Fiat maintenant propriétaire de la totalité de Chrysler

 

Fiat

Fiat a maintenant main-mise totale sur le Groupe Chrysler. Images corporatives : Fiat, Chrysler

Après des mois, Fiat est enfin parvenu à mettre la main sur la totalité du groupe américain Chrysler.

Pour Sergio Marchionne, administrateur délégué de Fiat et président de Chrysler, cet accord historique permettra de créer un constructeur automobile global, solide et ouvert.

Fiat détenait jusqu’ici que 58,5 % de Chrysler, le reste (41,46%) étant aux mains du fonds de pension Veba du syndicat américain de l’automobile UAW. En vertu de cet accord, qui fait suite à des mois de conflit sur le prix entre les deux parties, Veba recevra pour cette part un total de 3,65 milliards de dollars.

En tout, 1,75 milliard de dollars lui sera versé par Fiat au comptant, le reste étant fourni sous forme de dividendes extraordinaires de Chrysler à ses actionnaires. Fiat reversera sa part à Veba.

« J’attends ce moment depuis le premier jour, depuis que nous avons été choisis en 2009 pour contribuer à la reconstruction de Chrysler », s’est félicité John Elkann, président de Fiat.

Le groupe automobile italien, affaibli par la crise en Europe, était désireux depuis longtemps de fusionner entièrement avec son partenaire, mais était en conflit avec Veba, ce dernier réclamant un prix de quelque 5 milliards de dollars. L’accord se traduira par «le retrait de manière définitive de l’action en justice (en cours) devant la Cour du Delaware» qui devait départager Fiat et Veba à ce sujet, indique Fiat.

Aujourd’hui, le constructeur italien, confronté à un marché européen en chute libre, ne doit son salut qu’à Chrysler. En 2012, ce dernier a connu «une année exceptionnelle», avec un bénéfice net quasiment décuplé à 1,7 milliard de dollars, et sans lui, Fiat aurait essuyé une perte nette de 1,041 milliard d’euros (environ 1,52 milliards $CAN) en 2012.

L’accord a aussi reçu un accueil favorable de la part des syndicats de la Fiat, qui compte 197 000 salariés dans le monde, dont 80 000 en Italie, faisant de lui le premier employeur privé de la péninsule.

Source : La Presse

Paratagez-le !