ARI : gestion à la carte du carburant

ARI

« La saine gestion de votre parc passe par la saine gestion des coûts de carburant » – Peter Nogalo, ARI

L’achat de carburant accapare le tiers de votre budget de parc. Ce total dépasse largement les coûts d’entretien et d’accidents, et talonne de près la dépréciation qui est la plus importante dépense.

La saine gestion des coûts de carburant passe par un savant mélange de véhicule, de formation, de carte d’achat, et de surveillance et d’analyse. Les services professionnels de gestion de parcs sont souvent la meilleure solution pour bien orchestrer et maximiser les outils et systèmes de gestion.

« Les gestionnaires ont tendance à prioriser la gestion du carburant, vu le grand nombre de systèmes de contrôle, » explique Peter Nogalo, directeur du marketing chez ARI Canada.  « Les grands parcs spécialisés ont intérêt à gérer ce dossier à l’interne, mais dans la majorité des cas, il vaut mieux payer pour ces services afin de maximiser l’utilisation de vos ressources et gérer la croissance de votre entreprise. »

Les types de cartes

Il existe en général deux types de cartes : les cartes de fournisseurs uniques comme Esso ou Petro Canada, ou les cartes « privées » exclusives qui sont acceptées à grande échelle, sans programmes de primes.

« Il faut faire preuve de bon sens », explique Nogalo. « Les cartes de fournisseurs uniques sont souvent assorties de bonis, mais il faut parfois se déplacer plus loin pour accéder aux services, ce qui engendre des coûts additionnels. Si le conducteur trouve un détaillant dans le cours de ses déplacements habituels, tant mieux, sinon, vous créez un problème. »

Les cartes exclusives à une société de gestion de parc peuvent être utilisées chez plusieurs détaillants de carburant. « Les cartes exclusives offrent une plus grande flexibilité », selon M. Nogalo. « Elles sont produites à l’interne, sans aucun délai. Ceci évite les attentes inutiles et les inconvénients. »

Les NIP et les puces

« Le NIP augmente le niveau de sécurité de la carte d’achat de carburant, pourvu qu’il soit connu seulement de l’utilisateur », souligne Nogalo. Cette technologie est utilisée chez nos principaux fournisseurs et ARI vise un taux de participation de 90 % pour 2014.

Selon les protocoles de sécurité que nous avons soigneusement étudiés, la sélection d’un NIP aléatoire est la clé du succès de ce système. ARI  lancera sa première carte Mastercard munie d’une puce cet été.

« La puce ajoute un niveau de sécurité additionnel, » selon lui. « Le NIP et la puce empêchent la duplication de cartes et sauvent beaucoup de temps aux utilisateurs à la pompe. »

La gestion des données

La gestion des coûts passe en premier par le paiement. Les gestionnaires de parc doivent privilégier les cartes qui sont munies des systèmes d’alertes et de contrôles basés sur des critères comme la surconsommation de carburant (le total en litres de l’achat dépasse la capacité du réservoir) et l’usage de carburant à indice d’octane supérieur. Ces alertes vous aident à gérer les situations en temps réel. Vous pouvez aussi restreindre le nombre total de transactions ou de litres.

« La saine gestion de votre parc passe par la saine gestion des coûts de carburant, » estime Nogalo. « Si les données indiquent des fluctuations ou une surconsommation de carburant, vous devez peut-être analyser l’âge moyen et le programme d’entretien de votre parc. Les véhicules plus âgés peuvent vous inciter à remplacer une portion de votre parc pour des modèles moins énergivores.

Si vous utilisez un service professionnel de gestion de parcs, demandez une analyse du cycle de vie qui, par l’étude systématique de la consommation de carburant sur 36 mois, peut vous indiquer à quel moment vos équipements deviendront désuets.

Économiser gros

L’analyse des types de véhicules fait partie de l’ensemble des points à étudier. « Il se peut que vous utilisiez des véhicules trop énergivores pour faire le travail, et un véhicule ou une motorisation plus petite vous servirait mieux. »

Il souligne l’importance des technologies écoénergétiques comme l’arrêt-démarrage automatisé, qui sont de plus en plus abordables et répandues, réduisant ainsi l’impact de la hausse des prix de carburant.

Les gouvernements et les constructeurs font leur part pour rendre les véhicules moins énergivores. « Les mesures écoénergétiques ont aidé à absorber l’augmentation à la pompe. Le litre se vendant maintenant entre 1,30 $ et 1,40 $ le litre.

La saine gestion des coûts de carburant, et par le fait même de votre parc, passe par un savant mélange de variables incluant la sélection de véhicules, la formation des conducteurs, la bonne carte d’achat, l’analyse des données, et un processus de suivi et de formation.

Vous pouvez faire ce travail, ou le confier à des professionnels qui connaissent à fond ce dossier, mais vous devez agir. Le prix du carburant est plus élevé que jamais. La bonne gestion des coûts de carburant est indispensable, et fait partie de votre mandat de gestionnaire de parc.

Saviez-vous que …

–      La société UPS a économisé plus de 10 millions de gallons de carburant en minimisant les virages à gauche.

–      L’équipe de Mythbusters a mesuré la consommation de carburant avec des pneus sous-gonflés et surgonflés pour confirmer ce que nous savions déjà. À 10 psi, le véhicule utilise 3,7 % plus de carburant que le véhicule contrôle gonflé à 35. À 30 psi,  le véhicule consomme 1,2 % plus de carburant. À 40 psi, le véhicule utilise 6,2 % moins de carburant, et 7,6 % moins à 60 psi. Mais nous savons tous qu’il n’est pas recommandé de surgonfler les pneus !

–      Il est évident que les charges inutiles peuvent faire grimper vos coûts de carburant. L’agence américaine EPA estime qu’une surcharge de 50 à 100 livres diminue le rendement écoénergétique de 1 % à 2 %. L’effet est encore plus prononcé sur les petits véhicules.

–      Cette même agence estime que le rendement écoénergétique d’une conduite agressive est de 30 % inférieur sur route, et 5 % inférieur en conduite urbaine …

–      … et que le coût du carburant augmente de 6,5 cents le litre par tranche de 8 km/h quand vous dépassez les 80 km.

–      Un moteur qui tourne au ralenti consomme environ un à deux litres à l’heure.

 

Crédit photo : Jack Kazmierski

Paratagez-le !