Étude sur le gonflage : des Canadiens à éduquer

Étude sur le gonflage : des Canadiens à éduquer
86 % des répondants affirment avoir fait faire une rotation de leurs pneus dans la dernière année, et que 66 % d’entre eux ont fait vérifier l’alignement des roues de leur véhicule durant cette période. (Photo : TRAC)

L’association canadienne du pneu et du caoutchouc (la TRAC) publiait récemment les résultats d’une étude sur les habitudes sur les habitudes de gonflage de pneus des automobilistes canadiens.

Faits concernant particulièrement les ateliers de pneu et mécanique, on apprend dans cette étude que 86 % des répondants affirment avoir fait faire une rotation de leurs pneus dans la dernière année, et que 66 % d’entre eux ont fait vérifier l’alignement des roues de leur véhicule durant cette période.

L’automobiliste moyen peut accroitre sa distance parcourue de 0,6 % en moyenne, et jusqu’à 3 % dans certains cas, en gardant ses pneus gonflés à la bonne pression.

Des automobilistes conscientisés

Résumés dans le guide « Get Fuel Fit » (présentement disponible en anglais uniquement), les résultats démontrent somme toute, selon la TRAC, que les Canadiens présentent de grandes lacunes dans leurs connaissances sur la façon de maintenir un gonflage approprié.

90 % de la population sondée croit pourtant que les automobilistes ont la responsabilité de maximiser l’efficacité énergétique de leur véhicule, et 96 % d’entre eux affirment qu’une bonne pression des pneus est importante.

Les faits 

Or, seulement 30 % des Canadiens sondés mesurent la pression de leurs pneus tous les mois ; selon un sondage de la firme Léger, ce pourcentage descend à 21 % du côté des automobilistes québécois.   Pourtant, cette pratique reste « essentielle à l’économie de carburant, à la sécurité routière et à la protection de l’environnement », comme l’explique le TRAC.

22 % des répondants canadiens ne font qu’une inspection visuelle de leurs pneus, contre 16 % au Québec.

Au moment du gonflage, 37 % des répondants canadiens, et 22 % des Québécois se fient à la pression d’air indiquée sur le flanc du pneu, croyant faussement y trouver les bonnes données pour gonfler leurs pneus.

On souligne également dans cette étude que les pneus doivent être jaugés uniquement lorsqu’ils sont froids, à l’état stationnaire depuis au moins trois heures ou après avoir parcouru 2 km ou moins. Ce détail est inconnu de 65 % des répondants canadiens, et de 87 % des répondants du Québec.

Transport Canada rapporte sur son site web les résultats d’une récente étude qui démontre qu’« environ 70 % des véhicules au Canada ont au moins un pneu trop gonflé ou sous-gonflé d’au moins 10 % [et que] 23 % des véhicules avaient au moins un pneu sous-gonflé de 20 % ».

Paratagez-le !