CamAuto décembre 2018

CamAuto décembre 2018
CamAuto décembre 2018

L’édition de décembre 2018 du magazine CamAuto est maintenant disponible en ligne. Vous pouvez la consulter ici, mais d’abord, quelques mots de la rédactrice en chef du magazine, Josée Hamelin.

Des lendemains plus verts

Quel sera votre futur et celui de votre parc ?

Cette question, le spécialiste de la mobilité Lukas Neckermann l’a posée lors du congrès d’ARI en Floride au début de novembre. Selon lui, d’ici 2030, 70 % des véhicules seront autonomes et la moitié d’entre eux seront électriques ou hybrides.

Même les constructeurs automobiles amorcent la transition en s’alliant à des sociétés de mobilité émergentes. À l’échelle mondiale, on prévoit que les investissements dans les nouvelles solutions de transport se chiffreront à 1,8 trillion de dollars d’ici 2022.

Sans nécessairement revoir l’ensemble de vos pratiques de gestion, il faut garder un oeil sur ce qui s’en vient. À l’exemple de l’électrification des transports, l’usage de la télématique passera bientôt d’un seuil que l’on pourrait qualifier « d’expérimental » à une utilisation massive. Partant du principe que tout ce qui se mesure peut s’améliorer, les économies pourraient s’avérer considérables pour quiconque accepte d’y consacrer temps, suivis et introspection.

Parlant d’introspection, le plus récent Inventaire québécois des émissions de gaz à effet de serre (GES) – rendu public par le ministère de l’Environnement du Québec – fait état d’une légère augmentation. En fait, même si le Québec détient le plus bas taux de GES par habitant au Canada, les GES émis par notre industrie du transport se sont accrus de 21,9 % depuis 1990, au lieu de diminuer.

Comme le faisait remarquer M. Neckermann, le moteur à combustion coûte très cher à améliorer pour répondre aux normes d’émission. Son pendant électrique serait, selon lui, trois fois plus efficace en termes de ratio poids / énergie, tandis que la capacité des batteries s’améliorerait de 15 à 20 % tous les ans. Il ne faut donc pas se surprendre que des constructeurs tendent à recentrer leurs activités vers ce qui constituera demain leur gagne-pain…

Lorsque même Walmart – réputé pour maintenir ses dépenses aux plus bas taux garantis – se met à acquérir des modèles électriques, on peut commencer à penser qu’il ne s’agit pas simplement d’une mode, mais qu’il y a bel et bien des gains à réaliser.

Au nom de toute l’équipe de CamAuto, je vous remercie de nous avoir lus et d’avoir contribué à alimenter nos articles tout au long de l’année. Je vous souhaite un temps des fêtes des plus agréables.

Lisez CamAuto décembre 2018 dès maintenant en cliquant ici !

Paratagez-le !