Un parc éolien aux Îles-de-la-Madeleine

Un parc éolien aux Îles-de-la-Madeleine
Le parc comprendra deux éoliennes ainsi que les infrastructures qui y sont associées. (Photo : Hydro-Québec)

Avec l’accord du gouvernement du Québec, le projet d’implanter et d’exploiter un parc éolien de 6,4 mégawatts (MW) dans l’habitat floristique de la Dune-du-Nord, aux Îles-de-la-Madeleine, ira de l’avant.

Le parc comprendra deux éoliennes ainsi que les infrastructures qui y sont associées. L’exploitation de celui-ci, assure-t-on, présente des avantages environnementaux pour la communauté, notamment par la diminution de la dépendance des Îles-de-la-Madeleine aux hydrocarbures. En effet, elle fera économiser environ 10 %, soit environ 4 millions de litres du mazout lourd consommés annuellement par la centrale thermique de Cap-aux-Meules. Le parc éolien, par ailleurs, réduira d’environ 13 % les émissions annuelles de gaz à effet de serre de la centrale, ce qui correspond aux émissions annuelles du parc automobile madelinot, calcule-t-on. Elle fera également économiser une livraison de mazout lourd par bateau tous les quatorze à dix-huit mois, ce qui réduira les risques de déversement accidentel.

Le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, a indiqué qu’à la suite de l’analyse environnementale du rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) et des engagements pris par le promoteur, le projet avait été jugé acceptable sur le plan environnemental, autant en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables que de la Loi sur la qualité de l’environnement.

On promet que le projet se concrétisera en affectant le moins possible l’habitat fragile du corème de Conrad, un petit arbuste désigné menacé depuis 2001 et qui, au Québec, croît exclusivement aux Îles-de-la-Madeleine. La superficie totale qui sera retranchée de l’aire protégée où vit cet arbuste est de 10 hectares, soit moins de 4 % de la superficie totale de l’aire protégée. En contrepartie, le promoteur s’est engagé à protéger 30 hectares de l’habitat du corème de Conrad ailleurs sur le territoire.

Paratagez-le !