L’AIA Canada et la CCPQ partenaires du PCAAC

L’AIA Canada et la CCPQ partenaires du PCAAC
Michel Bourbeau, président exécutif de la CCPQ en compagnie de Jean-François Champagne, président de l’AIA Canada.

L’AIA Canada en est récemment arrivée à une entente de principe avec la CCPQ afin d’en faire son partenaire exclusif pour la promotion et le développement du PCAAC au Québec.

Cette entente de cinq ans liant les deux organisations donnera à la Corporation des Carrossiers professionnels du Québec (CCPQ) le mandat de faire connaître davantage le Programme canadien d’accréditation des ateliers de carrosserie (PCAAC) et d’en mousser l’adhésion auprès des carrossiers du Québec.

« Ce programme se veut une solution développée pour et par l’industrie aux confusions et aux inquiétudes qui planent présentement sur le secteur de la carrosserie au Canada, explique Jean-François Champagne, président de l’AIA Canada, organisme qui a construit ce programme d’accréditation. En travaillant maintenant en partenariat avec la CCPQ, nous allons pouvoir bénéficier de l’expertise sur le marché québécois d’une association représentative du secteur de la carrosserie au Québec. Nous somme très heureux de ce partenariat qui va renforcer nos liens mais aussi favoriser l’implantation d’un programme qui sera bénéfique pour tout le secteur de la carrosserie. »

Ce programme d’accréditation s’inspire des critères exigés par les constructeurs automobiles pour l’obtention d’une certification. Son grand avantage est sa polyvalence, puisqu’il répond à l’ensemble des exigences du marché demandant aux ateliers de posséder les connaissances techniques, la maitrise de processus et les outils nécessaires à réparer les voitures d’aujourd’hui.

« C’est avec un grand enthousiasme que nous acceptons ce mandat de cinq ans de mettre en marché le Programme canadien d’accréditation des ateliers de carrosserie au Québec, témoigne pour sa part Michel Bourbeau, président exécutif de la CCPQ. C’est un programme qui va complètement changer la donne sur notre marché. Il va permettre à tout le secteur de rehausser son niveau de jeu et il va équilibrer les relations des divers partenaires de la carrosserie. »

Selon M. Bourbeau, la reconnaissance de ce programme sera un atout majeur pour les carrossiers que son organisme représente.  » Elle va de soi dans un secteur où flottent présentement plusieurs incertitudes. »

Paratagez-le !