Pare-chocs : réparer plutôt que remplacer

Les réparations de pare-chocs facturées au client peuvent devenir une source importante de revenus.

Les réparations de pare-chocs facturées au client peuvent devenir une source importante
de revenus.

Bien qu’on mette beaucoup l’accent sur la rapidité et la qualité des réparations dans les ateliers de carrosserie, on ne parle pas beaucoup des heures consacrées à la réparation des pare-chocs.

Rares sont les accidents qui n’entraînent pas de dommages (égratignures ou déformations plastiques), à l’un ou l’autre des pare-chocs. C’est donc l’un des premiers points à être évalué par les experts en sinistres, qui doivent alors choisir entre la réparation ou le remplacement.

L’industrie insiste sur la nécessité de réaliser rapidement les réparations, mais la question des pare-chocs est souvent négligée. Dans le dernier rapport sur les tendances de l’industrie pour le dernier trimestre de 2014, publié par Mitchell, Greg Horn, vice-président aux Relations avec l’industrie, examine le nombre d’heures consacrées à la réparation des pare-chocs et indique si celui-ci varie en fonction du type de véhicule ou du prix des pièces de remplacement.

M. Horn souligne qu’il serait avantageux de consacrer plus de temps à la réparation des pare-chocs puisque cette mesure est rentable pour les ateliers aussi bien que pour les assureurs et les propriétaires. Alors, pourquoi ne pas le faire ? Dans une entrevue spéciale en deux volets, Le Carrossier a demandé à Greg Horn pourquoi l’industrie semblait négliger la réparation des pare-chocs et comment cela pouvait limiter les gains pour les ateliers.

Réparer les pare-chocs peut comporter des avantages, même si on y met plus de temps, selon une récente étude de Mitchell.

Réparer les pare-chocs peut comporter des avantages,
même si on y met plus de temps, selon une récente étude de Mitchell.

Selon vous pourquoi la réparation des pare-chocs n’est-elle pas la première solution adoptée par les ateliers malgré l’importance pour eux d’exécuter le travail le plus rapidement possible et à moindre coût ?

C’est lié à la peur de ne pas réussir. Bon nombre de techniciens ont oublié de se tenir à jour en matière de techniques de réparation ou ont déjà raté leur coup. Quand ils ont peur de ne pas pouvoir fournir une garantie de résultat, ils hésitent. Les techniques de réparation ont évolué, mais il arrive que les méthodes utilisées soient désuètes.

Existe-t-il une façon sûre pour un évaluateur de déterminer s’il vaut mieux réparer ou remplacer un pare-chocs ?

Il s’agit d’abord noter tous les dommages et voir s’ils sont localisés sur un seul côté ou sur les deux. Ensuite, il faut prendre en compte les matériaux à utiliser et déterminer si le couvert doit être retiré (s’il présente des fissures ou des trous) pour effectuer la réparation. Dans ce cas, il est nécessaire de prévoir aussi une réfection complète du pare-chocs en plus du matériel nécessaire pour réparer le couvert lui-même.

Notre étude a démontré que les 2,5 heures consacrées à la réparation d’un pare-chocs coûtaient beaucoup moins que le remplacement d’un couvert. Comme le prix de celui-ci sur certaines voitures de luxe peut atteindre 800 $ à 900 $, il faudrait que la réparation soit très compliquée pour lui préférer le remplacement. Il est également important de comprendre la technique qui sera utilisée pour réparer le pare-chocs. Les mastics et adhésifs modernes sont d’excellente qualité et résistent au temps et aux contraintes. En fait, la zone réparée est en général plus résistante que le matériau d’origine.

Quand les pièces de rechange coûtent 600 $ ou plus, la réparation reste une option intéressante.

Quand les pièces de rechange
coûtent 600 $ ou plus, la réparation reste une option intéressante.

La réparation des pare-chocs peut-elle être rentable pour un atelier ?

Bien sûr. Nous encourageons les ateliers à faire ce que j’appelle des « réparations éclair », surtout quand elles sont facturées au client. Ces réparations se font en un jour et elles améliorent la productivité du technicien. Elles permettent d’assurer un roulement et de remplir l’horaire de production. Au Royaume-Uni, des projets très intéressants ont vu le jour, comme des ateliers de carrosserie mobiles équipés de chambres à peinture démontables et qui se rendent chez l’assureur ou chez le particulier. Cela réduit les coûts pour l’assureur, car il n’a pas à fournir de véhicule de remplacement, et la réparation est faite le jour même. Certains ateliers en Grande-Bretagne font des affaires d’or en réalisant des réparations de qualité grâce à cette technique. Le phénomène ne s’est pas encore répandu à l’Amérique du Nord, mais je pense qu’il s’agit d’une bonne façon de réduire les coûts et d’offrir aux assurés un service rapide et pratique.

Paratagez-le !