Un aspect primordial de la conduite : le freinage efficace

Pour bien connaître la réaction de sa voiture en freinage d’urgence, rien de tel que de reproduire un environnement à faible adhérence en circuit fermé (un espace de stationnement, par exemple). (photo: Stéphane Quesnel)

Pour bien connaître la réaction de sa voiture en freinage d’urgence, rien de tel que de reproduire un environnement à faible adhérence en circuit fermé (un espace de stationnement, par exemple). (photo: Stéphane Quesnel)

Le freinage demeure l’une des manoeuvres les plus importantes de notre conduite quotidienne. Mal exécutée, elle peut avoir de graves conséquences.

Vous vous demandez peut-être ce que le freinage a de si difficile ? Ce qu’il faut savoir, c’est que plusieurs sessions sont consacrées à cette manoeuvre dans les cours de pilotage. L’idée n’est pas de faire de vous un pilote de Formule 1, mais de vous faire réaliser que la sécurité sur nos routes passe en grande partie par le freinage, surtout en hiver.

De nos jours, la plupart des voitures sont munies du système ABS ou antiblocage. Selon le type de véhicule et les technologies qui y sont intégrées, la technique de freinage doit être adaptée.

Le freinage au seuil

Freiner à la limite de la capacité d’adhérence des pneus, c’est ce que l’on nomme le freinage au seuil. La décélération la plus efficace se produit juste avant de bloquer les roues. En course automobile, ce freinage extrême sert à ralentir la voiture à la vitesse désirée sur la plus courte distance possible afin de gagner du temps.

Sur nos routes, il est très rare de devoir freiner avec autant de force. Lorsque c’est le cas, on parle de freinage d’urgence. La maîtrise de cette technique permet concrètement d’éviter les accidents. Mais attention, il est tout à fait illusoire de croire que le premier freinage d’urgence qu’on effectuera sera bien exécuté. Il est donc essentiel de s’y exercer !

Effectuer un freinage d’urgence

Puisque chaque véhicule est différent, il faut effectuer un test de freinage pour comprendre la réaction de votre auto ou de votre camion. Règle générale, les gens qui exécutent un premier freinage intense ne réalisent pas à quel point ils peuvent appuyer avec force sur la pédale. Ne vous gênez pas et tentez de défoncer le plancher ! Bien sûr, le fait de freiner avec autant de vigueur provoque une usure prématurée des disques ou des tambours de frein. Par contre, il vaut la peine d’en exécuter quelques-uns à un endroit sécuritaire pour maîtriser la technique. Deux ou trois freinages n’useront que très peu les composants de votre véhicule, et cet exercice vous préparera à une éventuelle situation d’urgence. Si vous sentez que vos roues bloquent, le pneu glissera sur la chaussée et la décélération se fera sur une plus grande distance. C’est à ce moment qu’il faut relâcher légèrement la pression que vous exercez sur la pédale, afin d’éviter d’atteindre la limite d’adhérence des pneus.

Ce dosage du freinage revêt une importance encore plus grande lorsque la chaussée est glacée ou mouillée. D’autre part, comme un pneu ne peut effectuer qu’une seule tâche à 100 %, un freinage en ligne droite doit être priorisé.

Comme presque toutes les voitures sont équipées de freins ABS, il est essentiel de maintenir une pression forte et constante sur la pédale. Un programme électronique exécute le travail de dosage pour vous ! Contrairement aux véhicules sans ABS, le système antiblocage permet de tourner légèrement afin de diriger la voiture dans la direction désirée, même lors d’un freinage intense.

La vision

À cause du transfert de poids vers l’avant pendant le freinage, le regard a naturellement tendance à s’abaisser. Conséquemment, la vision périphérique se rétrécit. En tout temps, mais à plus forte raison lors d’une situation d’urgence, il s’avère primordial de regarder loin et de fixer la solution (l’ouverture), et non le problème (l’obstacle) !

Paratagez-le !