L’action et la mobilisation au cœur du Movin’On 2019

Movin'On
Environ 6000 participants par jour, venus de 44 pays, ont pris part à l'édition 2019 du Sommet Movin'On, organisé par Michelin, en collaboration avec C2 et la Ville de Montréal. (Photos : Josée Hamelin)

La 3e édition du Sommet Movin’On, organisé par Michelin – qui s’est déroulé du 4 au 6 juin aux Grandé Studios de Pointe-St-Charles – a mis l’accent sur la nécessaire mobilisation des acteurs de différents milieux afin que nos actions, en matière de développement durable et de décarbonisation, aient le plus d’impact possible.

Encore une fois, le rassemblement, organisé en partenariat avec C2 et la Ville de Montréal, a réuni des milliers d’experts de partout dans le monde pour discuter du fait qu’on ne peut plus se permettre de remettre à demain les gestes qui permettront d’offrir aux générations futures un environnement où elles pourront s’épanouir.

Au total, plus de 6000 participants issus de 44 pays et 40 villes ont pris part à chaque journée du Movin’On. Le congrès réunissait 95 conférenciers, 42 ateliers et il s’y est échangé plus de 31 000 contacts en trois jours.

« L’avènement des différents moyens de transport a été un formidable levier de développement a souligné Florent Menegaux, nouveau PDG de Michelin. Aujourd’hui, le défi est d’obtenir plus de mobilité, de façon plus inclusive, avec moins d’impact. D’ici 30 ans, les deux tiers de la population mondiale vivront dans les villes et la terre comptera plus de 2 milliards de véhicules.

Sous le thème : « De l’ambition à l’action », M. Menegaux espère que ce congrès aidera à en arriver à une vision globale, qui sera partagée et appliquée « car devant l’immensité du problème à résoudre, il faut une approche collective ».

Comme la prochaine année s’annonce charnière en matière d’agenda environnemental et de biodiversité, les organisateurs ont d’ores et déjà annoncé que cet écosystème mobilisateur reviendra à Montréal du 3 au 5 juin 2020.

Si vous avez manqué le Sommet de cette année, en voici un aperçu.

Le congrès s’est ouvert avec une prestation modulée de la pianiste Mimi Blais pour illustrer que la mobilité évolue comme le rythme de la circulation et des notes de musique.
Présente à la plénière d'ouverture, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a affirmé que l'amélioration de la mobilité durable dans sa ville, elle en fait une affaire personnelle. On la voit ici en compagnie de Florent Menegaux, nouveau PDG de Michelin.
Pierre Cannet, co-directeur des programmes par interim de WWF France, a rappelé que le moment où la terre a consommé toutes ses ressources naturelles pour une année arrive de plus en plus tôt.
Il a animé un panel avec cinq jeunes PhD issus de différentes disciplines et régions du monde qui incarnaient l'espoir d'un avenir plus vert.
Fondatrice et pdg de Porous City Network, l'architecte de Bangkok Kotchakorn Voraakhom, a dit : «quand on vit dans une ville qui coule sous l'eau, chaque pluie vient nous rappeler l'urgence d'agir.»
La navette autonome de NAVYA faisait partie des moyens de transport futuristes que les congressistes pouvaient essayer.
Le Sommet Movin'On est un écosystème de la mobilité durable dans lequel les participants apprennent dans un cadre ludique où il devient plus facile de penser à des solutions sortant des sentiers battus.
Placée directement à l'entrée des congressistes, la Toyota Mirai à hydrogène a suscité l'intérêt de plusieurs d'entre eux.
Eric Vinesse, v.-p. exécutif, Recherche et Développement de Michelin et Steve Kiefer, v.-p. principal des achats mondiaux et de la chaîne d’approvisionnement de GM ont dévoilé que l'Uptis, un pneu increvable et sans air qui sera commercialisé dès 2024.
Michelin avait présenté sa première vision de l'Uptis, un pneu imprimable via imprimante 3D et dont on peut remplacer seulement la semelle, lors du Movin'On de 2017.
Transition énergétique Québec a signé un partenariat de 3 ans avec l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie de France.
De nombreux modèles électriques étaient à l'essai, dont ces superbes BMW.
David Ducasse d'Énergir pose devant le premier camion de CAT alimenté au Gaz naturel renouvelable produit par la biométhanisation, à Saint-Hyacinthe.
Andy Ta, PDG d'Ecotuned estime qu'il coûte environ 35 000 $, grâce aux subventions, pour convertir un camion à combustion à l'électricité.
Marion Hatton, de Wello, pose avec un petit vélo à assistance électrique prometteur qui permet d'effectuer les livraisons du dernier mile et qui est fabriqué dans une usine de réinsertion sociale.
Messieurs Cannet et Menegaux ont clos ce Sommet en compagnie de Luis Alfonso de Alba, envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour le Climat. Ils se sont demandé comment leurs actions pouvaient se conjuguer afin de progresser plus rapidement et de manière concertée pour l'avenir de la planète.

Paratagez-le !