Sommet du CSMO-Auto : de la formation… à la rétention du personnel

Danielle Le Chasseur (Photo: Guy Rosa)

Danielle Le Chasseur (Photo: Guy Rosa)

Quand le CSMO-Auto a commencé à organiser son sommet sur la formation, les partenaires de l’industrie étaient emballés par le thème, mais ils se disaient davantage préoccupés par un autre défi.ç

« Sur le terrain, nos partenaires nous ont dit que ce n’est pas tant la formation que la rétention de personnel dans les deux premières années suivant l’embauche qui constitue leur principal défi. On constate que l’arrivée sur le marché d’une nouvelle génération aux aspirations différentes bouleverse beaucoup les habitudes et les façons de faire », de dire Danielle Le Chasseur, directrice générale de l’organisme.

Voilà pourquoi le CSMO-Auto a choisi de présenter au sommet du 18 juin prochain, à Drummondville, des conférenciers spécialisés en ressources humaines qui traiteront des facteurs qui influencent la fidélisation, tant chez les employés que chez les gestionnaires. Bref, « Ces conférenciers permettront de mieux comprendre les différents éléments qui favorisent la rétention tout en apportant des pistes de solutions pour mieux outiller les gestionnaires ».

Un marché de l’emploi en mutation 

« La réalité nous dit Danielle Le Chasseur, c’est que le travail au quotidien du gestionnaire est loin d’être facile et comporte son lot de défis. Malgré leur bonne volonté, les propriétaires d’entreprises sont souvent dépourvus de solutions et de moyens concrets pour non seulement réagir, mais surtout prévenir les départs de leurs employés. Des solutions, voilà ce que leur proposera le Sommet RH du 18 juin prochain. »

Dans l’industrie, la moyenne d’âge est de 45 ans. Ceux qui travaillent au même endroit depuis longtemps ont plutôt tendance à y rester. Mais il faudra nécessairement les remplacer un jour, « et c’est maintenant qu’il faut agir, pour conserver l’expertise acquise au fil des ans », ajoute-t-elle.

Une image à redorer 

Danielle Le Chasseur pense que l’industrie ne met pas assez en valeur ce qu’elle a à offrir et qu’elle doit faire davantage d’efforts pour favoriser le recrutement de bons candidats, ceux qui optent pour l’industrie automobile par choix et par passion.

« Et cette promotion, elle doit se faire auprès de la relève, l’enjeu est là » dit-elle. « Il faut une stratégie de communication claire qui mette de l’avant nos différents métiers. La compétition est forte : plusieurs industries courtisent la même clientèle que nous. »

« Le moyen, dit-elle c’est le FARR, le Fonds d’attraction et de rétention de la relève, auquel l’industrie contribue pour attirer et fidéliser la main-d’oeuvre afin de mettre tous les efforts en commun. »

À cet effet, les partenaires de l’industrie se sont rencontrés à deux reprises jusqu’à maintenant, et un comité de travail dédié aux enjeux de la rétention a été mis sur pied et commencera ses travaux sous peu.

D’ici là, le Sommet RH offrira des solutions adaptées aux besoins de l’industrie et sera une excellente occasion d’échanger et de partager les bonnes pratiques des entreprises du secteur des services automobiles.

« Notre objectif, c’est d’offrir une plate-forme de discussion entre les partenaires », de conclure Danielle Le Chasseur

Paratagez-le !