UHP : profitez de la croissance du marché

UHP

Le marché des pneus UHP, pour les voitures de luxe, est particulièrement en croissance. (Photo : Stéphane Quesnel)

Tout le monde ne peut pas s’offrir une sportive de luxe. Ceux qui roulent en voiture haut de gamme doivent trouver où acheter leurs pneus et leurs jantes. Pourquoi pas chez vous ? D’autant plus que la demande pour des roues haut de gamme augmente et restera croissante pour un bon bout de temps.

Les ventes record enregistrées au Canada en 2013 ont été stimulées en bonne partie par les résultats exceptionnels des constructeurs européens Audi, BMW, Land Rover, Mercedes-Benz, MINI, Porsche et Volkswagen. Chez les Asiatiques, Lexus a aussi connu une bonne année.

C’est Jaguar qui a déclaré la meilleure croissance annuelle, avec un gain de 96 %. Pour ce qui est des catégories, la plus forte croissance (18,3 %) a été observée dans le segment des sportives de luxe haut de gamme en 2013. Les segments des voitures et VUS de luxe abordables ont mieux fait que l’ensemble du marché, avec une croissance de 7 % chacun par rapport à l’année précédente.

« Sur le marché des jantes, l’aluminium gagne en popularité », affirme Sam Tam, de YKW Motorsport, un important distributeur ontarien de jantes. « Il y a de plus en plus de voitures de marques européennes comme BMW, Audi et Mercedes-Benz sur les routes, surtout à Toronto, et il n’existe tout simplement pas de jantes d’acier pour ces modèles.»

Selon lui, le marché des jantes de remplacement en alliage est aussi stimulé par la baisse des prix : « Ces jantes coûtaient affreusement cher auparavant, mais les fabricants asiatiques ont fait baisser les prix. »

Paul Ross, de chez RNJ Tires, à Pickering en Ontario, fait remarquer que les conducteurs de voitures de performance à propulsion, comme les Porsche et les Mustang usent beaucoup leurs pneus, surtout à l’arrière. « Ceux qui roulent sur des pneus à profil très bas remplacent leurs jantes presque aussi souvent que leurs pneus à cause des nids de poule qui jalonnent nos routes », dit-il.

Aventure à haut risque 

Bien que le marché des jantes de luxe soit en croissance, il comporte encore de grands risques.

À Markham, en Ontario, la famille de Richard Bouake gère Steelcase Tires n’ Mags. Leur clientèle est fan de voitures de luxe et de sportives européennes.

« C’est un marché très concurrentiel », explique Richard Boake. « Même si nos clients conduisent des voitures coûteuses, ils font attention à leurs sous. Ils veulent du service et de bons prix. »

Chez Steelcase, la salle d’exposition et la salle d’attente n’ont rien en commun avec un atelier de pneus ordinaire. Richard Boake pense que l’image est importante, car sa clientèle est habituée de fréquenter les concessionnaires de voitures de luxe.

« Nous essayons de créer un milieu qui les attire plutôt qu’un endroit où ils se rendent par obligation. » À l’arrière, l’atelier doit être aussi attrayant que la devanture, en plus de dégager une impression de compétence.

« Par ignorance ou à cause de mauvaises expériences qu’ils ont vécues, beaucoup de gens se méfient de ceux qui leur proposent un travail de qualité », explique Dino Hatz, directeur du développement des affaires chez Hunter Engineering Canada. « Ils n’ont pas confiance. Il est vrai que, si on endommage le fini d’une jante, il en coûte 150 $ pour la repolir. En plus, comme la couleur peut être altérée par le processus, on finit parfois par repolir les quatre jantes, ce qui est peu rentable.

Avec leurs flancs bas et rigides, les pneus de performance sont très difficiles à monter. C’est encore plus vrai avec les pneus à roulage à plat. De plus, les voitures de grand luxe sont pour la plupart équipées de systèmes de surveillance de la pression des pneus (SSPP). Il faut donc que les ateliers acquièrent les connaissances et se dotent des équipements nécessaires, ce qui n’est pas évident (nous y reviendrons).

Lubies et raison

Les clients ne choisissent pas toujours leurs jantes et leurs pneus haut de gamme de façon rationnelle. Paul Ross fait remarquer que la passion l’emporte souvent et que les clients convoitent des choses qui ne conviennent pas forcément à leur voiture ni à leur style de conduite.

« Il faut juste être patient avec les clients de ce genre parce qu’ils refusent souvent d’entendre raison. Ils préfèrent qu’on leur dise ce qu’ils veulent entendre. »

Les pneus avec cotes de vitesse V et supérieures imposent certains compromis, que certains clients ne sont pas prêts à accepter. Il faut bien les renseigner pour qu’ils connaissent les caractéristiques et les limites de ce qu’ils achètent : adhérence, cote de vitesse, niveau sonore, durabilité, résistance à l’aquaplanage, etc.

