Foss : gestion du carburant à la carte

Pedro Miranda, président de la NAFA-Québec, (À gauche) accueillait le président de Foss National Leasing, Jeff Hartley (au centre) et ses deux employés (à ses côtés), Jim Forbom, VP Service à la clientèle, et Lori Pinter, directrice aux Opérations des cartes, ainsi que Mario Gionet, président de la NAFA (Canada) à ce rendez-vous des plus intéressants du point de vue de la bonne gestion du carburant. Un sujet toujours d'actualité.

Pedro Miranda, président de la NAFA-Québec, (À gauche) accueillait le président de Foss National Leasing, Jeff Hartley (au centre) et ses deux employés (à ses côtés), Jim Forbom, VP Service à la clientèle, et Lori Pinter, directrice aux Opérations des cartes, ainsi que Mario Gionet, président de la NAFA (Canada) à ce rendez-vous des plus intéressants du point de vue de la bonne gestion du carburant. Un sujet toujours d’actualité.

Le mercredi 7 novembre, près d’une centaine de gestionnaires de parcs et fournisseurs ont répondu à l’invitation de la NAFA. Ils se sont réunis à l’hôtel Sheraton de Laval pour un déjeuner conférence des plus intéressants portant sur la gestion du carburant.

L’entreprise invitée pour cette présentation, Foss National Leasing, a présenté les statistiques canadiennes, les options liées à la gestion du carburant et a exposé les astuces pour réduire les dépenses qui s’y rattachent.

D’abord, au chapitre des enregistrements de véhicules de parcs, au Canada, par type de carburant, en 2011, on note que 57 % des véhicules carburent à l’essence, alors que 37 % offrent le carburant flexible. On note ensuite que le diesel compte pour 5 % du total dans les parcs de véhicules légers jusqu’à moyens. Quant aux véhicules mus par des motorisations hybrides (essence/électricité), ils représentaient, en 2011, 0,01 % du total, alors que les véhicules exclusivement électriques représentaient un infime pourcentage de 0,0003 %.

Quant aux prix des carburants, parmi toutes les grandes villes canadiennes, c’est à Montréal que l’on retrouve en moyenne les prix les plus élevés. Parmi les données statistiques compilées, on remarque que 57 % des stations-service, à l’échelle du pays, offrent du diesel.

Cartes de gestion de parcs automobile

Parmi les options offertes aux gestionnaires de parcs, Foss a fait la démonstration des avantages liés à la gestion du carburant par cartes : cartes de crédit banquaires, cartes de crédit des pétrolières et carte de crédit de gestion de parc (rappelons-nous que Foss avait racheté l’entreprise Corporate, spécialisée dans la gestion par cartes de crédit). Parmi ces différentes options, on a fait la démonstration des avantages évidents de gérer à l’aide d’une telle carte en ce qui a trait aux données globales, aux rapports d’exceptions, à la fusion de données, à l’analyse des habitudes, à la sécurité…

Astuces pour réduire ces dépenses de carburant

Bien sûr, bien que ce ne soit jamais si simple, on y est allé des conseils pour réduire les dépenses reliées au carburant. D’abord, le contrôle de cette gestion est la première inquiétude. Pour être en mesure de bien gérer les dépenses, il faut être en mesure de les mesurer. Et c’est pour ça que les solutions télématiques s’améliorent toujours pour être en mesure de servir de plus en plus de parcs.

Mais au-delà de ce mesurage, il faut regarder le portrait dans son ensemble. D’abord, certains gestionnaires doivent repenser leurs sélecteurs et ne pas s’en tenir aux stéréotypes. Certains changements de type de véhicules peuvent contribuer à faire des économies substantielles, tout comme les équipements et le grade d’essence, comme le mentionnaient les conférenciers. Par exemple, un client habitué à acheter des fourgonnettes de travail GMC Savana pourrait avoir toute une surprise en les remplaçant par des Ford Transit Connect. Aussi, il faut penser que certains équipements, comme l’échelle fixée au toit, nuise à l’aérodynamique et contribuent à faire augmenter la consommation de carburant. Parfois, une échelle déployable plus courte rangée dans le fourgon peut faire l’affaire ! Aussi, les conférenciers rappellaient aux gestionnaires que l’essence super n’est nécessaire que lorsque le fabricant automobile appose la mention « requis ». Si l’on mentionne que le grade supérieur est « recommandé », il n’est pas « requis » !

Paratagez-le !