Un nouveau degré d’expertise

Un nouveau degré d’expertise
PH Vitres d’Autos, qui s’est engagée à mieux faire connaître cette technologie, avait un kiosque au CCIF de Toronto sur ce thème. On aperçoit ici David Proulx en compagnie de Sébastien Tremblay. (Photo : Michel Beaunoyer)

Dans deux ans, près de la moitié des voitures seront dotées d’une caméra sous le pare-brise. La calibration de cet équipement de sécurité exige une grande rigueur.

La caméra sous le pare-brise fait partie intégrante des systèmes avancés d’aide à la conduite (ADAS). Chaque fois que le pare-brise doit être retiré pour le remplacer ou simplement accéder à d’autres parties du véhicule, il faut s’assurer que la caméra est en parfait état de fonctionnement.

Jadis réservé aux voitures de luxe, cet équipement de sécurité se retrouve maintenant sur un nombre croissant de modèles courants. Avec les radars, lidars et autres capteurs, il complète un système complexe qui vise à augmenter la sécurité des automobilistes.

Plusieurs parmi ceux-ci ignorent que leur voiture en est dotée. Des carrossiers sont encore peu familiers avec son existence. Chose certaine, peu ont entre les mains les équipements et l’expertise pour calibrer cette caméra avec la précision nécessaire.

Jusqu’à 50 étapes supplémentaires

« Remplacer un pare-brise chez Lebeau Vitres d’auto exige un protocole de 125 étapes, explique Stéphane Ouimet, chef national du déploiement du projet ADAS chez Belron, qui opère les bannières Lebeau et Duro au Québec. S’il y a présence d’une caméra, il faut ajouter de 20 à 50 étapes supplémentaires. »

Selon cet expert, il reste beaucoup de sensibilisation à faire dans tout le réseau concernant cette caméra. « Je crois qu’un atelier de carrosserie est à même de faire la calibration dans ses propres locaux, poursuit-il. Mais le défi est de taille. On ne peut s’improviser spécialiste de la calibration d’une pièce aussi importante pour la sécurité des gens. »

De plus, les locaux doivent être adéquats, ce qui signifie un plancher parfaitement au niveau, une luminosité suffisante et surtout, de l’espace pour pouvoir placer les cibles et autres gabarits nécessaires à la calibration. Ensuite, il faut avoir l’équipement nécessaire et des techniciens formés pour cette tâche complexe.

Popularité croissante

Plusieurs carrossiers se dirigent présentement vers la diversification de leurs services en ajoutant la réparation et le remplacement de vitres d’auto à leurs opérations. C’est une stratégie qui leur permet de contrôler un poste de dépense important, de réduire les délais occasionnés par l’impartition à un sous-traitant et d’élargir leur clientèle non traditionnelle.

« Avec la popularité croissante des ADAS sur les voitures, il est certain que les carrossiers vont s’intéresser à cette technologie. Mais il leur faudra beaucoup de pratique pour développer leur expertise, explique M. Ouimet. Entretemps, nous avons avec eux une excellente collaboration et pouvons leur offrir ce service. »

Belron songe présentement à mettre sur la route des unités mobiles pour effectuer la calibration des caméras sous les pare-brise dans les ateliers qui ont les installations nécessaires pour l’accueillir.

La calibration d’une caméra sous le pare-brise est un processus rigoureux et très complexe, d’autant plus qu’il change d’un modèle à l’autre. (Photo : Belron)

Service mobile de calibration

David Proulx, vice-président aux ventes de PH Vitres d’Autos, a déjà franchi cette étape. « Notre stratégie est de multiplier les rencontres d’information avec les carrossiers et les vitriers, mais aussi avec les compagnies d’assurance qui doivent également comprendre les enjeux des caméras sous les pare-brise. Le diagnostic est très important puisqu’il faut valider l’état de la caméra même si visuellement, tout semble en parfait état. Nous comprenons que l’opération peut être complexe pour le carrossier et peut demander d’importants investissements. C’est pourquoi nous avons créé des unités mobiles qui peuvent faire le travail directement en atelier, chez nos clients qui ont les installations adéquates. »

Depuis la mise en route du projet, la dizaine d’équipes mobiles de PH Vitres d’Autos a effectué 1500 calibrations de caméras. Le service couvre tout le Québec ainsi que l’Ontario, à l’exception de quelques régions qui seront desservies sous peu.

M. Proulx souligne à son tour l’importance de connaître la présence possible de cet élément de sécurité chaque fois qu’on touche au pare-brise. « Il y a beaucoup d’informations que nous devons faire circuler dans l’ensemble de notre réseau, du distributeur à l’installateur. Nos carrossiers et nos partenaires sont très sensibles à ce qui touche à la sécurité de leurs clients, et nous voulons les soutenir pour ce volet de leurs opérations d’ici à ce qu’ils soient autonomes. »

Paratagez-le !