Hyundai Nexo : le VUS de la mobilité durable

Hyundai Nexo : le VUS de la mobilité durable
Le Nexo bénéficie d’une motorisation plus légère de 160 chevaux et 291 lb-pi de couple. (Photo : Hyundai Canada)

Le Nexo à hydrogène arrive sur le marché canadien.

Le seul multisegment alimenté par une pile à combustible à hydrogène remplacera le Tucson FCEV sur le marché nord-américain et deviendra le produit phare des véhicules écologiques de Hyundai.

Contrairement au Tucson – conçu initialement pour fonctionner à l’essence puis adapté pour la technologie des piles à combustible – le Nexo est à l’origine un véhicule à pile à combustible. « Ce sera toujours le Santa Fe avec une pile à combustible, ou le Tucson avec ce système de pile, mais nous avons conçu le Nexo spécifiquement pour cette technologie. Nous l’avons créé en nous inspirant de cette dernière plutôt que de l’adapter à un véhicule existant. Il s’agit donc d’un produit complètement différent, qui concurrence sans doute les véhicules les plus luxueux et les plus technologiquement avancés sur le marché », affirme Don Romano, président et chef de la direction de Hyundai Canada.

Le Nexo bénéficie d’une motorisation plus légère de 160 chevaux et 291 lb-pi de couple. Un plein d’hydrogène de cinq minutes permet jusqu’à 570 km d’autonomie, même sous des climats froids, comme nos hivers canadiens.

Accroître la sensibilisation

Bien que le Nexo marque une étape importante dans le marché de l’hydrogène et qu’il est vendu au Canada pour 73 000 $, l’infrastructure de soutien n’est pas encore en place. Les consommateurs peuvent tout de même en faire l’essai chez un concessionnaire, mais seuls quelques marchés disposent de stations de ravitaillement en hydrogène.

« Pour l’instant, nous voulons accroître la sensibilisation afin que le gouvernement, avec qui nous entretenons de bonnes relations, reconnaisse qu’il s’agit d’un véhicule électrique et mette en place des mesures incitatives alors que nous discutons d’infrastructures. À mesure que vous sensibilisez la population, les gens sont plus nombreux à conduire le véhicule et à comprendre les avantages de l’hydrogène comparativement à la recharge électrique courante. Nous ne le faisons pas pour le volume, ni pour la part de marché ou la croissance de l’entreprise ; nous voulons simplement faire connaître cette technologie aux consommateurs pour qu’ils sachent qu’il existe une autre option », explique Don Romano.

Créer des alliances

Afin d’améliorer la situation, Hyundai Canada s’associe à Shell, 7-Eleven, Hydrogenics, Ballard Power Systems et aux gouvernements du Québec et de la Colombie-Britannique pour financer les futures bornes à hydrogène dans différentes provinces.

Tout comme Toyota et Honda, Hyundai Canada investit dans les technologies à hydrogène, mais pas nécessairement dans les mêmes projets. « L’idée qu’un seul constructeur puisse construire les voitures et les infrastructures est ridicule. Nous contribuons simplement au lancement du projet », affirme notre interlocuteur.

L’entreprise collabore également avec Modo, un service d’autopartage basé à Vancouver, pour faire connaître le Nexo aux consommateurs et accroître leur connaissance de cette technologie. Pour ce faire, Modo mettra bientôt deux Nexo à la disposition de ses membres.

« Nous sommes ravis d’être le premier service d’autopartage à permettre aux consommateurs de faire l’essai d’un véhicule à pile à combustible », déclare Patrick Nangle, chef de la direction de Modo. « Soutenir l’écologie en C.-B. respecte l’objectif social et environnemental de Modo en tant que coopérative appartenant à ses membres. »

Don Romano ajoute : « Nous travaillons avec Modo pour amener le plus de gens possible à prendre le volant du Nexo, et nous sommes la seule compagnie à le faire. Tout le monde à Vancouver peut devenir membre – nul besoin de l’acheter ni de débourser 73 000 $ – et prendre le volant pour un week-end, pour faire un tour en voiture et le découvrir. Je dirais que c’est un marathon, pas un sprint. »

Le fil d’arrivée est encore loin

Hyundai Canada attend avec impatience le jour où l’on trouvera des stations de ravitaillement en hydrogène en Ontario, l’un de ses trois principaux marchés canadiens. La poursuite de cet objectif devra toutefois attendre puisque le gouvernement de cette province ne considère pas cela comme une priorité.

« Montréal est de la partie, Vancouver aussi. Il ne reste qu’à mobiliser Toronto. Ces trois villes comptent le plus grand nombre de véhicules à essence, d’où l’énorme potentiel de conversion à cette technologie », indique M. Romano.

Il ajoute que Hyundai souhaite d’abord contribuer au développement d’une infrastructure de soutien à Vancouver, et que l’entreprise investit actuellement dans l’installation d’une deuxième borne de ravitaillement dans cette ville. Selon lui, sans l’infrastructure nécessaire, les consommateurs ne pourront profiter pleinement de tout ce que le Nexo peut leur offrir.

Montréal sera la prochaine étape. Hyundai Canada s’associera à des compagnies de covoiturage locales afin de faire connaître le Nexo. Don Romano estime qu’une fois l’infrastructure en place, les véhicules à pile à combustible seront les véhicules électriques les plus populaires, simplement en raison de leur commodité.

« La Californie va de l’avant avec les systèmes de piles à combustible. Nous devons combler notre retard, souligne M. Romano. La plupart des entreprises participant à la mise au point de leur technologie sont basées au Canada et non aux États-Unis. Nous avons certaines des ressources technologiques les plus évoluées au monde en matière d’hydrogène. Nous devrions être en tête du peloton et non derrière. »

Paratagez-le !