douze prochains mois.

Sa plus récente acquisition, annoncée en février, s’est faite aux mains du Groupe Scotti – Subaru John Scotti devenue Subaru Métropolitain. Un an seulement auparavant, il achetait Subaru Repentigny.

« Si une opportunité se présente à moi, je la saisis, mais jamais au détriment de la rentabilité des entreprises que je possède déjà », témoigne notre intervenant, précisant que sa priorité est d’offrir le meilleur service qui soit dans chacun de ses points de service et d’être présent pour ses employés et ses clients. « Mes succursales doivent être proches les unes des autres, car il est important pour moi de pouvoir m’y rendre régulièrement, voire tous les jours », ajoute celui qui s’est justement départi de West Island Chevrolet, il y a quelques années, parce qu’elle était trop éloignée de ses autres établissements, tous situés sur la Rive-Nord de Montréal ou à même la ville, du côté nord-est.

« Ç’a été la décision la plus difficile que j’ai prise, car j’adore la marque Cadillac. Mais, je n’ai pas eu le choix. Toutes mes concessions doivent être proches pour me faciliter la gestion, et aussi pour concilier le travail avec ma vie de famille. »

Des employés heureux

De son propre aveu, l’un des principaux défis qu’il rencontre en tant que gestionnaire est la difficulté à s’entourer de directeurs généraux de confiance et d’employés fiables.

« C’est difficile, parce que je recherche des gens qui ont la même philosophie que moi et à qui je peux déléguer des tâches. J’ai tendance à sélectionner des directeurs qui travaillent avec moi depuis longtemps. »

Comme les perles rares ne courent pas les rues, M. Tremblay explique faire tout en son possible pour que ses équipes de travail soient heureuses. Une nouvelle personne aux ressources humaines s’assure d’ailleurs de faire le pont entre le personnel et les gestionnaires. Elle n’hésite pas à faire des tours de table pour s’assurer de la pleine satisfaction des employés et pour prendre note des irritants. « C’est vraiment important pour moi de redonner au personnel, d’offrir de bonnes possibilités d’avancement. Trouver de bons employés fidèles, ce n’est pas facile. Et quand on en trouve, il faut s’arranger pour qu’ils aient envie de rester. »

Chaque année, illustre-t-il à titre d’exemple, un gros « party de Noël » est organisé au Club de Golf Le Mirage, à Terrebonne, où tous les employés des différentes concessions sont réunis dans une ambiance festive. Chacun se voit attribuer un cadeau. « On organise aussi des barbecues dans chaque concession et des voyages avec les directeurs. Bref, tout pour consolider les troupes et encourager l’esprit d’équipe. »

Sa plus récente acquisition, annoncée en février, s’est faite aux mains du Groupe Scotti – Subaru John Scotti devenue Subaru Métropolitain.

Entrepreneur dans l’âme

Avant de se lancer en affaires dans l’industrie automobile, Patrick Tremblay détenait sa propre compagnie de construction immobilière. C’est de là qu’il tient ses talents d’entrepreneur et de gestionnaire. En parallèle, il avoue avoir toujours « tripé sur les voitures ».

« J’ai travaillé près de 16 ans chez Grenier automobile à Terrebonne. J’ai été directeur de plusieurs départements, notamment des pièces, des ventes et du service, raconte-t-il. Durant ces années, j’ai développé plusieurs aptitudes, me permettant ensuite de voler de mes propres ailes et de devenir propriétaire de Chevrolet Repentigny. »

En 2013, il saisit l’occasion d’acheter une deuxième concession – 440 Laval Chevrolet – pour ensuite faire l’acquisition, en 2015, de West Island Chevrolet, de laquelle il se départira par la suite. Subaru Repentigny est finalement acquise en février 2018, suivie, près d’un an plus tard de la petite dernière, Subaru Métropolitain.

« Lors de l’achat de ma première concession, mon nom était déjà fait chez GM. Mon expérience comme entrepreneur en construction et comme directeur de plusieurs départements à la concession Grenier automobile a joué en ma faveur. J’ai tout appris là », indique-t-il, ajoutant que son premier achat dans l’industrie automobile à Repentigny a été pour lui un défi.

« Ça prend beaucoup de soutien. J’étais bien entouré, ça m’a aidé à avancer. »

Un gestionnaire présent

Bien que son entreprise grandisse à bon rythme, Patrick Tremblay ne laissera jamais tomber ses visites régulières dans chacune de ses concessions.

« Tous les directeurs savent ce qu’ils ont à faire. Ils doivent me rapporter toute problématique afin que je sois au courant de tout ce qui se passe et que je reste le plus informé possible. Évidemment, je dois être directif par moment pour aider à l’atteinte des résultats, mais je suis, de façon générale, plutôt à l’écoute de mes employés. Je suis toujours disponible s’ils ont besoin de me parler, ma porte est toujours ouverte. »

Selon lui, un gestionnaire présent et une équipe de travail heureuse ont une incidence directe sur la qualité du service rendu aux clients. « Les clients sont de plus en plus informés ; pour satisfaire leurs attentes, il faut des employés impliqués et instruits. C’est ce que j’essaie d’instaurer dans chacune de mes équipes. L’industrie change, et c’est pour le mieux. »

Paratagez-le !