Baisse du prix de l’essence : Une question de stratégie

Baisse du prix de l'essence : Une question de stratégie
Comment la baisse du prix de l'essence change-t-elle la stratégie d'achat et de gestion des parcs automobiles ? (Photo : Shutterstock)

Tous l’auront sans doute remarqué, nous assistons à une baisse du prix de l’essence depuis plusieurs mois et tout semble indiquer qu’elle va se poursuivre encore un certain temps.

Il va sans dire que cette baisse du prix à la pompe a des conséquences importantes sur toutes les facettes de l’industrie automobile. Ainsi, en 2015, seulement un véhicule sur trois vendus au Canada était une voiture, alors que les deux autres étaient des fourgonnettes, des camionnettes ou des véhicules utilitaires sport (VUS).

Une tendance semble donc se dessiner : les consommateurs canadiens profitent de la baisse des prix à la pompe pour acheter des véhicules plus lourds et moins verts. Mais qu’en est-il des gestionnaires de parcs de véhicules ? Comment la baisse du prix de l’essence change-t-elle leurs stratégies d’achat et de gestion de leurs parcs ?

C’est le marché qui décide

Le directeur des ventes et achats de véhicules pour la compagnie de location Discount, William Pasquini, explique que pour son entreprise, l’impact de la baisse du prix de l’essence est minime, car ce sont les clients qui paient le carburant qu’ils utilisent durant la location.

Dans les cas d’achat de véhicules de parcs, M. Pasquini mentionne que c’est le marché qui dicte ce qui sera acheté. « Comme nous conservons la majorité de nos véhicules moins d’un an, nous pouvons nous ajuster en fonction des nouveaux modèles », ajoute t-il.

« La baisse du prix de l’essence est une bonne nouvelle pour les gestionnaires de parcs, car elle aide à contrôler les coûts de gestion. » Jean-François Dumas, directeur régional pour l’Est du Canada, Element Fleet Management

« La composition de notre parc ne varie pas beaucoup, puisque nous devons louer les véhicules pour une période minimale de six mois avec une minimum de kilomètres utilisés avant de les sortir de la route. » L’importance du parc de véhicules sera donc un reflet direct du nombre de clients de l’entreprise. Mais une chose semble être certaine en ce qui concerne M. Pasquini : « Quand le prix d’essence est à la baisse, les VUS sont plus en demande quant à la revente. »

Une bonne nouvelle

Pour Jean-François Dumas, directeur régional pour l’Est du Canada chez Element Fleet Management, la baisse du prix de l’essence à laquelle nous assistons est une bonne nouvelle pour les gestionnaires de parcs de véhicules, car elle aide à contrôler les coûts d’opération.

Il estime que les gestionnaires de parcs ne doivent pas se laisser influencer par cette baisse ni changer leurs choix de véhicules au moment de la planification des achats.

« On sait tous que le prix de l’essence va remonter éventuellement, ajoute-t-il. Donc, l’achat à prix intéressants de véhicules qui consomment raisonnablement doit demeurer une priorité pour nous. »

« Nous avons des stratégies à moyen terme avec nos clients afin de réduire les empreintes de CO2, et ces stratégies doivent rester en place car on doit être prêt à faire face à des taxes sur les émissions qui vont arriver un jour, peu importe le type d’essence. La baisse du prix de l’essence donne un répit, mais la planification de l’avenir doit demeurer une considération de premier plan pour nous », conclut-il.

Paratagez-le !