Matériaux mixtes : La dure réalité

Matériaux mixtes
Aujourd’hui, les FEO fournissent des directives de réparation précises pour les matériaux mixtes (Photo: Huw Evans)

Le RCI ne se mesure pas du jour au lendemain, mais il sera appréciable.

Investir dans l’équipement pour la réparation d’aluminium n’offre pas de retour sur le capital investi (RCI) à court terme, mais cela s’impose dans l’industrie de la réparation de carrosserie.

Chez Budds’ Collision Services, J. R. Martino, directeur général, parle de la chambre consacrée à la réparation d’aluminium construite au milieu des années 1990. « Nous sommes certifiés par Jaguar et Land Rover. Comme notre population majoritairement britannique aime ces véhicules, nous avons été le premier atelier de réparation de carrosserie au Canada à posséder une chambre pour l’aluminium », dit-il. « C’est seulement maintenant que nous obtenons un certain retour sur notre investissement. »

Ce dernier croit fermement qu’avec la popularité croissante de la certification et la prise en charge de la clientèle par les FEO, l’ajout de l’aluminium à votre offre de service est essentiel. « Même si ça ne vous enchante pas, vous devrez emboîter le pas de l’industrie au risque d’être laissé pour compte. Les compagnies d’assurance et les FEO se tourneront vers vos concurrents. »

« Allez-vous obtenir un retour immédiat sur votre investissement ? Non, ce ne sera pas le cas. Mais à long terme, si vous voulez être en affaires et réparer plus de véhicules, c’est ce que vous devez faire. Tout comme une chambre à peinture ou un nouvel abrasif, c’est un investissement nécessaire pour le bien de votre entreprise à long terme. »

Protection des marques

Les FEO et les assureurs prennent l’initiative et s’impliquent davantage dans les procédures de réparations. « Les FEO protègent leur investissement, leurs clients et leur marque », déclare monsieur Martino. « Pour ce faire, ils ont besoin d’ateliers de réparations qualifiées. Ils veulent éviter à tout prix que le véhicule d’un de leur client ne soit pas réparé correctement et que ce dernier choisisse ensuite une autre marque. »

Il est recommandé d’élaborer un plan. « Investir massivement du jour au lendemain dans des établis, de l’équipement et une chambre distincts pour l’aluminium n’est pas la meilleure option », souligne le directeur. « La première étape consiste à déterminer l’emplacement réservé à la réparation d’aluminium. De nombreux FEO exigent qu’il soit séparé par un long rideau en plastique, ce qui ne représente pas un gros investissement. Si vous pouvez y consacrer un espace séparé du reste de l’atelier, cela devrait être suffisant. »

Investissez ensuite périodiquement dans l’achat de certains outils et formez un technicien. « I-CAR fait un travail fantastique dans le domaine de l’aluminium et les FEO offrent également de bons séminaires de formation », suggère notre interlocuteur.

Contamination croisée

Selon Richard Perry, FEO et directeur des comptes stratégiques pour Chief Automotive, les fabricants vous diront qu’il faut posséder un certain équipement avant même de pouvoir travailler l’aluminium. « Que ce soit une chambre propre, une zone protégée par un rideau, de l’outillage attitré, un système d’extraction particulier, des outils à main, des chariots ou une soudeuse », note ce dernier. « Ils sont essentiels pour effectuer des réparations propres à l’aluminium. »

Le grand défi consiste à éviter la contamination croisée. « De nombreux ateliers réparent des panneaux d’aluminium comme des capots ou des ailes dans des postes de travail distincts », déclare-t-il. « Mais lorsque vient le temps d’effectuer des réparations structurelles, vous devez posséder une chambre propre – c’est la norme pour tous les constructeurs. »

Chaque FEO requiert toutefois des outils différents. « Que ce soit un pistolet à riveter, une soudeuse ou un système d’extraction des poussières, chacun a ses exigences », affirme M Perry. « Ils lancent le processus de test et d’approbation pour chaque produit. C’est très dispendieux. Ils peuvent se limiter à trois ou quatre produits jusqu’à ce que de nouveaux besoins se manifestent. »

Par conséquent, les ateliers qui décident de se lancer dans la réparation d’aluminium doivent posséder de nombreux outils en double. « Vous aurez tout un coffre consacré exclusivement aux réparations d’aluminium », ajoute ce dernier.

Tout le personnel doit s’adapter et avoir accès à l’information du FEO. « Lorsque l’estimateur procède à l’évaluation, il doit déterminer si l’atelier peut effectuer ce travail », note Richard Perry. « Certains FEO imposeront des restrictions. Si un atelier n’est pas certifié, il ne peut acheter les pièces et effectuer les réparations. Lorsqu’un véhicule entre dans un atelier, vous devez savoir s’il est autorisé à commander des pièces pour ce véhicule – autrement, la commande sera bloquée et rejetée par le constructeur ».

Formation

Pour Ken Friesen, président de Concours Collision Centres, l’enjeu principal quand on travaille avec des matériaux mixtes consiste à s’assurer que chacun est formé adéquatement. « Les gens doivent connaître ces matériaux et déterminer ceux qui composent le véhicule », dit-il. La formation est la clé, que ce soit par I-CAR ou le constructeur ; c’est selon vos préférences. »

Paratagez-le !