Le Garagiste septembre 2017

Le Garagiste septembre 2017
Le Garagiste septembre 2017

L’édition de septembre du magazine Le Garagiste est maintenant disponible en ligne. Vous pouvez la consulter ici, mais d’abord, quelques mots du rédacteur en chef du magazine, Michel Beaunoyer.

Connectivité et boule de cristal

La connectivité permet aux voitures de parler entre elles et à leurs conducteurs. Pourraient-elles parler aux techniciens ?

Même en plongeant le regard dans une boule de cristal pour tenter de prédire l’avenir, ce dernier a tendance à nous foncer dessus à une telle vitesse que la lecture en semble impossible.

Connectivité. C’est l’un des mots à la mode présentement dans le domaine automobile. Aujourd’hui, la technologie est bien maîtrisée et tend à se démocratiser à la vitesse grand V.

Les systèmes de la voiture communiquent entre eux grâce à un réseau sans fil, Bluetooth ou Wi-Fi. Ce branchement permet aussi l’entrée de données, par exemple celles nécessaires au système de navigation. De plus, il permet aux voitures, de plus en plus intelligentes, de communiquer entre elles ainsi qu’avec les infrastructures routières.

Un chevreuil se jette devant une voiture qui a freiné plus loin sur la route. Un signal est immédiatement envoyé à la vôtre, qui pourrait ralentir sans vous consulter pour éviter la collision. Et en cas d’impact, comme on le voit déjà avec un système tel OnStar de GM, les autorités seront avisées.

Une voiture qui parle

Puisque la voiture peut ainsi émettre de l’information, qu’est-ce qui l’empêche de partager ses données techniques lors d’une visite à l’atelier ? Fini, les analyseurs ? Justement, parlant d’OnStar, Justin Klung, membre du groupe de développement du système OnStar, est passé prononcer quelques mots lors du symposium MSO au NACE Automechanika de Chicago.

Cette voiture qui parle sans fil ne pourrait-elle pas dire ce qui ne va pas au technicien en atelier, évitant à ce dernier le parfois fastidieux exercice d’accès aux données ?

La technologie le permettrait, confirme M. Klung. Tiens donc… GM pourrait diffuser ces données directement à l’endroit souhaité. En espérant que ce ne soit pas uniquement vers le concessionnaire, soit dit en passant. Mais le constructeur s’offre un temps de réflexion.

Il faut comprendre que pour tous les constructeurs, d’importantes sommes doivent être en jeu quand on pense aux frais chargés par certains pour accéder aux données, ou encore à la pratique courante de demander un analyseur d’origine pour effectuer le diagnostic.

J’aimerais que ma boule de cristal m’affirme que le bon sens prévaudra. Mais elle est un peu embuée…

Cliquez ici pour lire Le Garagiste septembre 2017

Le Garagiste septembre 2017

Paratagez-le !