Le Groupement des assureurs automobiles : un agent de changement

Le Groupement des assureurs automobiles : un agent de changement
Maurice Lefrançois est directeur de l’estimation automobile et des plans d’assurances pour le Groupement des assureurs automobiles.

Le GAA a un rôle très précis d’encadrement et de développement des estimateurs qui a un impact majeur sur les bonnes pratiques dans les ateliers de carrosserie.

Le Groupement des assureurs automobiles (GAA), formé il y a 40 ans, a comme rôle principal d’encadrer et de certifier les estimateurs tout en assurant l’application de règles déontologiques dans l’industrie de l’assurance automobile.

Avec sa longue expérience dans le domaine de l’assurance automobile, Maurice Lefrançois, directeur de l’estimation et des plans d’assurance a une vision claire des relations qui unissent les assureurs et les carrossiers. « Nous vivons tous dans le même écosystème, explique-t-il. Nous partageons le même désir que le client soit satisfait de son expérience. Qui plus est, nous vivons le même défi en ce qui touche l’accélération de l’arrivée des nouvelles technologies sur des voitures dont nous devons estimer les dommages et que les carrossiers doivent réparer. Les nouveaux matériaux ou encore les nombreux systèmes d’aide à la conduite nous demandent de garder nos connaissances techniques mutuelles à la fine pointe. »

Soutenir les estimateurs

Le GAA a ainsi comme mandat de s’assurer de l’expertise des estimateurs privés comme de ceux associés aux compagnies d’assurance. Sachant qu’une partie de l’estimation se fait maintenant directement en atelier le GAA a donné son appui et offre sa collaboration au CSMO-Auto dans son projet d’un programme de formation des estimateurs qu’il ne certifie pas.

« Nous appuyons cette démarche, car je crois qu’elle va contribuer à resserrer davantage les liens entre les ateliers et les assureurs. Ça va favoriser une meilleure communication. » Ceci étant dit, M. Lefrançois considère que les relations entre les carrossiers et les assureurs sont très bonnes. « Oui, il y parfois des discussions, mais ce sont des partenaires de longue date qui ont le même objectif, celui de remettre le véhicule dans sa condition prévalant avant la collision. »

Dans les ateliers

Il est aussi du mandat du GAA de vérifier, sur certains travaux importants, que les réparations sont faites dans les règles de l’art. « Nous ne sommes pas pour les prendre en défauts et nous ne sommes pas là pour dire aux entrepreneurs comment gérer leurs ateliers. Mais puisque nos contrôleurs sur la route possèdent une solide expertise en matière de réparation, nous pouvons accompagner les ateliers dans leur recherche des meilleures pratiques. Tout le monde a avantage à ce que les voitures soient bien réparées. À ce titre, nous sommes des accompagnateurs des ateliers. »

Évidemment, Maurice Lefrançois constate une mouvance dans le secteur de la carrosserie vers une consolidation. Le nombre d’ateliers diminue et ceux qui restent tendent à ajouter des portes. « Il ne fait aucun doute que ces entrepreneurs qui gèrent des ateliers de carrosserie devront être créatifs. Mais ce sont des gens d’affaires et ils savent que derrière les difficultés, se cachent souvent d’intéressantes opportunités. »

Paratagez-le !