Carrosserie 3001, Le Docteur de la Bosse

À Matane, il n’y a pas que de traversiers et de crevettes dont on parle. Il s’y trouve aussi un carrossier à la fine pointe. (Photos : Jean Rodier)

À Matane, il n’y a pas que de traversiers et de crevettes dont on parle. Il s’y trouve aussi un carrossier à la fine pointe.

Même s’il n’y a en apparence rien de commun entre le service fluvial reliant normalement la capitale de la crevette à Baie-Comeau, celui-ci est inscrit dans l’histoire de Danny Lévesque.

Copropriétaire de la Carrosserie 3001 depuis 2016, ce pro de Saint-Janvier, qui a en poche un DEP obtenu à Saint-Jérôme, a une très longue feuille de route dans l’Est-du-Québec.

Sous la bannière CarrXpert, l’atelier de Matane, appelé Carrosserie 3001, a une superficie totale de 11 000 pieds carrés, alors que celui de Mont-Joli, nommé Le Docteur de la Bosse, en compte 9000.

Retour au métier

Appelé « Le Docteur de la Bosse » depuis les forts épisodes de grêle d’il y a 20 ans, il a d’ailleurs une réputation aussi grande qu’est rare la spécialité du débosselage sans peinture.

Aussi magicien qu’il soit en ce domaine, Danny, établi à Matane depuis longtemps, est avant tout un carrossier de métier dont la grande région de Montréal avait d’abord bénéficié des talents. Disciple du légendaire Claude Fortier, il fallait s’attendre à ce qu’il retourne en grand à ce monde où il avait relevé avec brio tous les défis pendant sept ans, de la reconstruction à l’impeccable finition.

Copropriétaires des ateliers Carrosserie 3001 et Le Docteur de la Bosse, Danny Lévesque et Chantal Perron ont investi en vue des prochaines décennies.

Le futur dans la mire

Ayant investi quelque trois millions de dollars en acquérant avec sa conjointe, Chantal Perron, une carrosserie à Matane et une seconde à Mont-Joli, Danny est revenu à plein au métier qui l’a toujours passionné.

Hyperactif à souhait, il estime que le temps était venu, début quarantaine, de mettre toute la gomme et de se classer dans le peloton de tête de ceux qui misent sur l’avenir.

Trois facteurs majeurs ont permis au couple de réaliser leur projet : la possibilité d’avoir un atelier vaste et à la fine pointe, de solides partenaires de même que des équipes de calibre.

Français et Mexicains

Danny et Chantal ont la chance d’être situés à une centaine de kilomètres de Rimouski et de son centre de formation professionnelle, où l’on donne le cours de carrosserie.

Pourtant, même si l’avantage est double quant à la nécessité d’avoir des effectifs compétents, la pénurie de main-d’oeuvre se fait quand même sentir au point d’y investir de façon substantielle.

Récemment, ils ont pu embaucher un Français et deux Mexicains triés sur le volet par Michel Pagano, de l’organisme de recrutement international Canari.

Les propriétaires Danny Lévesque et Chantal Perron, Robin Bérubé, Nadia Gauthier, Jessica McMullen, Danny Lévesque; Steve Brochu, Gino Audet, Simon Vallée, Christopher Blouin, Steeve Massé, Eddy Talbot, sans compter Antony Leblanc, Mélissa Boulay, Tovar Baltierra et Serrano Plata

Bientôt multicertifié

Par ailleurs, Danny et Chantal, qui misent tout sur les prochaines décennies, sont en voie d’obtenir les certifications des marques de leurs partenaires Chrysler, GM, Honda, Hyundai, Kia, Nissan et Toyota, et de s’afficher I-CAR Platine.

Ils estiment avoir la combinaison idéale pour répondre aux exigences de plus en plus poussées des constructeurs, tant sur le plan de l’information et des pièces que de l’exécution des tâches et du service à la clientèle.

L’équipe de Mont-Joli comprend Christian Deschênes, Sébastien Richard, le directeur Harold Ouellet, André Hood, Marie-Michelle Paradis, David et Steeve Émond, auxquels s’ajoute Daniel Desrosiers.

Des recrues de Rimouski

Originaires du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspérie, une bonne part de leurs employés ont un DEP en carrosserie obtenu au CFP Rimouski-Neigette, telles les six dernières recrues, comprenant trois femmes embauchées après y avoir fait leurs stages.

Paratagez-le !