Pour quatre honorés – Une soirée pour souligner une vie…

Rassemblés, de gauche à droite, on aperçoit Olive Storey, honorée de l’Ouest canadien; Don Frisby, honoré de l’Ontario; Eric Gilbert, président de la TDAC; Jean Trudel, honoré du Québec et Mme Janet Miller, épouse de feu Brian Miller, de la région de l’Atlantique.Le Congrès 2012 de la TDAC (Tire Dealers Association of Canada), qui se tenait à Québec du 8 au 10 février, s’est révélé tout un succès !

Durant la soirée du Président, Éric Gilbert, le 9 février, la grande salle de bal était bondée de 386 participants venus notamment pour honorer quatre personnalités qui ont marqué l’industrie du pneu au cours de leur carrière. Si certaines de ces personnes méritantes ne sont plus de ce monde, d’autres sont toujours bien actives chez nous.

La tradition veut ainsi qu’on honore quatre personnes aux quatre ans, mais, une rumeur laisse entendre qu’on étudie la possibilité de tenir ce congrès aux deux ans, dorénavant.

Quoi qu’il en soit, les quatre associations régionales du Québec, de l’Ontario, des provinces de l’Atlantique et de l’Ouest canadien soulignaient les distinctions d’un des leurs.

Au Québec, Jean Trudel

Au Québec, l’ASPMQ tenait à souligner l’engagement du sympathique Jean Trudel. Avant même de parler de pneus avec M. Trudel, on peut lui parler de voyage, sa véritable passion, selon son entourage. C’est d’ailleurs au Burkina Faso qu’il avait fait la rencontre, il y a deux ans, d’Assetou, devenue depuis sa conjointe et complice.

Durant 13 années au sein des Forces armées canadiennes, M. Trudel a appris le métier de mécanicien de machines fixes, une bonne base pour ensuite devenir un professionnel du secteur de la mécanique et du pneu.

L’année 1986 représente un jalon majeur dans sa vie professionnelle. Sa rencontre avec André Roberge, alors directeur des Ventes chez CTR, allait donner un élan formidable à sa carrière. Son association dans cette entreprise permettra de développer au sein d’Alignement Mauricie une rare expertise au Canada dans le secteur des pneus hors route et de génie civil. Les ventes se mettent alors à grimper de façon exponentielle.

« Je le connais depuis le début des années 1980. Avec lui, pas de zones grises. Son mantra : l’honnêteté. C’est un homme de cœur, plaisant à côtoyer autant en affaires que personnellement. Sa belle réussite professionnelle, il la doit à sa capacité de bien s’entourer et d’avoir su monter une équipe exceptionnelle qui a bâti et maintenu la réputation d’excellence d’OK Pneus Shawinigan », a témoigné André Roberge.

Parmi tous ses engagements, l’un des faits saillants de son passage à la présidence d’OK Pneus est d’avoir permis à ses membres d’accéder à de nouveaux centres de profits grâce à l’ouverture de divisions pour pneus hors route et commerciaux. Cette réalisation majeure l’a consacré au rang des piliers d’OK Pneus au pays.

Par la suite, il s’est de nouveau engagé durant six ans dans l’ASPMQ. Aujourd’hui, il peut compter sur son équipe pour bien exploiter Alignement Mauricie durant ses voyages.

En Ontario, Don Frisby

Don Frisby a débuté chez Frisby Tire en 1967. L’entreprise familiale était déjà dans les affaires grâce à son grand-oncle, Georges, qui a émigré de l’Angleterre en 1905. Georges est allé travailler à Akron, en Ohio, chez Goodyear, réussissant à amasser plus de 5 000 $ en cinq ans afin de lancer son entreprise, Frisby the Vulcanizer, à Ottawa.

En 1979, Don Frisby sent le besoin de s’évader en voyage pour se ressourcer. Puis, en 1982, il rejoint de nouveau l’entreprise familiale après l’arrivée d’Angela, la première des trois enfants du couple.

Pendant ce temps, l’entreprise prenait de l’expansion, comptant cinq succursales au milieu des années 80. En 1985, M. Frisby a pris la direction du magasin sur Montreal Road pour ensuite prendre les commandes du magasin principal sur l’Avenue Clyde. Il est devenu président de Frisby Tire en 1993. L’entreprise compte aujourd’hui 90 employés.

M. Frisby s’est engagé dans l’OTDA à titre de directeur pour l’est de l’Ontario à la fin des années 80, pour ensuite siéger au comité de l’OTDA responsable pour le programme de formation d’apprentis en pneus en 1994 au Kemptville College. Auparavant, en 1993, Paul Hyatt lui avait demandé d’accepter le poste de deuxième vice-président de l’OTDA avant d’accéder à la présidence de 1997 à 1999. En 2004, il déposait ses recommandations à l’OTDA. Et il est encore très engagé aujourd’hui grâce au Tournoi Charity Golf Classic qui a déjà amassé plus de 300 000 $ pour les enfants malades.

