Des conditions gagnantes

Des conditions gagnantes
Les véhicules à carburant modulable demandent une certaine attention.

Lors d’une de mes visites dans un atelier, un technicien me questionne sur un problème occasionnel qu’il doit approfondir pour un de ses clients.

Le client se présente avec un véhicule GM des années 2010 doté d’un moteur de 2,4 litres et d’un système Flex-Fuel. On peut appeler cela un véhicule à carburant modulable : un beau système d’alimentation et carburation d’un moteur à combustion, qui lui permet d’utiliser indifféremment des carburants aussi variés que l’essence, le bioéthanol ou un mélange des deux, pour un taux d’éthanol compris entre 0 et 100 % en volume.

Le motif de la visite se répète d’année en année, voire aux deux ans. Le symptôme : un témoin d’anomalie indiquant un code P0172 (Système trop riche – Banque 1) et un moteur difficile à démarrer par temps froid.

Bien des techniciens ont été confrontés à ce type de problème et vont comprendre que je n’ai pas beaucoup d’espace pour tout définir sur une seule page. C’est pour cela qu’il existe des formations et que j’ai bien dit au paragraphe ci-dessus qu’il s’agit d’un « beau système ».

Je résume…

Avec un outil d’analyse (Tech2 dans mon cas), nous pouvons déterminer les données relatives à la teneur en alcool indiquant son pourcentage et un pourcentage de volume. Je prends comme exemple de lecture un équilibre de carburant d’environ 30 % pour 30 %. Le client confirme qu’il achète de l’essence régulière et qu’il n’avait pas acheté de carburant E85 depuis longtemps.

Avec la fonction spéciale de test du Tech2, la teneur en alcool à 0 % peut être rééquilibrée à 0 %, et tout devrait revenir à la normale. Par contre, le client réapparaît plus tard… et le problème se répète. Les mises à jour sont faites ou du moins, il n’y en a pas de prévues sur ce véhicule.

Certains de ces capteurs de mesure (Flex-Fuel) de carburant n’étaient pas très fiables ; plus important encore peut-être, ils étaient également relativement coûteux. Il n’est donc pas surprenant que les constructeurs aient cherché à les remplacer par quelque chose de plus efficace, fiable et abordable. La solution : entrer des données virtuelles pour le capteur d’équilibre de carburant. Une « patch », quoi ! Ceci a pour fin de déterminer indirectement la quantité d’éthanol dans le réservoir à l’aide d’un logiciel et d’un test contrôlé.

Un test automatique

Le test débute lorsque le PCM détermine qu’un remplissage du réservoir a eu lieu. Cela signifie que le conducteur doit avoir ajouté au moins trois gallons d’essence dans son réservoir. C’est là que le problème commence. Comme il s’agit d’un véhicule E85, le PCM doit savoir exactement ce qui a été ajouté afin de pouvoir ajuster l’équilibrage du carburant et la synchronisation de l’étincelle. Suite au remplissage, le PCM surveille et s’assure que le système est bel et bien en boucle fermée avant de lancer le test.

Comme la plupart des tests de gestion du moteur, un test de capteur de carburant virtuel nécessite un ensemble précis de paramètres pour fonctionner correctement et produire des résultats fiables. Pour ce test, le paramètre le plus important, c’est le temps. Donc, si votre client a l’habitude de remplir son réservoir de carburant puis de conduire quelques pâtés de maisons avant de stationner dans le garage, le capteur virtuel risque de ne pas avoir le temps de compléter son test. Plusieurs remplissages à faible quantité de carburant peuvent fausser les résultats de correction du mélange air-carburant, du calcul du débit d’air du système (EVAP) ou encore fausser une donnée de pression de carburant.

Conclusion

Avant de recalibrer le PCM – à nouveau –, prenez le temps de renseigner votre client sur la manière d’obtenir les meilleurs résultats pour son véhicule E85. Il est normal de faire descendre le réservoir en dessous du quart de temps en temps. S’il a l’habitude de passer d’un carburant à l’autre, il est fortement conseillé de parcourir plusieurs kilomètres après un plein de carburant afin de permettre au capteur virtuel de réaliser son test. Aussi, il n’est pas conseillé de stationner ce type de véhicule la nuit, surtout en hiver, après un remplissage.

Dernier conseil : lors du remplacement d’un réservoir d’essence sur ce type de véhicule, n’allez pas installer un réservoir d’essence classique : le moteur pourra démarrer, mais il ne fonctionnera pas correctement, et ce, durant toute la période hivernale.

Paratagez-le !