L’AIA présente son cours de reprogrammation au Plug ‘n Drive Centre

L’AIA présente son cours de reprogrammation au Plug ‘n Drive Centre
Craig Van Batenburg, PDG du ACDC, partage son expertise en matière de véhicules électriques et hybrides avec les participants de l’évènement « Vehicle Programming Today! » (Photos : Sukanya Ray Ghosh)

Le 10 avril dernier avait lieu une formation spéciale de l’Association des industries de l’automobile du Canada (AIA Canada) s’adressant au marché secondaire.

La formation « Vehicle Programming Today! » (Diagnostic et reprogrammation, aujourd’hui!) était donnée au Electric Vehicle Discovery Centre à North York, en Ontario. L’excitation était palpable dans la salle comble, surtout à la portion découverte, alors qu’on se serait cru au paradis des véhicules électriques (VÉ).

L’Electric Vehicle Discovery Centre a pour mission d’aider les gens à mieux comprendre les VÉ et les véhicules hybrides électriques rechargeables (VHER). Le centre héberge neuf marques et modèles de VÉ : Audi A3 Sportback e-Tron, BMW i3, Chevrolet BOLT, Chevrolet VOLT, Ford Fusion Energi, Honda Clarity PHEV, Mitsubishi Outlander PHEV, smart fortwo Coupé électrique et Volkswagen e-Golf.

Les gens souhaitant faire l’expérience d’un véhicule électrique sans être talonnés par un vendeur n’ont qu’à se présenter et, après avoir rempli un sondage, faire un essai routier avec le véhicule de leur choix parmi les neuf proposés.

L’endroit était particulièrement bien choisi pour cet évènement de formation portant sur les méthodes adéquates à utiliser pour réparer les VÉ et VHER. La formation était donnée par Craig Van Batenburg, PDG et fondateur de l’Automotive Career Development Center (ACDC), un expert en la matière.

Le coup d’envoi de la journée fut une activité de réseautage au cours de laquelle, café et croissant à la main, techniciens, distributeurs et fournisseurs ont pu échanger. Le modérateur de la journée, Joe Mercanti, président de la division de l’Ontario de l’AIA Canada, a accueilli les invités et présenté les conférenciers. Il a également encouragé les participants à promouvoir le programme via Facebook et Twitter afin de répandre la nouvelle dans l’ensemble du marché secondaire canadien.

Plug ‘n Drive

Cara Clairman, fondatrice et PDG de Plug ‘n Drive, a fait une apparition éclair pour expliquer que le centre servait à aider les consommateurs à adopter l’idée de se procurer un VÉ. L’objectif ultime de l’organisation est de collaborer avec les gouvernements et l’industrie pour que les achats de VÉ atteignent 5 % des ventes de véhicules neufs d’ici 2020. Elle a souligné qu’au fil des ans, les soucis concernant l’autonomie, les coûts et le manque d’options entourant les VÉ ont graduellement été résolus.

 

La priorité d’AIA Canada

Linda Donnini, vice-présidente, Relations avec les membres de l’AIA Canada, a expliqué que l’association travaillait à cerner les défis propres à chaque région du Canada afin d’être en mesure d’offrir sa collaboration et son appui, et de faire des représentations auprès des divers paliers gouvernementaux pour la mise en place d’un cadre législatif adéquat.

Elle ajoute que l’AIA est en train d’évaluer si l’Entente CASIS (Norme canadienne visant les renseignements sur l’entretien des véhicules automobiles) tient compte de la nouvelle réalité du marché secondaire.

Mme Donnini a également parlé du Programme des associés en services automobiles (PASA) récemment lancé par l’AIA Canada. « Notre but premier est de créer une communauté avec les fournisseurs de services du marché secondaire pour qu’ils aient une voix directe au sein de l’AIA. Nous voulons leur offrir du soutien et avons besoin pour cela d’entendre ce que tous ont à dire, » ajoute-t-elle.

Formation sur les VÉ et VHER

Le cours de Craig Van Batenburg destiné aux techniciens portait sur les bases essentielles de la réparation des VÉ et VHER. Il couvrait également les mesures de sécurité à adopter lors des réparations complexes. Le formateur a aussi prévenu les techniciens qu’ils perdraient de l’argent en voulant réparer à moindre coût pour réduire la facture de leurs clients.

Le cours était divisé en deux séances, l’une le matin et l’autre en après-midi. Il abordait les thèmes suivants :

  • Comment démarrer un véhicule hybride quand le bloc-batterie H. T. est à plat
  • Comment tester le système H. T. en toute sécurité
  • Les 5 principales causes du refus de démarrer d’une Prius
  • Les composants susceptibles de connaître une défaillance
  • En quoi consiste un bon programme d’entretien pour un VÉ et VHER
  • Les systèmes d’alimentation, bornes de recharge et systèmes de charge rapide
  • Comment attirer les propriétaires de véhicules hybrides chez vous
  • Les types de moteurs électriques en usage, et comment les tester

La courte pause-collation s’est transformée en une séance de démonstration improvisée. Craig Van Batenburg a profité de la présence des VÉ et VHER dans les locaux pour montrer à son auditoire fasciné quelques systèmes et composants d’une grande complexité. Les participants se sont même empressés d’enfiler leurs manteaux pour suivre le formateur jusqu’à un autre type de véhicule qui se trouvait à l’extérieur.

Cette présentation très technique est un incontournable pour tous les techniciens automobiles cherchant à accueillir une clientèle régulière de VÉ et de VHER.

Profitant d’un peu de temps libre à la fin de sa présentation, Craig Van Batenburg a parlé des changements climatiques et de leurs répercussions sur le Canada. Il a également raconté comment Honda l’a convaincu en 1972 que « les voitures sont maléfiques. Le pétrole est mauvais. Nous allons tous mourir ». Il dit ne pas avoir changé d’idée depuis.

Les travaux de l’AARO pour le marché secondaire

Diane Freeman, directrice générale de l’Automotive Aftermarket Retailers of Ontario (AARO) et Mark Lemay, d’Auto Aide, ont résumé les défis actuels auxquels fait face le marché secondaire, ainsi que les démarches proactives entreprises par l’AARO pour les contrer.

Insistant sur l’importance pour les techniciens automobiles de se joindre à l’organisation, ils ont expliqué comment son alliance avec la National Automotive Service Task Force (NASTF) aux États-Unis avait aidé l’AARO à faire avancer le dossier du Droit à la réparation de 2020. Souhaitant étendre ses présentations au plus grand nombre pour que les Canadiens puissent être mieux informés à propos du marché secondaire, l’AARO a exhorté les fournisseurs à lui prêter main-forte.

L’association prévoit faire le point sur ses progrès dans ce dossier lors du Symposium de l’AARO qui se tiendra le 18 janvier 2020. Mark Lemay a demandé à tous de prendre part aux efforts de l’AARO, en précisant que si le marché secondaire devait disparaître, les fournisseurs de services indépendants et les techniciens n’auraient plus leur raison d’être.

Cette présentation fut suivie d’une période de questions, au cours de laquelle les participants ont exprimé leur inquiétude en regard de CASIS et de ce qui se faisait au Canada pour traiter de la question de l’accès à l’information.

Le programme très chargé de la journée était entrecoupé de pauses collation durant lesquelles les participants ont pu échanger sur les défis qui s’imposent à l’industrie. Ils ont également eu la chance de faire l’essai des VÉ et VHER durant la pause dîner. Après cette journée fort fructueuse, les participants ont pris congé la tête remplie d’information.

 

Paratagez-le !