La formation un gage de réussite : Méfiez-vous de l’huile

La formation un gage de réussite
Logement du filtre à huile très encrassé. (Photo : Frédéric Boisvert)

Même dans les véhicules modernes, il ne faut jamais exclure la base de la mécanique pour un bon fonctionnement.

Pourquoi certains constructeurs étalonnent leurs entretiens sur plusieurs milliers de kilomètres et d’autres non ? À mon avis, ce qui différencie beaucoup les intervalles de service est ceci :

• La qualité des lubrifiants utilisés

• La quantité d’huile moteur dans le carter

• Le design du circuit de lubrification ainsi que son refroidissement

Tous ces facteurs font en sorte que le moteur est bien lubrifié et peut ainsi fonctionner sans accroc pendant plusieurs années. Il ne faut pas oublier que l’huile moteur sert autant au bon fonctionnement du système de calage variable des soupapes qu’à la lubrification du turbo, si le moteur en est équipé.

Un cas concret

Le cas suivant est un exemple de problématique découlant d’une négligence quant à l’huile moteur et de l’utilisation d’une mauvaise qualité de lubrifiant. Étant moi-même formateur ainsi que technicien sur le terrain, je ne le répéterai jamais assez : la qualité d’une huile est très importante, et le fait d’en convaincre le client fait en sorte que les lubrifiants synthétiques de bon grade sont souvent plus vendus que les lubrifiants réguliers de base.

Dans le cas présent, le véhicule est une Chevrolet Cobalt 2010. Le client se plaint que le véhicule manque de puissance et que le voyant moteur est allumé depuis ce symptôme. Les codes d’anomalie enregistrés sont les suivants :

• P0011 Intake Position System Performance

• P0014 Exhaust Position System Performance

• P0016 Crankshaft Position – Camshaft Position Correlation

Après vérification électrique des actuateurs d’arbre à cames, je décide de déposer ceux-ci pour vérifier s’il y aurait des débris dans les grillages de protection.

La surprise est énorme. Les deux actuateurs sont pleins de particules métalliques. Comme le niveau sur la jauge indique « faible », je décide d’aller voir le filtre à huile. Il est saturé comme s’il comptait 40 000 km. Après discussion avec le client, ce dernier se rend compte que l’huile n’a pas été changée depuis longtemps et qu’elle est d’une qualité de base.

Les systèmes de gestion des soupapes ont besoin d’une bonne pression d’huile pour fonctionner, d’où l’importance du bon fluide. Pour en savoir davantage, informez-vous des cours techniques sur le contrôle des arbres à cames variables.

Paratagez-le !