Le Garagiste février 2018

Le Garagiste février 2018
Le Garagiste février 2018

L’édition de février 2018 du magazine Le Garagiste est maintenant disponible en ligne. Vous pouvez la consulter ici, mais d’abord, quelques mots du rédacteur en chef du magazine, Michel Beaunoyer.

Un peu de prévoyance mène très loin

L’automobiliste ne connaît pas les besoins de sa voiture. À vous d’y voir.

L’idée va de soi. L’automobiliste d’aujourd’hui n’a que rarement la compréhension technique de sa voiture. Avec les systèmes de plus en plus complexes, comment pourrait-il en être autrement ? C’est le travail du garagiste de voir à ce que tous les systèmes soient en bon état de fonctionnement pour s’assurer que son client n’aura d’autres préoccupations que de mettre de l’essence et de déneiger sa voiture après la dernière bordée.

Ce regard professionnel engage aussi votre sens de la prévoyance. Je discutais récemment avec une garagiste qui me disait comment cette approche avait bien servi ses clients quand l’une des nombreuses vagues de froid intense s’est abattue sur sa région.

Penser pour le client

En faisant les changements de pneus ou les entretiens prévus en début d’hiver, les techniciens vérifiaient systématiquement la condition de la batterie. On recommandait systématiquement aux clients dont la batterie était essoufflée de la remplacer en prévision des froids à venir.

Non seulement cet atelier n’a pas vécu de rupture de stock de batteries comme certains autres l’ont connue, mais ses clients ont été merveilleusement bien servis par ces professionnels de l’entretien automobile. J’aime à croire qu’ils ont été reconnaissants de la prévoyance de leur atelier.

Un autre atelier donne à chacun de ses clients un paquet de lingettes humides à placer dans le coffre à gants. Pourquoi cette petite attention ? Avec les fréquents changements de température, la route est souvent humide, chargée de sel et de saletés qui se retrouvent sur le couvert des phares; la nuit venue, un petit coup de lingette va leur redonner leur clarté. Quelle bonne idée et quel bon service à offrir à ses clients.

J’ai même entendu parler d’un mécanicien qui avait placé dans le coffre à gants de son client une jauge de pression pour ses pneus, sachant que son véhicule n’avait pas de capteurs, en lui recommandant de prendre la pression régulièrement pour sa sécurité et sa consommation de carburant. Wow !

À une époque où les garagistes doivent se démarquer pour conserver leur clientèle, voilà autant de petits gestes et d’attentions qui font la différence.

Cliquez ici pour lire Le Garagiste février 2018

Paratagez-le !