Pneumag mars 2019

Pneumag mars 2019
Pneumag mars 2019

L’édition de mars du magazine Pneumag est maintenant disponible en ligne. Vous pouvez la consulter ici, mais d’abord, quelques mots du rédacteur en chef du magazine Pneumag, Michel Beaunoyer.

Le grain de sable

Il ne suffit pas de grand-chose pour déstabiliser une équipe durant la période de pointe.

Il ne faut qu’un grain de sable pour enrayer la machine qu’on croyait la mieux graissée. Dans ma carrière, j’ai été appelé à gérer plusieurs équipes, à m’assurer que le travail se faisait rondement et que les délais étaient respectés.

Une erreur, un oubli, un problème technique peut venir tout brouiller, et ce, habituellement en pleine période de pointe. Ces problèmes surgissent rarement en temps calme ; ils attendent discrètement l’horaire le plus chargé pour se manifester.

Un ensemble de pneus qu’on a oublié de commander pour une cliente qui arrive au comptoir, une valve mal installée ou défectueuse qui provoque une panne et un appel de détresse d’un autre client, ou simplement une voiture nécessitant des travaux lourds et longs qui bloque l’accès à une autre voiture qu’attend de moins en moins patiemment le client. Cela vous est-il déjà arrivé ? Avez-vous pu constater comment un contretemps du matin devient un retard désagréable en fin de journée ?

Prendre des notes

On ne peut pas tout prévoir, mais on doit analyser. C’est rarement durant une crise qu’il faut agir ; ce qui m’a toujours été utile est de prendre note des problèmes au fur et à mesure qu’on s’activait à les régler pour documenter la situation. Même dans le feu de l’action, il faut noter ce qui accroche, sinon on l’oublie et on risque fort de répéter les mêmes erreurs.

Ce n’est qu’après, une fois la pression tombée, que je regardais attentivement tous les grains de sable que l’on avait retirés de la machine en marche. Je faisais une liste de priorités et je rencontrais l’équipe pour la valider. Ensuite, ensemble, on se faisait un plan de match. Qu’est-ce qu’on change ?

On fait tous des erreurs, et des problèmes vont toujours surgir au mauvais moment. Ce qui fait un bon gestionnaire, c’est d’en prendre note en gardant la tête froide, pour ensuite construire des solutions, une petite décision à la fois.

Je pense qu’ainsi, non seulement vous engagerez toute l’équipe dans le processus d’amélioration, mais vos clients vont sentir la différence.

Cliquez ici pour lire Pneumag mars 2019

Paratagez-le !