Albrecht Kruse, SATA : faire mieux

Albrecht Kruse, SATA : faire mieux
Albrecht Kruse, président de SATA, lors d’une rencontre avec Le Carrossier dans le cadre du salon SEMA de Las Vegas (Photo : Michel Beaunoyer)

Rencontré lors du SEMA de Las Vegas l’automne dernier, Albrecht Kruse, président la compagnie allemande SATA, a bien voulu parler de son industrie au Carrossier.

Le président de cette entreprise qui fournit des équipements et du matériel pour les ateliers de carrosserie – spécifiquement liés à la peinture – a d’abord tracé un portrait historique de l’entreprise qu’il dirige. Un élément de ce passé est particulièrement éloquent : à l’origine, en 1907, l’entreprise de Stuttgart, en Allemagne, fabriquait des instruments chirurgicaux. On comprend que dans la tête du dirigeant actuel, SATA porte dans son ADN le soin apporté à la fabrication d’outils de précision, notamment en ce qui concerne ses pistolets à peinture.

Toujours innover

L’entreprise allemande, qui possède des installations au Canada, s’est fait un point d’honneur de toujours innover. Les technologies de purification d’air, par exemple, demeurent encore aujourd’hui un poste de recherche et de développement important.

« Je crois personnellement en l’importance de poursuivre nos processus d’amélioration continue, explique M. Kruse. Comme le secteur de la carrosserie est de plus en plus complexe, nous devons mettre en marché des équipements qui répondent à ces exigences. »

L’entreprise compte beaucoup sur les commentaires des utilisateurs pour améliorer ses produits. Elle travaille aussi en étroite collaboration avec les fabricants de peinture afin d’adapter ses équipements aux nouvelles formulations et aux nouveaux processus.

« Le grand défi pour notre industrie, c’est de suivre l’augmentation des rythmes de production tout en veillant à répondre aux besoins de formation. Nous réalisons que souvent, ce qui est annoncé comme un problème avec un équipement découle plutôt du fait qu’ils sont mal utilisés ou mal entretenus. Les fournisseurs doivent s’assurer de présenter les solutions et les équipements les plus simples possible pour pallier aux carences de formation. Ce qu’exige l’industrie, c’est la constance des résultats. Les retours sont ruineux et il faut être d’une grande précision à chacune des étapes. Je crois qu’une entreprise comme la nôtre doit être proche de sa clientèle justement pour lui donner de l’information. Cela explique notre présence à Las Vegas, mais aussi à plusieurs évènements dans toutes les régions où nous sommes présents. »

Le président de SATA souligne également que la création d’un centre de formation en Ontario, ou encore la remise d’outils à des centres de formation professionnelle au Québec vont dans ce sens.

Un métier exceptionnel

M. Kruse déplore la présente pénurie de main-d’oeuvre dans les ateliers. « C’est un métier exceptionnel, lance-t-il en parlant du peintre automobile. Il faut que nos jeunes comprennent qu’ils peuvent entreprendre une carrière stimulante dans un atelier, qui sera préférable à un mauvais emploi derrière un bureau. »

Le président de SATA se réjouit par contre de l’amélioration des conditions de travail des techniciens en atelier. Il souligne que le secteur est beaucoup plus professionnel qu’avant, mais qu’il demeure de la responsabilité des dirigeants de s’assurer d’offrir un environnement sain à leurs employés, d’autant que des équipements adéquats et efficaces sont disponibles.

Paratagez-le !