Alain Lahaie, Cogeco : l’entraide, nécessaire pour l’industrie

Alain Lahaie, Cogeco : l’entraide, nécessaire pour l’industrie
Alain Lahaie, gestionnaire de parc, Cogeco (Photo : Josée Hamelin)

Pour assurer la pérennité du métier de gestionnaire de parc, le réseautage et la capacité à suivre la technologie sont primordiaux, estime l’expert de l’industrie Alain Lahaie.

«Les fusions d’entreprises et la rationalisation des coûts ces dernières années ont fait en sorte que ces postes se font plus rares qu’avant », note celui qui gère le parc de Cogeco depuis 2009.

Les entreprises ont besoin de bons gestionnaires de parcs, dit-il, pour protéger leurs actifs et leur image, que ce soit au plan des coûts, à celui des responsabilités légales ou encore en ce qui concerne la « responsabilité sociale ».

Selon lui, il est primordial que les administrateurs s’entraident afin de cibler les meilleures pratiques et d’en faire bénéficier leur employeur. « L’une des choses que j’ai apprises au fil des ans, c’est justement l’importance du réseautage, essentiel pour créer ce type de synergie entre les pairs. »

C’est d’ailleurs pour cette raison que M. Lahaie s’implique à la NAFA depuis près de 15 ans, notamment à titre de président en 2006 et 2007, puis de 2017 à ce jour.

« Bien que beaucoup de gestionnaires de parcs aient appris sur le tas, il existe des formations de base pour accéder à notre métier, et la plus importante et complète demeure la certification CAFM de la NAFA, que les entreprises devraient exiger à l’embauche. »

Dans un monde idéal, il estime que les compagnies devraient faire davantage usage du « benchmark » pour savoir où elles se situent par rapport à l’ensemble de l’industrie. Beaucoup de parcs hésitent toutefois à partager leurs informations. « Pour que ça fonctionne, il faudrait que l’envie de partager les meilleures pratiques surpasse la compétition. »

Être à l’affût

Mécanicien de formation, Alain Lahaie est devenu gestionnaire de matériel chez Bell en 1987. Il travaillait au sein de l’entreprise depuis une dizaine d’années quand il a été promu à ce poste. Puis, en 1991, il est devenu gestionnaire de parc pour cette même compagnie à Chicoutimi : un emploi qu’il occupera jusqu’en 2006. Il a ensuite décroché du travail chez Transervice, puis chez Cogeco en 2009.

Toutes ces années d’expérience lui ont appris l’importance d’avoir une bonne vision d’ensemble, d’acquérir des compétences en gestion et une très bonne connaissance des véhicules et des lois environnementales. Il note que l’obtention de la certification CAFM en 2018 a fait de lui un gestionnaire plus complet.

« Notre métier est complexe parce qu’il y a beaucoup d’éléments dont il faut tenir compte. Avoir des contacts, c’est important, mais il faut aussi faire les bonnes recherches pour se doter des meilleurs outils et être à l’affût des technologies, notamment en matière de télémétrie. »

Bien qu’il se décrive comme quelqu’un d’instinctif, il estime qu’un bon gestionnaire doit savoir planifier et établir des protocoles d’utilisation clairs.

« La redéfinition des critères de remplacement des véhicules et le changement du mode d’acquisition chez Cogeco a été l’un des plus gros projets que j’ai réalisés. J’ai dû faire d’importantes analyses de coûts pour établir les critères de remplacement optimaux. J’ai tout revu et apporté les changements nécessaires », raconte celui qui travaille actuellement à implanter un nouveau système de télémétrie au sein de l’entreprise : un autre projet de longue haleine.

« Ça prend au moins un an à implanter, mais c’est important de le faire. Le data vient souvent renforcer les décisions. Les chiffres recueillis grâce à la télémétrie facilitent beaucoup la tâche. »

M. Lahaie observe d’ailleurs que l’analyse prédictive – qui sert à prévoir et à éviter ce qui arrivera plutôt que de le corriger – permet d’être proactif plutôt que réactif. Les entreprises peuvent ainsi mieux contrôler les coûts d’opération des véhicules et réduire les pertes de temps associées aux bris.

« On a tendance à regarder ce qu’il y a à faire maintenant alors que l’analyse prédictive va nous permettre d’être plus efficace sur ce qu’il y aura à faire dans le futur. C’est tellement essentiel. »

Paratagez-le !