La clé de l’achalandage : S’adapter aux clients

La clé de l'achalandage : S'adapter aux clients
Communiquez-vous par courriel, texto ou Facebook?

« Est-ce calme partout ? » Cette question est celle qui revient le plus souvent en toute occasion.

Dommage pour qui ne veut pas l’entendre, mais les problèmes d’achalandage ne sont pas généralisés ou propres à une région, à une ville ou à un quartier.

Pour reprendre un vieil adage, on récolte ce qu’on sème. Si un sol n’est pas propice à une culture, les agriculteurs savent qu’ils doivent le traiter différemment. On doit faire de même.

En 2017, on ne devrait plus avoir en tête l’ancien modèle d’entretiens saisonniers, puisque les véhicules ont radicalement changé, de même que les réflexes des clients.

Le rapport auto-automobiliste

Personne ne peut ignorer cette réalité, dont la manifestation la plus marquante est l’augmentation substantielle du prix des véhicules : un prix d’ailleurs justifié. Impossible d’ignorer que les exigences en matière de sécurité et d’environnement, ajoutées à l’évolution de l’informatique et aux désirs des automobilistes, les ont nettement transformés.

Il en résulte une qualité, un confort, une longévité, une augmentation croissante d’aides à la conduite et d’accessoires qui ont changé le rapport auto-automobiliste.

L’offre des constructeurs

Parallèlement à ce renversant progrès, il y a aussi le fait que l’offre des constructeurs, dont la mise en marché est axée sur la nouvelle façon de vivre, modifie les règles du jeu.

Il n’est plus rare que le coût de location ou d’achat d’un véhicule comprenne divers forfaits, dont un jeu additionnel de pneus, sinon l’entretien complet pour une période de cinq ans.

Aussi surprenant que ça puisse paraître, on est déjà loin de la décennie 2000-2010 et des vieilles façons de faire pour s’assurer d’un achalandage constant de janvier à décembre.

Penser au client

En s’arrêtant un instant à tout ce qui a changé en seulement dix ans quant à nos propres exigences professionnelles, on peut comprendre qu’on en soit là.

Or, la grande question est de savoir à quel point on s’est ou non adapté aux attentes de nos clients sous des aspects aussi prisés que ceux-ci, par exemple.

• Mode de financement
• Service de navette
• Forfaits individualisés
• Accès direct à Internet
• Service de paiement mobile
• Salle d’attente confortable et pratique
• Accès en ligne à l’historique du véhicule
• Rendez-vous en ligne
• Site Internet présentant services et produits
• Conseils en ligne

A-t-on encore la flamme ?

À une époque où les automobilistes ont mille préoccupations et sont irrités par la moindre obligation doublée, de surcroît, d’un déboursé, un service exceptionnel fait toute la différence. A-t-on le feu sacré pour ce type d’approche, l’expertise et l’intérêt nécessaires pour mettre et maintenir en place cette nouvelle façon de communiquer et de servir ?

Serions-nous prêts à avoir un coéquipier qui excellerait dans ce domaine ? À prendre les moyens appropriés pour attirer une clientèle choyée par les constructeurs ?

Si certains y arrivent en obtenant un succès appréciable, on doit reconnaître que l’objectif est réalisable et rentable.

Paratagez-le !