AutoJournal décembre 2016

AutoJournal décembre 2016

L’édition de décembre  du magazine AutoJournal est maintenant disponible en ligne ! Vous pouvez la consulter ici, mais d’abord, quelques mots de la rédactrice en chef du magazine AutoJournal, Josée Hamelin.

L’offre et la demande

L’année 2016 est sur le point de se terminer, et on ignore encore si les ventes canadiennes atteindront un nouveau record. Après un léger creux de vague, elles ont repris de la vigueur en novembre et leur total annualisé était estimé à 2 millions d’unités. Si la popularité des camions légers et des marques importées ne se dément pas, les véhicules d’occasion comptent eux aussi pour une large part des transactions effectuées.

Du côté des véhicules neufs, les concessionnaires sont nombreux à accroître leurs stocks de véhicules d’occasion afin d’augmenter leur rentabilité. Dans notre dossier de décembre – consacré au remarketing – il sera entre autres question d’approvisionnement et de rotation des stocks. Les concessionnaires interrogés ont souligné l’importance d’une gestion proactive qui cerne les besoins de la clientèle, comme le rapporte notre journaliste Charles DuBois.

Et les besoins de la clientèle, si l’on se fie à la popularité de la location, semblent tendre vers une irrépressible envie de changer de voiture… le plus souvent possible ! Voilà qui génère une véritable manne de véhicules presque neufs sur le marché de la revente.

Si la location amène son lot de véhicules récents et attrayants, cette abondance pourrait toutefois avoir un effet pervers, prévient Brian Murphy, vice-président, Recherche et éditorial du Canadian Black Book. Selon lui, l’arrivée massive des retours de location pourrait faire chuter les prix de certains véhicules. Il faudra donc être encore plus vigilant pour cibler les modèles les plus en demande dans vos territoires respectifs.

Parlant de demandes… Lors du Congrès de l’AMVOQ, Christian Fournier, d’Autonum, a souligné que 30 % des demandes de financement effectuées lors de l’achat d’un véhicule d’occasion étaient faites par des clients qui ne se qualifient pas pour les prêts traditionnels. « Il faut cesser de penser que ces gens sont des mauvais payeurs », a-t-il martelé en suggérant de les traiter avec autant d’égards que les clients dits « réguliers » ; leur taux de rétention, même dans l’usagé, étant supérieur à ceux généralement observés.

Je profite de cette dernière édition de l’année pour remercier tous ceux qui contribuent à faire de cette revue un incontournable. Au nom de toute l’équipe d’AutoJournal, je vous souhaite un très heureux temps des Fêtes. Nous vous donnons rendez-vous en mars !

Cliquez ici pour lire AutoJournal décembre 2016

AJF2

Paratagez-le !