Choisir et former : un produit parfait

LeCarrossier

Bien s’équiper est important, mais bien utiliser son équipement l’est encore plus.
(Photo : Huw Evans)

Viser la rentabilisation des investissements dans les équipements de carrosserie.

Pour être rentables, les ateliers doivent travailler vite et bien. Pour cela, il faut savoir bien utiliser ses outils et équipements.

Par exemple, Mirka Abrasives Canada propose un chariot pour transporter et poser tous les outils et le matériel nécessaire au travail du carrossier. « Le travail est plus efficace parce que tout est à la portée de la main », affirme le président de Mirka, John Booth.

Les ponceuses électriques sont actuellement les produits les plus populaires de Mirka. « Beaucoup d’ateliers utilisent maintenant des ponceuses électriques parce qu‘elles consomment moins d’électricité que les outils pneumatiques », explique M. Booth. « Elles sont à la fois plus efficaces et plus silencieuses. »

Des techniques qui évoluent

L’utilisation de l’aluminium dans la fabrication des carrosseries de modèles comme le Ford F-150 et la Cadillac CT6 force les ingénieurs à revoir les techniques de rivetage et de soudage. « On utilise maintenant des rivets là où il n’y en a jamais eu », explique Bob Holland, directeur commercial pour les Amériques dans le domaine de la carrosserie chez Chief Automotive Technologies. « On utilise aussi des soudeuses MIG à double impulsion. Depuis quelques années, les ateliers doivent travailler avec cette sorte de machine pour réparer les carrosseries en aluminium. »

Chief offre aussi des outils de mesure, de tirage et de retenue multipoint qui contribuent à réaliser des réparations de grande qualité. « Nos machines de mesure permettent de fixer des repères sur le véhicule avant de commencer l’évaluation des dommages. Ces repères restent en place pendant tout le travail de réparation », ajoute M. Holland. « Le technicien n’est plus obligé de reprendre les mesures chaque fois qu’il y a un mouvement puisque nos machines le font automatiquement et en temps réel. Les données sont mises à jour et affichées à l’écran en tout temps. »

Les tours de traction sont intégrées au banc de redressement. Pas besoin de trouver un coin pour les ranger ni de les réinstaller au besoin. « Avec la traction multipoint et une pompe hydraulique à commande électrique, on peut contrôler la hausse et toutes les tours afin de redresser tous les paramètres en même temps, si le type de véhicule le permet , poursuit Bob Holland. De cette façon, on inverse exactement l’effet de l’impact. C’est plus facile et moins risqué que de tirer dans différentes directions en séquence. L’avantage au plan de la qualité et du temps investi est évident. »

Fil laiton et silicone

Chez AB Warehouse, le directeur commercial, Manuel Furtado, rappelle que les soudeuses doivent fonctionner selon un mode d’impulsion adapté au fil de laiton à coeur de silicone. C’est encore plus vrai si on travaille sur des métaux comme l’aluminium. « Le fil ordinaire doit être chauffé à 815OC (1500OF), une chaleur qui peut altérer les propriétés du métal , explique t il. Le fil de laiton-silicone ne nécessite que 425OC (800OF), ce qui permet de souder des métaux plus délicats. »

Avec du fil régulier, on provoque une surchauffe du métal, ce qui le rend rigide et cassant. « Nous disons aux professionnels que, sans une machine à impulsion compatible avec le laiton, ils ne pourront plus travailler sur les véhicules de nouvelle génération. »

Le bon usage

La formation est essentielle pour les ateliers qui veulent rentabiliser leurs investissements en équipement.

Les gens de Chief Automotive Technologies voient la formation comme un processus continu.

« Nous formons les utilisateurs de deux façons , reprend Bob Holland. Nous accompagnons à la livraison les acheteurs de chaque pièce d’équipement vendue par notre distributeur nord-américain. Puis, nous nous rendons sur place pour montrer aux employés comment utiliser la machine en toute sécurité. »

Des formations plus pointues sont aussi offertes en plusieurs endroits du continent par l’entremise de la Chief University. « Nous disposons de 40 à 50 lieux de formation dans les locaux d’assureurs ou dans des instituts techniques qui possèdent certains de nos produits », poursuit M. Holland. « Nous en avons notamment à Toronto, en Alberta, en Colombie-Britannique et dans le nord des États-Unis. »

Une équipe de cinq formateurs assure le soutien technique. « Ils répondent à tous les types de questions, soutient Bob Holland. En général, les questions concernent les machines de mesure informatisée et proviennent de techniciens qui sont des novices en la matière. Nous expliquons les bases au téléphone et vérifions si ses mesures sont réalistes et bien faites. »

Formation pratique

Mirka Abrasives Canada propose des formations pratiques avec chaque équipement vendu. « Nous visitons l’atelier et déterminons comment nos produits pourraient améliorer les choses », explique John Booth, président de Mirka. « Nous trouvons les équipements et les personnes capables de fournir la formation pertinente. »

« Il y a parfois, ajoute-t-il, un manque d’uniformité au chapitre de la finition ou des employés moins bien formés. Dans certains gros ateliers, les employés proviennent de différents horizons et possèdent des expériences et des habitudes de travail variées. Ils mélangent souvent les méthodes pour arriver au produit fini. »

LeCarrossier

La popularité des ponceuses
électriques Mirka a explosé.
(Photo : Mirka Abrasives Canada)

Plus d’efficacité

Les vrais pros aiment suivre des protocoles pour arriver toujours à des résultats uniformes. Ils veulent améliorer leurs processus afin d’être plus efficaces et de réduire le temps de travail.

C’est dans cet esprit que Mirka a conçu son chariot de travail. « Le technicien n’a plus besoin de se déplacer pour chercher son matériel, et il évite d’utiliser des outils inadéquats. Tout est organisé et demeure en face du technicien , décrit M. Booth. Les ateliers disposent ainsi d’un bon système. Ils ont besoin de quelqu’un capable de déterminer les équipements nécessaires et d’offrir la formation et le soutien. »

Chez AB Warehouse, on aime les produits ProSpot à cause du soutien qui les accompagne. « Nous avons les outils et les ressources qu’il faut pour offrir toute la formation nécessaire. C’est un ensemble », affirme Manuel Furtado, le directeur commercial de l’entreprise.

« Nous sommes allés en Californie pendant une semaine pour suivre des formations sur les machines, soudeuses par points et soudeuses à plastique. »« Nous sommes vraiment fiers de notre filiale. Il ne suffit pas de vendre des outils; il faut aussi offrir l’information, la formation et le soutien qui vont avec. »

Paratagez-le !