Location Park Avenue – Jim Pattison convie ses clients à l’encan

Près d'une trentaine de clients de Location Park Avenue - Jim Pattison Lease ont pris part à cette visite à l'encan ADESA Montréal. (Photos : Josée Hamelin)

Près d’une trentaine de personnes – travaillant pour la plupart dans le domaine de la gestion de parc – étaient rassemblées à Saint-Eustache le 25 septembre, dans le cadre d’une visite d’ADESA Montréal, en compagnie de Location Park Avenue – Jim Pattison Lease (LPA-JPL).

Qu’ils possèdent une trentaine d’unités ou plus de 200 véhicules, ces parcs étaient venus voir comment ça se passe, en vrai, lorsqu’un de leur actif est vendu aux enchères. Même le président de LPA-JPL, Mike Rusch, avait fait le trajet depuis Vancouver, pour une première visite des installations d’ADESA Montréal.

Une préparation minutieuse
Avant de franchir les lignes d’encan, Gerry Corcoran, directeur national des services de remarketing commerciaux, a offert une présentation du travail effectué en amont, afin de maximiser la valeur de sortie des véhicules confiés à l’entreprise. Il a d’abord montré une fourgonnette Dodge Grand Caravan dont l’esthétique et le nettoyage avaient été faits seulement sur un côté, pour illustrer la différence entre le véhicule reçu et celui qui sera présenté aux acheteurs potentiels.

Œuvrant depuis plus de 30 ans dans le domaine de la revente, M. Corcoran a mentionné qu’il faut s’assurer que le véhicule soit mis à l’encan au bon moment, alors que les acheteurs intéressés sont présents. «Nous avons des données sur des véhicules comparables qui nous permettent d’établir des tendances, tant en matière de prix que de meilleur moment pour revendre une unité, en fonction du modèle. »

Il a conseillé aux parcs de donner le plus d’information possible aux éventuels acheteurs. Si le véhicule a été accidenté ou si des ajouts y ont été faits, il faut le dire. Il mentionne qu’un lettrage de type « Wrap » obligera les revendeurs à l’enlever, mais qu’en dessous, la peinture risque d’être d’excellente qualité.

Plus vous leur donnez de détails et plus les acheteurs seront prêts à payer. Il a expliqué que l’état du véhicule vendu est classé de 1 à 5. Lorsque LPA-JPL vend l’unité d’un client, il cherche toujours à obtenir un prix juste. Certains clients préfèrent vendre eux-mêmes… mais ils n’ont alors qu’un seul ou quelques acheteurs potentiels.

À l’encan, les acheteurs sont en compétition et seront prêt à surenchérir s’ils souhaitent obtenir le modèle convoité. Grâce à des alertes, ils peuvent recevoir des notifications lorsqu’un véhicule désiré devient disponible. De plus, s’ils ne peuvent prendre part à l’encan en direct, ils peuvent soumettre leur mise maximale afin de ne pas manquer une occasion.

Des enchères physiques et virtuelles

  • 62 % des clients ont fait au moins une transaction en ligne en 2018
  • Plus de 34 % des transactions d’ADESA Canada sont effectuées en ligne
  • 71 % des véhicules de LPA-JPL offerts au Canada ont eu une activité en ligne
  • 37 % des ventes de véhicules de l’entreprise sont effectuées aux États-Unis

« La valeur de votre véhicule, ce n’est pas une estimation, a affirmé M. Corcoran. Elle est basée sur des données probantes, en fonction de modèles comparables sur le marché. Bref, si je fais un bon travail ici, vos coûts d’opération vont diminuer et vous améliorerez le rendement de votre parc. »

 

Gerry Corcoran a d'abord montré les étapes de préparation nécessaires avant de pouvoir vendre un véhicule.
Dans le domaine depuis 30 ans, M. Corcoran, directeur national des services de remarketing commerciaux de l'entreprise a expliqué comment aller chercher le maximum, pour chaque véhicule.
De l'équipe du Groupe Qualinet, Audrey et Eric Pichette ont pris part à la visite.
C'est aussi le cas de Jean-Sébastien et Jean-Guy Prévost (à droite). Ils posent en compagnie de Jean-François Brousseau de LPA-JPL.
Du Groupe GSF Canada, un service d'entretien commercial, on reconnaît ici Mélanie Baron et Alain Beaulieu, de LPA-JPL.
Du parc d'Air Canada, Diane Hébert et Debbie Montreuil sont en compagnie de Lucia Renzo de LPA-JPL.
De Simplex Location d'outils, Sylvain D'Amour et Claude Decristofaro étaient aussi de la visite. On les voit ici avec Vanessa Carle et Nancy Savoie, de LPA-JPL.
Peter Daigle, de LPA-JPL, en compagnie de Jacques Gagner, de l’entreprise de pâtes et papiers Kruger.
Les employés d'ADESA sont à l'affût du moindre signe de la part des acheteurs présents sur place ou en ligne.
Un peu partout, des écrans affichent les caractéristiques des véhicules et leur état. Celui de ce F-250 était de qualité exceptionnelle.
Il ne faut que quelques secondes pour vendre un véhicule.
Alain Beaulieu en compagnie du président de Location Park Avenue - Jim Pattison Lease, Mike Rusch.

Paratagez-le !