Gérer des pneus de plus en plus costauds

Gérer des pneus de plus en plus costauds
Patrick Bouliane, directeur des succursales de Granby et Farnham de Point S a surtout observé un enjeu au niveau des espaces de rangement. (Photo : Point S)

L’appétit croissant des consommateurs pour les VUS et les camionnettes a des répercussions directes sur la gestion des pneus dans les centres.

Le phénomène n’est pas nouveau. Les pneus de dimensions supérieures ont graduellement pris le pas sur les roues de 13 et même de 14 pouces. « On n’a qu’à se rappeler l’arrivée du Chrysler 300 en 2005, avec ses roues de 22 pouces, pour comprendre que les grandes roues d’automobiles, ça fait un bout qu’on doit les gérer, souligne Patrick Bouliane, directeur des succursales Point S de Granby et Farnham. Évidemment, depuis, les voitures ont eu tendance à grossir et même à céder la place aux VUS et aux camionnettes. »

Plus de place

En fait, pour ce gestionnaire, l’impact de la surdimension des pneus s’est surtout fait sentir au plan de l’entreposage. Non seulement ils demandent plus d’espace lors de la livraison des inventaires, mais l’offre d’entreposer les pneus des clients entre les saisons a aussi mis beaucoup de pression sur les installations, pour ce qui est des étalages notamment.

Les équipements de changement de pneus avaient déjà été introduits dans les deux centres de pneus, mais ils devront être remplacés sous peu, à l’approche de leur fin de vie utile. Puisqu’avec cet attrait des consommateurs pour les VUS et les camionnettes, la masse des véhicules a grimpé, les ponts élévateurs utiles à l’époque des sous-compactes poids plume ont dû céder la place à des équipements plus musclés.

Parlant de muscles, le poids des roues rend la tâche plus exigeante pour les installateurs. « Le poids, c’est l’enfer, s’écrie M. Bouliane. Nous avions jadis mis en place un convoyeur pour acheminer les pneus montés d’un palier à l’autre. Mais aujourd’hui, avec le poids supplémentaire, il arrive à la limite de ses capacités. »

Si les équipements sont plus fortement sollicités avec des roues plus lourdes, il en va évidemment de même pour le personnel.

Protéger les travailleurs

Pour le conseiller Michel Gagnon, d’Auto Prévention, les conditions de travail des installateurs ont été directement impactées par l’avènement de roues de plus en plus lourdes. (Photo : Josée Hamelin)

« Les centres de pneus qui voient leur clientèle opter pour des véhicules chaussés de pneus plus lourds doivent continuer à s’adapter, souligne pour sa part Michel Gagnon, conseiller en hygiène industrielle pour Auto Prévention. Il leur faut revoir la disposition des lieux et les méthodes utilisées pour s’assurer d’effectuer le travail efficacement, mais en toute sécurité pour les employés. »

Réduire la distance des déplacements en approchant les machines des postes de travail, changer les façons de travailler ou encore investir dans des machines qui automatiseront la manipulation des roues lors du montage et du démontage, voilà des pistes de réflexion pour les gestionnaires de centres de pneus.

« Depuis l’obligation de rouler en pneus d’hiver pour les voitures et les camionnettes au Québec, il apparaît plus facile pour les centres de pneus d’établir des périodes prolongées pour les changements de pneus.

« Avant, les gens gardaient leurs pneus toutes-saisons mais paniquaient à la première bordée de neige. Selon moi, pouvoir ainsi étendre la période de changement de pneus devrait aider les gestionnaires à rentabiliser leur investissement en équipements de manutention et en machines facilitant le travail de leurs employés », conclut M. Gagnon.

Paratagez-le !