Dans la région de l’Atlantique, Brian Miller

Brian Miller, qui nous a quittés l’an dernier à l’âge de 61 ans, est un membre fondateur de l’Atlantic Tire Dealers Association et membre de l’Association depuis plus de 30 ans. Parmi ses faits d’armes mentionnons l’entreprise qu’il a su faire fleurir depuis ses humbles débuts avec seulement 2 hommes et un camion en un centre de rechapage de pneus moderne avec plus de 100 employés et 13 sites dans les provinces de l’Atlantique.

En partenariat avec son père, Roy, Brian a démarré Miller Tire à partir d’un modeste garage en 1978. Son père œuvrait dans ce domaine depuis 1954. Le jeune Brian accompagnait son père qui faisait la ronde de plusieurs chantiers partout dans les provinces de l’Atlantique, comme celui du pont Seal Island au Cap Breton, pour vendre leurs pneus aux entrepreneurs en construction.

Brian et Roy ont démarré l’entreprise avec une marge de crédit de 20 000 $, quelques loyaux clients et, surtout, l’appui indéfectible de la famille. Suivant l’acquisition de Tirecraft dans la région atlantique et quelques changements de raisons sociales, Miller Tirecraft et leurs partenaires possèdent maintenant 28 succursales au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard et à Terre-Neuve.

Sa relation étroite avec les gens de Michelin, qui ont été de bons partenaires dès le début de sa carrière, a mené à l’installation du seul site de rechapage de pneus Michelin dans les provinces de l’Atlantique.

Brian a légué une entreprise prospère et en plein essor à ses 3 enfants et à ses nombreux loyaux employés qui gèrent habilement ce bel héritage. Il n’a jamais pris sa retraite, ayant travaillé jusqu’à quelques jours de son décès. Il s’est consacré corps et âme à cette industrie, et c’est en raison de sa passion et de son appui indéfectible à l’industrie que nous l’honorons en l’intronisant au Temple de la renommée de la TDAC.

Dans l’Ouest canadien, l’histoire d’Olive et de Gord Storey

À 16 ans, avant de rencontrer Olive, Gord Storey et son frère s’étaient enrôlés dans la Royal Canadian Navy. Gord a servi comme mécanicien spécialisé, affecté à la salle des machines sur des navires qui escortaient des convois de marchandises entre Halifax et Londonderry. Puis, Olive et Gord se sont mariés à Vancouver le 16 décembre 1950.

Gord occupait le poste de directeur des ventes pour Dunlop Tires et a rapidement été transféré à Edmonton où est née leur fille Carol. Par la suite, ils ont gagné Calgary où est né leur fils, Doug. Les mutations se suivirent. Enfin, ils ont abouti au siège social à Widby pour aussitôt regagner la côte à Vancouver.

Gord a quitté la Dunlop Tire en 1960 pour faire l’acquisition, avec un partenaire, d’Advanx Tire, une société australienne fondée en 1922 mais établie depuis 1939 au Canada. À l’époque, Advanx possédait quatre points de vente, et Gord a décidé d’ajouter une division de ventes commerciale, Astro Tire Distributors BC Ltd.

Il est vite apparu que Gord avait besoin de soutien du côté administratif. « Il m’a demandé de bien vouloir lui donner un coup de main pendant que les enfants étaient en classe », de dire Mme Storey. Elle a alors suivi un cours en tenue de livres pour ensuite prendre en main la gestion administrative. Gord s’est alors concentré sur le développement des affaires et de l’équipe. Puis, en 1972, les événements ont pris un tournant tragique quand Gord Storey a succombé, en quelques jours, à la grippe asiatique. « Le choc fut autant plus grand car Gord avait toujours joui d’une santé impeccable », dit Mme Storey. Non seulement se retrouvait-elle seule à la tête de sa jeune famille, mais elle devait faire fonctionner l’entreprise dont elle était si dépendante. « Nous avions en place des directeurs de succursales et des employés très dédiés, alors nous avons su maintenir le cap. »

Seule femme à diriger une entreprise canadienne de pneus, Mme Storey avait trouvé sa place dans le monde des affaires avec l’ouverture d’une nouvelle succursale à Nanaimo et le nouveau site agrandi à Cloverdale.

Mais, après neuf ans, l’heure de la retraite avait sonné. Mais pas pour longtemps, puisque la Western Canada Tire Dealers and Retreaders Association ‒ ou WCTDRA la réclamait à la présidence. Un engagement pour encore quelques années !

Paratagez-le !