FELINO cB7R : La supervoiture « made in Québec »

FELINO cB7R : La supervoiture « made in Québec »
Il s’agit du premier modèle de la marque FELINO pouvant être commercialisé et conduit sur voie publique. (Photos : FELINO)

Ce super bolide est québécois… mais ne vous attendez pas à le croiser sur l’autoroute pour autant.

Au total, 10 exemplaires de la cB7R seront fabriqués pour des clients qui auront précommandé leur véhicule. Il s’agit du premier modèle de la marque FELINO pouvant être commercialisé et conduit sur voie publique. Trois prototypes ont été développés par le constructeur indépendant et ont fait l’objet de tests, avant d’en arriver à ce produit de troisième génération présenté en janvier, au Salon de l’auto de Montréal.

« Nous sommes fiers de produire une voiture de haute performance entièrement conçue et produite au Canada », fait valoir Antoine Bessette, PDG de l’entreprise.

Entièrement conçue à la main

De son atelier situé à Laval, une équipe d’ingénieurs s’affaire à concevoir une pièce unique pour chaque client. Chez FELINO, tout est fait à la main, aucun procédé d’assemblage n’est automatisé.

« Nous fabriquons notre propre suspension, nos propres bancs, nos propres lumières… la grande majorité de nos pièces sont conçues et fabriquées « In house » avec la plus grande attention. Pour le reste, nous utilisons les meilleurs fournisseurs de l’industrie », indique M. Bessette, précisant que son équipe a même développé sa propre technique de fabrication et son propre mélange de matériaux pour l’élaboration de son châssis CKM, lequel intègre fibre de carbone, kevlar et métal.

« Les options à ajouter sur la cB7R sont sans limites. Nous pouvons, par exemple, mouler les bancs selon la morphologie du client. Cette option permet une ergonomie parfaite et une meilleure connexion avec la voiture. La cB7R est ajustée en fonction des besoins du client. Si celui-ci souhaite rouler exclusivement sur la piste ou en faire usage sur la voie publique, la voiture sera adaptée en conséquence ».

L’entreprise conçoit en moyenne de quatre à six véhicules par année afin de satisfaire sa clientèle en quête de rareté. « Pour l’instant, nous comptons faire des séries de 10 véhicules par modèle. Nous allons toujours rester dans le créneau des petits lots. »

La rareté à « bas prix »

Si le prix de base de la FELINO cB7R se chiffre à 365 000 $, il peut facilement grimper jusqu’à un demi-million de dollars, selon la volonté de l’acheteur.

« Certains trouvent que c’est cher, d’autres trouvent que ce ne l’est pas, considérant la rareté du produit. Ça dépend du type de client et de ce qu’il recherche. Quand on compare notre voiture à ce que font d’autres indépendants du même genre, elle n’est pas si dispendieuse », assure M. Bessette, citant en exemple des marques telles que Pagani ou Zenvo dont le prix des bolides peut dépasser largement le million de dollars.

« Ce sont nos compétiteurs quand on considère la rareté, mais lorsqu’on ne regarde que le prix, nous nous comparons plutôt à des marques exotiques comme Lamborghini ou Ferrari. En fait, nous n’avons pas vraiment de compétiteurs directs. »

Un marché dans l’Ouest canadien

Avec son moteur V8 atmosphérique de 700 chevaux et de 580 lb-pi de couple livré en option, qui permet d’effectuer le 0-100 km/h en 2,9 secondes, on se doute bien que la FELINO cB7R est rarement utilisée pour se rendre à l’épicerie. Mais où peut-on la conduire ?

« Tu peux te rendre à la piste la plus proche avec elle et te promener sur l’autoroute si tu veux, mais ce n’est généralement pas ce que nos clients recherchent », blague notre intervenant.

Principalement conçue pour la piste, la voiture est surtout convoitée par des collectionneurs qui veulent une expérience de conduite unique et qui apprécient la très haute performance. La base de la clientèle de FELINO se trouve dans l’Ouest canadien. « Il y a un énorme marché pour l’achat de supercars là-bas. On essaie aussi d’en vendre au Québec, mais c’est plus difficile, notamment en raison du climat, l’hiver. Ultimement, on voudrait vendre des véhicules partout dans le monde, mais c’est vraiment important pour nous de consolider notre clientèle au Canada, en premier lieu. »

À l’intérieur du bolide, la position de conduite est dessinée autour du pilote ; la voiture «suit les courbes de l’humain ».

Dessinée autour de l’humain

À l’intérieur du bolide, la position de conduite est dessinée autour du pilote ; la voiture « suit les courbes de l’humain ». Lorsque le conducteur s’y installe, il est pratiquement couché à l’horizontale, sur le dos.

« C’est une position de formule », indique celui qui était pilote de course, avant de lancer sa propre compagnie. Autre fait intéressant : le véhicule présente un rapport poids-puissance de 1135 kilos pour 700 ch. « Ça sort vraiment du lot, par rapport à ce qui se fait normalement dans l’industrie, ajoute Nicolas Danis-Godard, directeur commercial. Ça donne beaucoup d’agilité à la voiture. Le moteur se démarque aussi parce qu’il est atmosphérique. Normalement, à une telle puissance, les moteurs sont turbo. C’est un autre élément qui nous distingue. »

L’expérience FELINO

L’expérience FELINO ne s’arrête pas qu’à la vente d’un bien matériel personnalisé, il s’agit également, explique M. Bessette, d’accompagner l’acheteur après l’acquisition de son véhicule.

« Plusieurs collectionneurs possèdent huit-neuf voitures rares qu’ils ne sortent jamais du garage. Ce que nous voulons, c’est encourager nos clients à conduire leur cB7R, en les accompagnant et en leur donnant des conseils de pilotage. On amène ceux qui le souhaitent, par exemple, à la piste de course Area 27, conçue par Jacques Villeneuve, en Colombie-Britannique. »

À court terme, FELINO prévoit, en 2020, sortir un nouveau modèle, la cB7+, encore fois en 10 exemplaires. Et pourquoi ne pas envisager, à long terme, le déploiement d’un véhicule haute performance entièrement électrique ? « On y pense, mais ce ne sera pas pour tout de suite. »

Paratagez-le !