Pneumag juillet 2018

Pneumag juillet 2018
Pneumag juillet 2018

L’édition de juillet du magazine Pneumag est maintenant disponible en ligne. Vous pouvez la consulter ici, mais d’abord, quelques mots du rédacteur en chef du magazine Pneumag, Michel Beaunoyer.

Sauver la planète

Les efforts pour réduire l’impact environnemental du pneu sont à souligner.

Plus personne ne semble parler environnement dans le domaine automobile. Oui, les voitures électriques et hybrides font une avancée discrète dans le marché, mais force est de constater qu’il ne s’est jamais autant vendu de camionnettes et de VUS sur notre continent.

Il semble que le consommateur s’intéresse bien davantage aux accessoires technologiques et aux options offertes sur sa nouvelle voiture qu’à la quantité d’essence qu’elle va brûler.

Pourtant, les choses semblent différentes du côté du pneu. L’incontournable équation entre durabilité et adhérence reste au coeur de la recherche chez les fabricants de pointe, ceux qui investissent massivement dans l’innovation.

Lors du Movin’On, Michelin annonçait que d’ici 2048, tous les pneus qu’il fabrique seront recyclés en plus d’être conçus à 80 % de matériaux durables (voir notre article en page 8). C’est véritablement remarquable puisque ça laisse entendre que Michelin mettra les bouchées doubles pour que les pneus usés soient transformés en autre chose qu’en granules pour terrain de soccer et bacs à fleurs pour parcs de roulottes.

Un coup publicitaire

Je me suis toujours demandé jusqu’à quel point ces stratégies vertes étaient des opérations de marketing avant tout. Les écailles de noix et l’extrait de pissenlit, vraiment ?

Mais sachant qu’un pneu, en vivant sa vie, va s’user et diffuser dans l’environnement des particules synthétiques, je dois lever mon chapeau devant ces efforts visant à remplacer ces composants à base de pétrole par des produits de source naturelle.

Mais quel est l’intérêt des fabricants de s’investir dans cette direction alors que les préoccupations environnementales ne semblent pas avoir la cote à l’heure actuelle.

L’idée est vendeuse, évidemment. Si un pneu peut compter plus de ces composants naturels tout en offrant une durabilité supérieure, le client risque d’y porter attention. Mais il semble y avoir aussi un engagement réel de la part d’une industrie qui voit loin. Si la mode technologique ne semble pas sur le point de s’essouffler, la question environnementale va toujours nous attendre au tournant de notre histoire. L’industrie du pneu aura alors fait sa part pour la planète.

Cliquez ici pour lire Pneumag juillet 2018

 

Paratagez-le !