Survivre à la crise de main-d’œuvre

Survivre à la crise de main-d’œuvre
: Il faut que les entreprises du secteur automobile se posent les bonnes questions pour établir une stratégie d’attrait et de rétention des travailleurs. (Photo : CSMO-Auto)

Oui, les temps ont changé et nous devons encore changer si nous voulons traverser la crise de main-d’œuvre. Il est peut-être temps de faire autrement.

Vous manquez de monde ! Vous avez un roulement dans votre entreprise et vous ne savez plus quoi faire pour garder votre main-d’œuvre ! Vous avez affiché pendant des mois sans trouver « la perle rare » !

L’expérience-employé

Plusieurs employeurs trouvent la situation actuelle difficile et se demandent comment faire pour attirer et garder leur main-d’œuvre. Certains ont déjà mis en place des pratiques qui favorisent la fidélisation des employés : augmentation salariale pour être compétitif avec les emplois des autres secteurs ; la flexibilité dans les horaires de travail, certains offrent même le temps partiel ; un plan d’intégration avec de la formation ; d’autres retardent les départs à la retraite, etc.

Ce qui est certain, c’est que les chercheurs d’emploi ont le choix de l’entreprise où ils iront travailler. Le marché du travail est tellement favorable qu’ils peuvent se permettre de négocier leurs conditions et de les comparer à leur avantage. La personne en recherche d’emploi veut pratiquer son métier dans un contexte de travail où elle sera bien accueillie, formée et où les conditions de travail seront favorables à son épanouissement. Elle souhaite vivre une expérience employée positive et satisfaisante. Cela implique pour l’entreprise de mettre en place des processus d’accueil, d’intégration et de maintien en emploi pour assurer la fidélisation des employés.

Les employés présentement en emploi

Avec un taux de roulement de 54 %, il est évident que les entreprises de l’industrie rencontrent des difficultés de fidélisation de la main-d’œuvre. Ce roulement affecte l’image de l’industrie, celle des entreprises et par le fait même dévalorise les métiers. Vous êtes-vous déjà demandé ce que disent les employés qui quittent votre entreprise ? Pourquoi les chercheurs d’emploi choisiraient-ils l’industrie des services automobiles ? Dans un contexte où la concurrence n’est plus seulement entre les entreprises, mais aussi entre les différentes industries (par exemple, la construction) que peut faire l’industrie pour être plus attirante ?

Les employés actuels sont sans aucun doute la clé pour passer à travers cette crise de main-d’œuvre. Qu’en est-il de leur expérience-employé ? Est-ce que leurs conditions de travail sont satisfaisantes ? Est-ce qu’ils réalisent les tâches pour lesquelles ils ont été embauchés ? Avez-vous une bonne idée de leur valeur ? (capacités, talents, etc.).  Il faut miser sur eux. N’attendez pas qu’ils quittent, car le coût de remplacement sera énorme considérant le temps de recrutement, l’intégration, la charge supplémentaire pour les autres employés, etc.

L’expérience-employé c’est finalement de prendre soin de vos travailleurs actuels, d’améliorer leurs conditions de travail, de valoriser leur travail et de reconnaître leur valeur. Ainsi, ils seront fiers de travailler pour vous et pour votre organisation. Si toutes les entreprises améliorent leurs pratiques de gestion des ressources humaines, cela aura certainement un impact sur le taux de roulement et une incidence positive sur le pouvoir attractif de l’industrie.

Paratagez-le !