« Je ne vais pas refuser un client parce qu’il veut des pneus de performance », confie Richard Bender du TireDiscounter Group. Lui et ses collègues distribuent des pneus aux détaillants membres du sud de l’Ontario. Il constate que les pneus de performance et d’ultra haute performance ont la cote ces temps-ci. Il ne sait pas si cela est dû à la popularité de la F1, au prestige de certaines marques, au marketing sur Internet ou à une vraie recherche de performance.

« Le marché des pneus performants est en croissance. Mais, comme je dis aux détaillants lors des séances de formation, il ne faut pas orienter le client systématiquement vers le plus cher ou le moins cher des produits; il vaut mieux discuter avec lui et connaître ses habitudes de conduite pour déterminer ses besoins.

Si un client se dit insatisfait des pneus d’origine de sa voiture et qu’il veut quelque chose de plus sportif, il est toujours temps de lui présenter des pneus réellement conçus pour la haute performance. »

Richard Bender est d’avis que, si les pneus d’origine ont donné satisfaction, il vaut mieux remonter des pneus comparables. Par contre, si le client désire quelque chose de plus performant, il faut savoir quel aspect il veut améliorer : le confort, la durabilité, l’apparence, l’adhérence ? Mais il faut surtout conserver les dimensions et la cote de vitesse recommandées.

Paul Ross et Richard Bender croient tous les deux que des pneus à cote de vitesse H constituent un très bon choix et qu’ils combleront les besoins de la plupart des conducteurs les plus exigeants.

Richard Bender a cependant remarqué que la tendance à monter des pneus de tailles supérieures s’affaiblit. C’est sans doute que les conducteurs sont plus conscients de la sophistication des suspensions et de l’importance de respecter les recommandations du constructeur. La multiplication des tailles de jantes et de pneus d’origine doit être vue comme une preuve que les ingénieurs déterminent plus précisément les dimensions de roues qui mettront en valeur les qualités dynamiques d’un véhicule. Encore une raison de respecter leurs recommandations.

Questions d’équipement

Dino Hatz, de chez Hunter, reconnaît qu’un technicien d’expérience peut démonter et remonter pratiquement n’importe quel pneu à l’aide de n’importe quelle machine.

« Le problème, c’est que les vrais bons techniciens sont une denrée rare. »

Par ailleurs, il faut avouer que peu de jeunes ont pour ambition de devenir « changeur de pneus ». Si beaucoup de techniciens commencent leur carrière dans le domaine du pneu, ils n’y restent pas longtemps.

Dino Hatz ajoute que les nouvelles machines à monter et équilibrer les pneus impressionnent par leur rapidité, leur précision et leur simplicité. Elles ne nécessitent presque plus de formation, ce qui permet aux ateliers de compenser le manque de personnel qualifié. »

La nouvelle TCR1 de Hunter en est un très bon exemple. « Nous avons virtuellement compilé toutes les connaissances accumulées depuis des décennies et les avons transformées en algorithmes. La machine prend toute seule quelque 17 décisions qui revenaient autrefois à l’utilisateur des machines dites automatiques », soutient M. Hatz.

Le TRC1 : facile à utiliser même pour les néophytes. « L’interface ressemble à celle d’un jeu vidéo. J’ai montré les bases à mon fils de 14 ans, et il a réussi du premier coup et en moins de deux minutes à changer un pneu à roulage à plat. »

Hunter propose aussi une machine d’équilibrage de haute qualité tout à fait remarquable : la Road Force. « C’est comme avoir une piste d’essai dans l’arrière-boutique. »

Selon Dino Hatz, une telle machine peut aider un commerce à se faire reconnaître comme fournisseur de produits et de services haut de gamme. S’il embauche en plus des techniciens spécialisés et investit dans des équipements de pointe pour satisfaire ses clients les plus pointus, il met toutes les chances de son côté.

Il recommande aux ateliers d’utiliser au moins des équipements fonctionnant sur 220 volts et ayant beaucoup de couple. « Quand on installe des pneus à profil bas ou à roulage à plat, il faut une machine solide et puissante. »

Il conseille aux ateliers l’utilisation de machines qui possèdent des surfaces soft-touch afin de prévenir les dommages aux jantes. Il préfère aussi celles auxquelles on peut ajouter des accessoires qui accélèrent le travail et réduisent le risque d’erreur.

btn-retour-infolettre-190x45

Paratagez-le !