Le Carrossier décembre 2016

Le Carrossier décembre 2016

L’édition de décembre du magazine Le Carrossier est maintenant disponible en ligne. Vous pouvez la consulter ici, mais d’abord, quelques mots du rédacteur en chef du magazine Le Carrossier Michel Beaunoyer.

La nouvelle donne

Le mouvement de certification des ateliers va changer plusieurs aspects de l’industrie.

Ne soyez pas surpris du fait que nous abordons dans cette édition la question de la certification des ateliers sous plusieurs formes.

Plus personne ne reste insensible à cette question de certification des ateliers de carrosserie selon les normes demandées par les constructeurs. Les grands réseaux de carrosserie se mettent déjà à la page en développant en ce sens diverses approches d’accompagnement des ateliers.

L’AIA Canada, par son Programme canadien d’accréditation des ateliers de carrosserie (PCAAC), va dans cette direction. Des ateliers y sont déjà inscrits ou viennent d’obtenir cette accréditation qui les démarquent. D’autres chemins menant à ce type de reconnaissance professionnelle sont aussi possibles.

Chose certaine, les attentes des constructeurs se font sentir partout au pays. Les États-Unis vivent d’ailleurs déjà cette réalité depuis quelques années. Cette situation influera sur ce qui se passe, particulièrement dans les ateliers du Québec, où la relation entre les carrossiers et leurs partenaires assureurs est à tout le moins étroite.

Si, pour honorer la garantie qui s’applique à la voiture – qu’il s’agisse d’un achat ou d’une location –, le véhicule devra dorénavant être réparé non plus chez le carrossier choisi par le client ou recommandé par son assureur, mais dans l’atelier exigé par le constructeur, la relation est en effet appelée à se modifier à court ou à moyen terme. C’est à suivre…

Un temps pour penser

Parfois, avec les semaines qui se bousculent, il est impossible de s’arrêter et de mettre les choses en perspective. Pour le propriétaire d’atelier, le temps des Fêtes qui approche apportera deux choses selon moi de toute première importance.

Premièrement, du temps à consacrer à la famille et aux amis. On oublie trop souvent le soutien que nous offrent nos proches toute l’année durant, et cette période d’accalmie professionnelle est certes une bonne occasion de le reconnaître et de le souligner. Deuxièmement, un temps d’arrêt est aussi approprié pour faire le point sur les grands enjeux des mois à venir, dont cette question de certification, mais aussi sur la gestion des opérations, la satisfaction du personnel et son engagement, ou encore sur les gestes à poser pour améliorer l’expérience du client.

Je profite donc de cet espace pour vous souhaiter un beau et profitable temps des Fêtes.

Cliquer ici pour lire Le Carrossier décembre 2016

LC2

Paratagez-le !