AutoJournal juin 2018

AutoJournal juin 2018
AutoJournal juin 2018

L’édition de juin du magazine AutoJournal est maintenant disponible en ligne ! Vous pouvez la consulter ici, mais d’abord, quelques mots de la rédactrice en chef du magazine AutoJournal, Josée Hamelin.

Après l’expérience client, l’expérience employé ?

En période de pénurie de main-d’oeuvre – alors que l’industrie automobile doit non seulement rivaliser avec les concurrents de son secteur, mais aussi avec ceux d’autres domaines pour attirer d’éventuels employés – retenir ses talents semble une stratégie plus prometteuse que de constamment devoir en embaucher.

Dans une précédente édition, nous rapportions qu’un mauvais recrutement pouvait coûter de 30 à 200 % du revenu annuel d’un employé ; ce qui correspond à 15 000 $ du salaire d’un technicien moyennement expérimenté (50 000 $).

En fait, il faut se demander si, dans cette « économie de l’expérience client », le tapis rouge déroulé pour l’acheteur qui entre en concession est aussi déployé au quotidien envers les employés qui contribuent à votre prospérité.

Leur offrez-vous des défis à la hauteur de leurs talents ? Des formations et de l’accompagnement pour qu’ils atteignent les objectifs fixés ? Soulignez-vous leurs bons coups sans pour autant les mettre en compétition, afin de favoriser l’harmonie dans les relations ? Essentiel à la pérennité des concessions, le personnel est le reflet de vos valeurs entrepreneuriales. Comme l’écrit notre chroniqueuse Yanick Jomphe, la façon de gérer les ressources humaines influence directement le roulement et la performance organisationnelle.

Dans le dossier, notre spécialiste de la vente, Yvon Deguire, abonde dans le même sens, lui qui considère que les entreprises qui accusent un fort roulement devraient faire une introspection et revoir leurs pratiques de gestion.

Au-delà de la gestion, il y a toutefois le salaire, la reconnaissance et les conditions. « Ouvert le samedi » implique nécessairement que des humains sont sur place pour accueillir les clients qui n’ont pas d’autres disponibilités pour magasiner.

Si l’on se fie aux nombreux affichages, le poste de représentant aux ventes, dont la rémunération n’a à peu près pas changé ces 30 dernières années, s’apparente à une épine au pied, lui qui attire moins que durant ses belles années.

Pourtant, comparée à d’autres secteurs d’activité, la vente automobile se positionne de façon avantageuse avec bien souvent son démonstrateur fourni, son salaire de base et ses assurances ; une nouvelle qu’il faudrait peut-être se donner la peine d’ébruiter ! Au final, ce qui différencie l’expérience en concession de celle passée derrière le clavier réside dans ce que vous avez de plus précieux : vos employés.

Cliquez ici pour lire AutoJournal juin 2018


Paratagez-le !