SSPP : ne touchez pas à ce pneu !

« Plusieurs ateliers omettent de vérifier la présence de bris antérieurs et sont blâmés pour des dommages dont ils ne sont aucunement responsables. » - SSPP : ne touchez pas à ce pneu !

« Plusieurs ateliers omettent de vérifier la présence de bris antérieurs et sont blâmés pour des dommages dont ils ne sont aucunement responsables. »

Avant d’entreprendre des travaux sur le véhicule d’un client, soyez bien certain de ne rien laisser au hasard, sinon vous pourriez devoir payer pour des dommages avec lesquels vous n’avez rien à voir. 

Le SSPP n’est rien de bien compliqué, mais il pourrait tout autant l’être. Il existe une bonne et une mauvaise façon de travailler avec un tel système. Voici un survol rapide des points dont vous devez absolument tenir compte. Tout le monde au comptoir devrait comprendre les systèmes de surveillance de la pression des pneus. La formation est fondamentale. Il faut commencer par former vos employés afin qu’ils puissent à leur tour éduquer vos clients sur le fonctionnement d’un SSPP.

D’abord, il faudrait toujours en parler en tant que système de surveillance de la pression des pneus, puisque c’est exactement ce qu’il fait : il surveille la pression des pneus. Tous les ateliers devraient proposer de la littérature pertinente dans leur salle d’attente.

L’entretien

Discutez avec votre client. L’employé au comptoir ou le technicien devrait s’entretenir avec le client pour vérifier s’il n’y a pas de signes de sous-gonflement des pneus. Par exemple, est-ce que le voyant SSPP s’est allumé? Y’a-t-il eu des problèmes de gonflement des pneus depuis sa dernière visite? Expliquez ce qu’est le voyant de SSPP Affichez des images bien à la vue de façon à ce que le client comprenne ce qu’est le dispositif ainsi que son fonctionnement. Vos clients doivent savoir qu’en cas de problèmes avec la pression d’air, le voyant s’allumera dans le tableau de bord.

La plupart des consommateurs se basent sur les renseignements relatifs à la pression d’air qui sont indiqués sur le flanc du pneu. Il est donc important de leur expliquer qu’il s’agit de la pression maximale, et non de celle qui est recommandée. Les données de gonflement adéquat pour chaque véhicule sont affichées sur l’étiquette apposée sur le montant de la portière. Si le voyant clignote (la réglementation prévoit qu’il doit clignoter du­rant 60 à 90 secondes), il se pourrait que le système éprouve un problème.

L’inspection

Faites un essai avant et vérifier si le voyant du SSPP fonctionne et si l’ampoule n’est pas brûlée. Vous devriez également vous assurer qu’il n’est ni fixe, ni clignotant. Le cas échéant, c’est qu’il y a un problème, et vous devrez en faire part au client avant d’effectuer quelque réparation que ce soit. Une fois la vérification du voyant effectuée, vous pouvez inspecter les capteurs et le système. Commencez par le pneu avant gauche et utilisez la technique des deux doigts pour retirer le capuchon de la valve. S’il n’y a pas de capuchon ou s’il ne s’enlève pas, vous devez donc informer le client qu’il pourrait y avoir présence de corrosion sur les valves.

Si le capuchon de la valve s’enlève, servez-vous d’un outil dynamométrique pour SSPP et, toujours en utilisant deux doigts, tournez la valve dans le sens antihoraire pour vous assurer qu’elle tourne bien. L’un des gros problèmes avec les capteurs de corps de la valve à pince en aluminium est la corrosion galvanique. Si tout est parfait, il faudra alors utiliser un outil pour SSPP pour activer le capteur de façon à vous assurer qu’il fonctionne parfaitement. Il est donc très important de procéder aux essais préalablement à l’entretien d’un véhicule. Avant d’effectuer l’entretien ou de faire des réparations, il vous faut d’abord vous assurer que le SSPP fonctionne adéquatement, qu’il ne comporte aucun bris antérieur et que le voyant du SSPP n’est pas allumé. Il est arrivé que des ateliers aient été blâmés pour des dommages qu’ils n’avaient pas causés.

Paratagez-le !