Entretien préventif : il faut inspecter… les inspections

inspectionsÉvidemment, depuis le temps que l’on en parle dans l’après-marché, vous me direz, comme tout le monde, que vous faites des inspections dans votre atelier ! Là n’est pas mon propos. Non, la question pour moi, c’est de savoir si ces inspections sont bien faites et, dans le cas contraire, de savoir combien d’argent vous file entre les doigts.

Quand vous expliquez à votre client sa fiche d’inspection, êtes-vous certain que l’usure et la pression des pneus, le filtre à air de l’habitacle, celui du mo­teur, la batterie, les feux de signalisation, les essuie-glace et toutes les vérifications requises pour avoir un portrait fidèle de son véhicule, que tout cela a été vérifié ?

Pardonnez-moi, mais il y a lieu d’en douter.

Un mauvais pli

Sans rejeter le blâme sur personne, il faut voir la réalité telle qu’elle est. L’inspection que vous obtenez n’est pas nécessaire­ment celle à laquelle vous vous attendez.

Et cela s’explique! À la longue, et sou­vent en raison de la cadence de tra­vail, ceux qui font les inspections ont tendance à « couper les coins ronds ». Ils ne voient … que l’évidence.

Or, il faut être proactif et anticiper les anomalies en observant attentivement et en suivant les recommandations des fabricants. D’où la nécessité de revoir vos procédures. Et la meilleure façon de le faire est encore de faire subir une deu­xième inspection à un échantillonnage de véhicules. Vous serez peut-être surpris!

L’Enjeu : pas mal d’argent

On le sait, le lien de confiance avec le client est à la base de votre relation. Si, après avoir été inspecté, son véhicule fait défaut, il se demandera pourquoi vous ne l’avez pas vu et ultimement, pourrait vous en tenir responsable. Votre réputa­tion est en jeu!

Pire! Vous ferez moins de profits si vos inspections sont bâclées. La marge de profit est supérieure sur des réparations anticipées que sur des changements d’huile ou de pneus pour deux ou trois véhicules supplémentaires.

Pensez-y ! Si, par exemple, vos frais fixes sont couverts avec 35 000 $ de revenus par mois, le 10 000 $ de revenu supplémentaire que vous pourriez aller cher­cher avec des meilleures inspections, vous échappe totalement.

Et ce n’est pas sorcier comme calcul. Si vous manquez 100 $ de réparation par inspection, à raison de 100 inspections par mois, 5 par jour ouvrable, vous man­quez 10 000 $ de ventes.

Donc, j’en reviens à ma question de dé­part : Quand, la dernière fois, avez-vous vérifié la qualité des inspections dans votre atelier ?

Quel que soit la réponse, il ne sera jamais trop tard.

Paratagez-le !