Sécurité active : innovation sans limites

Sécurité

Source photo : IIHS

Quelle chance avons-nous de vivre à notre époque… En 2009, l’Insurance Institute for Highway Safety (IIHS) faisait la démonstration que les autos d’aujourd’hui ne sont vraiment pas construites comme celles d’hier; elles sont nettement plus sécuritaires !

Pour son test, l’IIHS s’est procuré une berline Chevrolet 1959 en parfait état et l’a fait entrer en collision à chevauchement avec une Chevrolet Malibu 2009, aile avant gauche contre aile avant gauche, à une vitesse constante. Résultat : le mannequin « conduisant » la Chevrolet 1959 serait mort sur le coup, alors que celui de la Malibu n’aurait subi que des blessures superficielles aux genoux.

Ce test fut la preuve que les voitures d’aujourd’hui sont, sur tous les plans, nettement plus sûres que celles d’hier, ne serait-ce que par la présence – dans la Malibu, en l’occurrence – de ceintures de sécurité et de coussins gonflables (alors que la Chevrolet 1959 n’avait ni l’une, ni l’autre). Évidemment, aujourd’hui, aucune voiture ou camionnette n’est commercialisée sans ces deux éléments de sécurité obligatoires. Mais la sécurité va encore plus loin. En passant, vous croyez peutêtre que l’économie de carburant est la priorité absolue des acheteurs modernes d’automobiles ? Détrompez-vous ! Après le prix (29 % des acheteurs en font la priorité), c’est la sécurité qui importe le plus (15,6 %) avant l’économie de carburant (13,2 %) et la fiabilité (6,1 %).

Les véhicules d’aujourd’hui sont nettement plus résistants aux impacts frontaux. Mais ce genre d’impact n’est pas le seul qui doit être pris en compte lorsqu’on analyse le degré de sécurité d’un véhicule. En effet, plusieurs impacts surviennent en coin – comme ce fut le cas lors du test de l’IIHS entre les deux Chevrolet – et souvent en position latérale (intrusion dans les portières). Heureusement, les ingénieurs de l’industrie automobile sont parvenus avec le temps à protéger de ces chocs les occupants assis tant à l’avant qu’à l’arrière, surtout grâce aux coussins gonflables, qui réagissent presque instantanément à l’impact. Mais ceux-ci ne pourraient être efficaces sans l’utilisation des ceintures de sécurité.

sécurité

L’affichage au pare-brise (Head-Up Diplay ou HUD) devient de plus en plus apprécié comme élément de sécurité.
Source photo : BMW

On accorde au constructeur suédois Volvo le crédit d’avoir appliqué à l’automobile le principe des ceintures de sécurité à trois points. Au milieu des années cinquante,

Ford a tenté de convaincre les acheteurs d’automobiles de l’époque de se procurer des ceintures de sécurité en option. Ce ne fut pas un succès… Pour pallier le manque de dispositifs de sécurité, Ford a créé des volants au centre creux et des tableaux de bord recouverts d’une sorte de mousse rigide, afin de protéger les passagers avant en cas d’impact. La technologie de la sécurité prenait son envol.

Tout récemment, Ford recevait le prix de la technologie de l’année pour l’invention des ceintures de sécurité arrière avec baudrier gonflable en cas d’impact, encore une fois une option. L’an prochain, le baudrier deviendra obligatoire sur les ceintures des passagers du centre. En 2013, General Motors recevait le même prix pour un coussin gonflable entre les deux passagers avant. Il a été prouvé qu’en cas d’impact latéral, les deux passagers assis à l’avant pouvaient se frapper mutuellement la tête, ou encore le conducteur seul pouvait mourir d’un choc de la tête contre la paroi opposée de l’habitacle, ou de blessures internes en heurtant une console.

 

Peu importe le véhicule

En anglais, on dit « Size doesn’t matter » : peu importe les dimensions d’un véhicule, la sécurité doit y être. Grâce à de nouvelles méthodes de construction, les plus petites voitures peuvent absorber des chocs terribles sans blessures « fatales » aux mannequins lors des tests. Mais les lois de la physique demeurant les mêmes, les résultats de ce genre de tests seraient différents si, par exemple, certaines microvoitures testées par ces organismes étaient lancées contre des camions poids lourd.

 

Mais alors, comment choisir ?

Si la question de la résistance des véhicules aux collisions vous intéresse ou vous préoccupe, nous vous suggérons de consulter les documents de l’Insurance Institute for Highway Safety (IIHS). Chaque année, cet organisme fédéral américain publie les résultats de ses tests de collision selon les catégories de véhicules. Par exemple, cette année, l’IIHS a testé plus d’une douzaine de VUS compacts populaires lors de collisions à chevauchement contre un objet fixe. Seul le Subaru Forester 2014 a su passer le test avec succès. L’Outlander Sport a été classé « acceptable », les onze autres, de « marginal » à « pauvre ».

 

Sécurité


GM propose maintenant un coussin gonflable central sur certains de ses modèles.
Source photo : GM

L’avenir de la sécurité

Les constructeurs automobiles continuent de travailler pour procurer la plus grande sécurité possible aux occupants des véhicules modernes. Certains accessoires sont facultatifs, d’autres standards. Parmi les éléments les plus évidents, notons les systèmes de contrôle de la stabilité, qui peuvent sortir plus d’un conducteur du pétrin. Ceux-ci sont généralement combinés à l’ABS des freins, une fonction standard sur tous les véhicules modernes.

D’autres systèmes bien souvent optionnels peuvent aussi éviter des impacts légers qui peuvent cependant coûter cher. Parmi eux, des détecteurs d’obstacles et des caméras de marche arrière souvent jumelées au système de navigation. Tout récemment, les constructeurs ont commencé à inclure des systèmes de détection d’obstacles en cas de changement de voie, des systèmes de déviation de voie et même de détection de somnolence du conducteur, un incontournable pour ceux qui font beaucoup de route. Chez Cadillac, ce genre de dispositif est même combiné à un système de vibration dans le siège du conducteur, au lieu d’avertisseurs sonores qui pourraient inquiéter les autres passagers.

L’affichage « tête haute » (Head-Up Display ou HUD) de la vitesse dans le pare-brise est un autre élément de sécurité à considérer. Pendant ce temps, quelques constructeurs sont à mettre au point des systèmes de détection de piétons, ou encore des systèmes de freinage complet à basse vitesse pour empêcher les collisions légères dans les bouchons de circulation. Évidemment, la commande vocale des fonctions de la radio devient de plus en plus populaire comme élément de sécurité.

Enfin, d’importantes entreprises en technologies telles Continental sont à concevoir des systèmes qui peuvent conduire un véhicule sans l’aide de l’humain, ce qui diminuerait la possibilité d’accidents. À ce stade, nous nageons encore dans la science-fiction. Cela dit, on trouve au moins un véhicule – une berline Passat – dûment certifié par l’État du Nevada pour se conduire par lui-même à l’aide d’un GPS.

Bref, l’avenir semble prometteur en ce qui concerne la sécurité automobile.

Paratagez-le !