Pour optimiser la performance de vos actifs

Pour optimiser la performance de vos actifs
Cela permettra de réduire les coûts d’opération et de mieux servir les utilisateurs de vos véhicules.

Parmi les rôles du gestionnaire de parc, l’entretien est l’une des composantes importantes à maîtriser dans la performance d’un programme de maintenance, le tout dans le but ultime de contrôler les coûts d’opération.

Et selon moi, au regard de ses fonctions et responsabilités, cet administrateur devrait se définir en tant que gestionnaire d’actifs véhiculaires.

Définir les dépenses d’entretien

Dans la ritournelle des dépenses d’opération à gérer, outre les assurances, le carburant et la dépréciation, il y a celles, spécifiques à l’entretien mécanique, qui requièrent des interventions directes des organisations, qui doivent les inclure dans leurs programmes d’entretien des véhicules. Pour ce faire, une attention particulière doit être portée au plan d’entretien lui-même afin de s’assurer qu’il est optimisé et qu’il correspond aux différentes évolutions technologiques que les manufacturiers développent dans les véhicules.

Un des éléments que je juge fort important est de pouvoir évaluer la performance du plan d’entretien pour optimiser le rendement du véhicule. Pour ce faire, il faut être en mesure de déterminer les causes des défaillances. Un outil permettant de faire ces analyses est la codification de ces interventions.

Le système VMRS de l’ATA

Le système « Vehicle Maintenance Reporting Standards » (VMRS) de l’American Trucking Association (ATA) est un outil complet et adapté à l’industrie automobile. Depuis 1970, le VMRS fournit un lien de communication essentiel entre le personnel de maintenance, les ordinateurs et la gestion. Il établit un langage universel pour les parcs, les constructeurs automobiles (OEM), les fournisseurs de l’industrie, les ordinateurs et le personnel chargé de spécifier, d’acheter, d’utiliser et de maintenir le matériel roulant.

C’est un système complet qui permet de codifier les interventions que font les techniciens sur les véhicules. Même si cela exige un bon encadrement auprès des techniciens, un soutien permanent pour les utilisateurs et de la détermination du gestionnaire en poste pour s’assurer que les techniciens l’utilisent à bon escient et respectent l’objectif du système en codifiant les interventions sur les actifs véhiculaires selon le système VRMS, il demeure un atout important dans l’atteinte des objectifs.

Le fonctionnement

Le système de l’ATA peut devenir lourd et long à utiliser ; il faut l’adapter à ses besoins selon le type de véhicules et d’opérations que l’organisation effectue. Si la majorité des véhicules sont des automobiles, il faut alors inclure les composants possibles du véhicule. Si le véhicule possède des équipements auxiliaires, par exemple des grues articulées ou des nacelles, la codification sera plus complexe car un plus grand nombre de composants pourraient être défaillants.

De plus, la codification peut s’appliquer même si vous ne possédez pas vos propres ateliers mécaniques. Les entreprises qui s’occupent de l’entretien de vos véhicules devraient être en mesure de vous offrir cette option.

Le fonctionnement simplifié du système est le suivant :

Cibler les défaillances

L’objectif de ce système est de permettre au gestionnaire de parc de déterminer les défaillances répétitives et de mettre en place les actions qui élimineront l’aspect aléatoire, grâce un mécanisme proactif qui fera disparaître les arrêts non planifiés. Cela permettra de réduire les coûts d’opération et de mieux servir les utilisateurs de vos véhicules.

Pour plus d’information, consultez le document de l’ATA dans la rubrique « Vehicle Report Maintenance Standards » du site trucking.org.

Paratagez-le !