CamAuto décembre 2017

CamAuto décembre 2017
CamAuto décembre 2017

L’édition de décembre du magazine CamAuto est maintenant disponible en ligne. Vous pouvez la consulter ici, mais d’abord, quelques mots de la rédactrice en chef du magazine, Josée Hamelin.

Se laisser conduire

Quoi qu’on puisse en penser, il est encore loin le jour où les voitures se conduiront d’elles-mêmes.

C’est du moins ce que soutenait Larry Hutchinson, pdg de Toyota Canada, lors du congrès Talk Auto organisé par J. D. Power et le Canadian Black Book au début novembre. « L’autonomie des véhicules viendra parce que les bénéfices sont trop grands pour qu’on les ignore, mais elle ne surviendra pas demain matin », a-t-il affirmé. Toutefois, sous prétexte de nous faciliter la vie et de nous protéger de nous-mêmes, la conduite assistée ne cesse de s’imposer.

Après le mode semi-autonome de Tesla, le stationnement à distance de BMW et le Super Cruise de Cadillac, Nissan vient d’annoncer que le Rogue et la LEAF 2018 seront équipés du ProPilot Assist. Ce système d’aide au maintien de la trajectoire s’inscrit dans une démarche visant à améliorer l’expérience de conduite, tout en rendant les véhicules plus attrayants et conviviaux.

S’il est un secteur où l’attrait et la convivialité se sont depuis longtemps invités, c’est bien celui des camions légers et moyens, qui font l’objet de notre présent dossier. Plus luxueux, plus pratiques et plus ergonomiques, on leur demande sans cesse d’accroître leurs capacités, tout en exigeant d’eux qu’ils soient économes d’essence et faciles à manier. En raison de leur popularité – 70 % des Canadiens les préfèrent à la voiture – une large part des innovations risquent de leur être dédiées.

Dans un article sur les nouveautés en matière de VÉ, le journaliste Luc Gagné avance que le changement commence d’ailleurs à s’opérer et que les camions électriques, c’est pour très bientôt. Notre chroniqueuse Kate Vigneau fait quant à elle état du changement de paradigme en train de s’opérer en matière de mobilité. Si certains véhicules demeureront nécessaires en regard de leurs spécificités, elle croit que le nombre d’unités des parcs est appelé à diminuer.

Selon elle, les entreprises devraient cesser de donner des allocations pour des véhicules au profit d’indemnités à la mobilité. Dans un tel scénario, les gestionnaires de parcs veilleraient à ce que les déplacements s’effectuent dans la sécurité, en priorisant la durabilité.

Quel que soit le choix de mobilité mis à la disposition de vos employés, il y a de fortes chances, si l’on se fie à M. Hutchinson, que n’ayez pas à gérer la voiture autonome avant longtemps.

Bonne lecture !

Lisez CamAuto décembre 2017 dès maintenant en cliquant ici !

CamAuto décembre 2017

Paratagez-le !