Gaz Métro – Prêcher par l’exemple

Roger Constantin, chef de service, Gestion du parc de Gaz Métro, et Jean-Pierre Noël, directeur général des Solutions de transport de Gaz Métro, faisaient la promotion du gaz naturel pour les petits et les gros véhicules de transport terrestre lors du SIVIC, en septembre dernier.

Roger Constantin, chef de service, Gestion du parc de Gaz Métro, et Jean-Pierre Noël, directeur général des Solutions de transport de Gaz Métro, faisaient la promotion du gaz naturel pour les petits et les gros véhicules de transport terrestre lors du SIVIC, en septembre dernier.

CamAuto a récemment croiser Roger Constantin, gestionnaire du parc de véhicules de Gaz Métro dans le cadre du SIVIC qui rassemble, à chaque année, une panoplie de solutions en transport terrestre. Celle de Gaz Métro veut bien sûr encourager les gestionnaires de parcs à penser au gaz naturel lorsque viendra le temps de renouveler les prochains véhicules de leur parc.

En matière de transport durable, les experts s’entendent pour dire que la solution parfaite n’est pas encore au point. « Aucune forme d’énergie ne peut répondre à tout moment, à tous les besoins énergétiques en satisfaisant à la fois nos impératifs économiques et nos ambitions environnementales. Il faut regarder les différentes solutions énergétiques qui s’offrent à nous et voir lesquelles répondent le mieux à nos besoins ! », soutient M. Constantin.

Lui-même a commencé à intégrer dans son parc des véhicules légers qui carburent au gaz naturel comprimé (GNC) depuis trois ans. « Nous encourageons ceux qui cherchent des solutions alternatives à l’essence et au diesel à faire comme nous. Quelques constructeurs automobiles offrent ce type de véhicules. Il faut en profiter quand c’est possible », dit-il.

Diversification du portefeuille d’énergies

Comme le mentionne Sophie Brochu, présidente et chef de la Direction de Gaz Métro, « comme société, il faut étudier la possibilité de travailler avec plusieurs énergies. Il faut donner priorité à l’efficacité énergétique, ensuite aux énergies renouvelables utilisées à bon escient et, finalement, à l’utilisation du gaz naturel qui doit être privilégiée, à chaque fois que cela est possible, par rapport aux produits pétroliers ».

Cet ordonnancement guide Gaz Métro au quotidien depuis longtemps. Déjà, à la fin des années 1990, Gaz Métro se souciait d’efficacité énergétique. La Société a été un des premiers distributeurs au pays à proposer un plan global pour aider ses clients à consommer moins !

En 2007, Gaz Métro a acquis Green Mountain Power, un important distributeur d’électricité dans l’état du Vermont. Ainsi, à deux heures de Montréal, dans un État américain plus vert que vert, Gaz Métro est à même de donner vie au principe de la bonne énergie à la bonne place. Puis, l’«énergéticien» s’est ensuite engagé dans les énergies renouvelables, dont l’éolienne et le biométhane.

Au Québec, comme ailleurs dans le monde, la composition de l’électricité évolue. Il en sera probablement de même pour la composition du gaz naturel distribué aux clients. En effet, Gaz Métro travaille activement à mettre en place les conditions propices à l’injection de biométhane dans son réseau. Un réseau qui permettra aux producteurs de biométhane d’avoir accès à un large marché composé de plus de 180 000 clients.

Ce biométhane toucherait l’univers du transport puisqu’il sera aussi en mesure d’alimenter des véhicules. On pense spontanément aux camions de transport et aux parcs municipaux. Le transport lourd de marchandises génère, à lui seul, le tiers des émissions de GES du transport routier : 9 millions de tonnes de CO2. Par rapport à 1990, les émissions de GES de ce secteur ont cru de près de 80 %.

La route bleue

Le Québec et l’Ontario réunis représentent la 4e zone économique en importance en Amérique du Nord. Le corridor Québec-Toronto constitue l’axe principal pour le transport des marchandises entre le Québec et ses partenaires économiques. Plus de 48 000 camions se déplacent chaque semaine sur cette axe, 35 000 en font autant entre Québec et Montréal.

Gaz Métro, de concert avec le Groupe Robert (parc de 180 camions au GNL !), une entreprise reconnue de chez nous, est à déployer la Route bleue. Ils sont à implanter le premier corridor de transport au gaz naturel liquéfié au Canada, sur les axes routiers de la 20 et de la 401, entre la région de Québec et la région de Toronto.

Gaz Métro a déjà mis en service deux stations de ravitaillement. L’une à Boucherville, l’autre à Mississauga. Une troisième est planifiée sous peu dans la région de Québec et l’on réfléchit à Rivière-du-Loup. Ces stations de ravitaillement sont alimentées en GNL à partir de l’usine de liquéfaction à Montréal Est.

Gaz naturel comprimé ou liquéfié

Plus de 11 millions de véhicules utilisent le gaz naturel dans le monde. Aux États-Unis, on en dénombre 110 000, et au Canada, environ 12 000. Deux formes différentes de gaz naturel pour véhicules sont utilisées : le gaz naturel comprimé et le gaz naturel liquéfié.

Le gaz naturel comprimé (GNC)

Le gaz naturel comprimé est le carburant parfait pour les parcs de véhicules lourds exploités régionalement. La station de ravitaillement est directement reliée au réseau gazier souterrain de Gaz Métro et peut être installée sur le terrain de votre établissement.

Le gaz naturel liquéfié (GNL)

Le gaz naturel liquéfié est utilisé pour les camions de transport lourd qui ont besoin de moteur à haute puissance et d’un plus grand rayon d’action. La station de ravitaillement est approvisionnée par les citernes de Gaz Métro Solutions Transport.

Des technologies éprouvées

Dans les deux cas, les moteurs sont éprouvés. C’est pourquoi de nombreux véhicules à gaz naturel sont disponibles en Amérique du Nord et que les manufacturiers émettent de solides garanties, particulièrement sur le marché des camions lourds, des véhicules-outils et des autobus.

Paratagez-le !