CamAuto avril 2019

CamAuto avril 2019
CamAuto avril 2019

L’édition de avril 2019 du magazine CamAuto est maintenant disponible en ligne. Vous pouvez la consulter ici, mais d’abord, quelques mots de la rédactrice en chef du magazine, Josée Hamelin.

L’uniformisation, oui mais…

L’uniformisation des véhicules permet aux parcs d’épargner, mais elle ne les protège pas d’un potentiel défaut de conception.

Le 13 mars, emboîtant le pas à plusieurs pays européens et asiatiques, le Canada et les États-Unis ont décidé de clouer au sol les Boeing 737 Max 8 après que deux accidents soient venus ébranler la confiance du public. Tout comme l’aviation, le secteur automobile n’est pas à l’abri d’une telle crise.

On n’a qu’à penser aux coussins gonflables Takata – près de 50 millions ont été rappelés depuis 2016 – qui menaçaient de blesser les occupants des sièges avant lors de leur déploiement. La NHTSA avait alors parlé du « plus vaste et plus complexe rappel de l’histoire des États-Unis ». Les modèles de plus d’une vingtaine de constructeurs ont été touchés et récemment, certains annonçaient un second rappel sur des véhicules déjà réparés, mais dont les pièces de remplacement sont désormais jugées défectueuses…

Certains problèmes n’entraîneront pas l’immobilisation immédiate de vos véhicules, mais lorsqu’il est question de vie humaine, il n’y a pas de risque à prendre car la sécurité doit toujours primer sur les intérêts commerciaux. Personne ne souhaite voir la réputation de son entreprise entachée pour avoir défié de faibles probabilités qu’un incident survienne. En cas de rappel, il faut déterminer le niveau de risque et juger du moment opportun pour apporter les correctifs. Si seulement une portion de votre parc est touchée, vous pourrez poursuivre vos activités en faisant appel à des contractuels, en optant pour de la location de courte durée ou en offrant des allocations de déplacement.

L’uniformisation des véhicules offre de nombreux avantages, comme le fait d’entretenir des liens plus étroits avec ses fournisseurs, de réduire le temps de maintenance – lorsque les entretiens sont effectués à l’interne – et de pouvoir stocker des pièces de seulement quelques marques au lieu d’un vaste inventaire. Toutefois, il faut se souvenir que disposer de nombreuses unités d’un même modèle peut aussi impliquer des imprévus.

Bien que la tendance chez les parcs soit à la normalisation, il faut prendre garde de ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier. Aujourd’hui, un parc seulement composé de Boeing 737 Max 8 serait en droit de demander de quoi demain sera fait…

Bonne lecture de ce numéro d’avril dédié à l’entretien et aux pièces.

Lisez CamAuto avril 2019 dès maintenant en cliquant ici !

CamAuto avril 2019

Paratagez-le !