ProLab démystifie l’antirouille

ProLab antirouille
Des membres des équipes d’Auto Prévention et de la CNESST ont assisté à la formation offerte à l’ÉMÉMM, qui visait à démystifier les antirouilles. (Photo : ProLab)

Le fabricant de lubrifiants et traitements spécialisés ProLab rassemblait le 23 novembre des spécialistes d’Auto Prévention et de la CNESST, pour une formation sur les meilleures pratiques entourant les produits antirouille.

À la demande des organismes qui ont commandé la séance, un accent particulier a été mis sur la démystification des pratiques entourant les véhicules hybrides et électriques, quant à la pulvérisation de produits antirouille.

« L’objectif de cette présentation était de démystifier les bons produits à utiliser pour chacun des types de véhicules et de démontrer qu’avec une procédure d’application efficace, les risques de danger sont presque nuls », résume Daniel Manseau, directeur national des ventes chez ProLab et organisation de la séance.

Rassemblés à l’École des Métiers de l’Équipement motorisé de Montréal (ÉMÉMM), les participants ont eu l’heure juste sur la composition des produits antirouille utilisés en Amérique du Nord, sur les équipements de sécurité à employer lors de la pulvérisation, sur les points de feu et sur l’application sur véhicules électriques.

L’enseignant Nicolas Piguet, spécialiste des véhicules hybride et électrique de l’EMEMM, a démontré l’importance des entretiens préventifs avec les bons produits, suivie par Nicholas Paquin de Lemmer, avec une présentation sur les outils et les produits antirouille.

L’enseignant Earle Maden a clos la séance avec une démonstration de pulvérisation sur un véhicule hybride selon les procédures de sécurité.

Antirouille et véhicules électriques

Comme le souligne Daniel Manseau, tous les antirouilles ne sont pas conçus pour être appliqués sur les véhicules hybrides et électriques. Seul un antirouille diélectrique peut être accepté, car il ne contient pas de solvant et d’huile minérale et/ou à base d’eau.

« Les produits a base d’huile minérale et solvant peuvent causer des problèmes de connectivité (baisse de courant, vert-de-gris) sur un VÉ, ce qui a pour effet d’abimer les divers câbles et fils si appliqué sur ceux-ci et de réduire l’efficacité de la batterie », explique M. Manseau.

Paratagez-le !